Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Une abnégation proustienne
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 février 2015.

oOo

 1913 ... Juste avant la Grande guerre ...
 Le cortex de Combray, las de se voir refusé, monte seul au front. La fleur au fusil.
 Marcel Proust donne l’ordre à Swann de s’imprimer sur du papier. Sans autre regard critique que lui-même.
 A partir de cet instant, l’effet domino ne se fait pas attendre, les éditeurs le prennent réellement au sérieux.
 Simultanément, l’immense et irrésistible coquetterie proustienne finit par tout importer.
 Le sourire du petit Marcel se confond, dès le début, avec les prémices de ses phrases longues, de ses vagues narratives, de ces écumes comme sans fin qui d’abord recouvrent ou submergent la capitale.
 " Longtemps " ...
 C’est d’abord un sourire aux éditeurs, donc, qui viennent ou reviennent vers lui, dans une attitude, cette fois-ci, synonyme d’assentiment. Un assentiment total.
 C’est un sourire aux mondains, à ces personnages qui deviendront ou qui sont, déjà, proustiens, un sourire aux salons, un sourire ... d’un salon à l’autre ...
 " Longtemps " ...
 C’est un sourire aux amis, à ceux qui connaissent le petit Marcel, à ceux qui ne le connaissent pas, à ceux qui croient le connaître, c’est un sourire, oui ...
 Un sourire qui s’étend, maintenant, un sourire qui s’étend, ensuite, jusqu’aux autoproclamés rivaux, jusqu’à ces bretteurs, jusqu’à ces escrimeurs agités, emportés, finalement, par la vague proustienne. Emportés par l’évidence, une évidence étrangère, profondément étrangère à la notion de rivalité.
 Puis, le sourire devient hexagonal, oui, les vagues proustiennes se multiplient en de multiples directions, provoquant la cassure des différentes digues, traversant toutes les habitudes établies, le bruit diffusant un écho fait de métal, de pierre et de béton, un bruit qui se répète, un bruit itératif, donc, un bruit qui se succède à lui-même, dans une répétition étrangère à toute saturation.
 " Longtemps " ...
 Les écluses se succèdent les unes aux autres, s’engorgeant et se désengorgeant, les masses d’eau s’accumulant sur des distances comme sans fin, irriguant tout un paysage, tout un pays ...
 " Longtemps " ...
 Les innombrables ramifications liquides s’apparentent, maintenant, à une mer, oui, c’est une véritable mare nostrum qui prend forme et qui prend tout l’espace de la narration.
 " Longtemps " ...
 La prose proustienne est un sourire permanent, la prose proustienne se confond avec l’écume du jour, charriant la fides ou le fatum d’un auteur qui renverse l’Histoire à son profit.
 " Longtemps " ...
 Le sourire proustien devient planétaire, oui, et il s’étire jusque dans la tête des traducteurs contemporains ou actuels, pris de vertige ...
 " Longtemps " ...

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -