Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Otrofictif 21
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 8 mars 2015.

oOo

la poésie pour déchiffrer ?

----------ne me faites pas rire

la poésie ça chante ou ce n’est rien

----------que du temps perdu

et tout le monde sait que le temps perdu

----------ne se retrouve pas

en tous cas pas où on l’a perdu

----------capito ?

 

si je reviens à cet endroit

----------que je connais bien

que je connais comme si

----------j’en étais l’inventeur

(non tu ne vois pas ce que je veux dire)

----------eh bien à la place du temps

je trouverais ce que j’avais oublié

----------« mais c’est du temps ça coco ! »

ou ce n’est que ce qui manque au temps

----------pour qu’on croit à l’éternité

sans passer pour un demeuré

 

oui oui

 

paterson est l’étranger

et je suis celui qui ne peut rien

pour qu’il le demeure

 

bien dit

 

« C’est pas que j’aime les mystères, dit Paterson, mais j’ai un bon boulot et je ne tiens pas à le perdre ou pire à m’y noyer…

— Se noyer… Quelle horreur !

— Mais votre corps, Gilou, dans cette eau qui vous va si bien…

— Je mets tout à plat et je raisonne…

— On fait ça dans plein de métiers, même s’il n’y a pas de mystère.

— Ça s’appelle avoir de la méthode.

— J’en avais, j’en avais !

— Votre corps ruisselant de cette eau…

— Vous aimez mon chapeau ? »

 

mal dit

 

c’est le monde qui est poétique

pas ce qu’on en écrit

ni ce que tu en penses

en écrasant ces corps

de ton regard connaisseur

 

j’organise le texte

c’est tout ce que j’organise

même si tu penses

que ces corps n’ont pas d’avenir

hors de l’eau qui les guette

 

la poésie ne vient pas aux mots

ce sont les mots qui viennent

dans n’importe quelle langue

ils viennent

et tu les trouves bien organisés

 

dans cette eau qui ressemble

à l’eau

des corps reviennent porteurs

de mots

 

« mais la poésie sans personnages ?

— la poésie avec les corps

à la place des personnages,

voilà mon secret

et je te le confie. »

 

.extase au fond des puits creusés dans la peur. bouches flambant dans le noir du sommeil. enfant tu ne te réveilles plus tant le rêve est proche de ton imagination. toile de fond repeinte aux couleurs de l’attente. comme si ce temps se formait dans les gouttes de sang. reviens me chercher. je m’ennuie. je ne m’ennuierai pas longtemps dans ces conditions. je ne te chercherai pas. je donnerai ma conscience aux os. déchirant ce drap. cueillant le son d’une porte. la lumière finissant en rigole. un doigt troublant cette eau. ne me noie pas comme tu as noyé l’autre.

 

Nos esprits ne communiquaient plus depuis un moment. Chacun réfléchissait de son côté. « Ça m’aide pas à penser, » dit Paterson. Et Elsie laissa couler ces mots sur les mains de Gilette : « Je connais la région. Voulez-vous que… »

 

D’habitude Paterson frappe la table du poing quand le monde recule devant ses observations. Au lieu de ça, il demande un jeu de cartes pour « faire des tours ». « Les femmes adorent ça, » confie-t-il à la surface tranquille de son verre. « Oui, pourquoi pas une promenade en voiture, fait Gilette. J’adore me balader en voiture. »

 

À la fin, nous ouvrîmes la baie et le jardin nous envahit. « J’irai la voir demain, cette Nina, si tu permets. » J’avais pourtant tout dit. Enfin, je pensais…

 

nous perdons notre temps à décoder

nous voulons savoir pour conclure

nous ne vivons que de conclusions

 

(je jetais le livre le plus loin possible)

 

pourquoi ouvrir les portes

quand il suffit de les regarder

se fermer

quand les autres les ouvrent ?

 

(début de la nuit

et fin du bonheur

rêvé)

 

NOUS OFFRONS DEUX POSSIBILITÉS À NOTRE AIMABLE CLIENTÈLE : REVENIR OU PARTIR. UN PEU D’HUMOUR NE NUIT PAS AUX CONFÉRENCES DE PRESSE QUE NOUS ACCORDONS AUX MÉDIAS LOCAUX. CES CONSTRUCTIONS QUE VOUS AVEZ PHOTOGRAPHIÉES EH BIEN MESDAMES MESSIEURS C’EST LE CHANTIER DU QUAI QUE NOUS AVONS PRÉVU POUR… PARTIR ET… REVENIR. MAINTENANT QUE JE VOIS QUE VOUS AVEZ TOUT COMPRIS, VEUILLEZ SUIVRE NOS HÔTESSES. UN APÉRITIF DÎNATOIRE VOUS ATTEND DANS LE GRAND SALON. VOUS POURREZ ENSUITE DANSER ET MÊME VOUS DÉSALTÉRER. LE CHANTIER SERA ÉCLAIRÉ PAR LA SOCIÉTÉ LUMINAX. LE JARDIN EST À VOTRE DISPOSITION. AMUSEZ-VOUS, LES AMIS !

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -