Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Tonne de nuit, énième série
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 29 novembre 2014.

oOo

Incantation de ces tonnes de nuit que véhiculent peu de brouettes, que véhiculent peu de mes brouettes mentales faites de fragilité, d’ossements
Ainsi charrie la nuit avec ses morts bien-mal aimés de l’oubli en tout cas qui est une posture que peu observent dignement, crois-moi
Mais la tonne est là pour rectifier le tir et imprègne la nuit comme une pluie de plomb, la caresser d’un corps-tromblon, de bon conseil.
Perfusion d’une toute petite cuillère de nuit (égale : une tonne) à même la gorge sodomite (on comprendra après). La mauvaise conseillère.
C’est sous les pores de ta peau que s’échangent par parcelles scandaleuses la respiration et la transpiration. On les transportera en vain.
Et c’est logique, non ?
Tonne de nuit. Tonne de registres de nuit. Conclave. Certitude que là : bien des choses ont été " enfermées ". D’autres se sont refermées.
Pas la mémoire. Pas les mêmes certitudes vis-à-vis de la mémoire. L’enfermement ne peut pas concerner la mémoire. Ne peut pas discerner.
Mais présenter une facture. Une tonne de nuit peut valoir dix mille sacs de ces ossements secs, pulvérins, qui reprennent vie sous terre.
Sous tes doigts. À supposer que tu aies des doigts sous tes draps. À supposer que l’univers y existe, sous ces draps. Ton être psychique est un tronc.
Les brouettes percées sont les pires divisions de la nuit. Une répartition mal fichue, maladroitement exhumée. Porteurs en grève.
Purges.
L’espace politique de cette nuit est une démocratie de guerre. Chacun vote avec sa violence intestine. Et la victoire revient : une tonne de nuit dédiée à la soif. Les précipices se succèdent, les mauvais conseillers. Les champs de têtes de mort empoisonnées. Mon vote est un bubon.
Vertige malingre que ne résolvent pas les draps, incapables d’allocution à mon corps. Le tronc humain est un psychisme pour la forme.
Et le matin revient. Il faut un halo grêle pour ta peau de blastula post-noctivore. Regagne la tranchée. Ouvre une boîte de conserve.
Décide de ce qui tourmente fructueusement la nuit. C’est un oratorio. C’est un spectacle pour les fleurs à tête de mort - si elles rayonnent et seulement si elles rayonnent, seulement si elles pèsent. Si elles pèsent une tonne, parfois. Une tonne de nuit, entre autres.
Maman ?

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -