Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Une Marseillaise... plus pacifique !
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 avril 2006.

oOo

Le combat de Graeme Allwright, l’année de ses quatre-vingts ans, pour une Marseillaise aux paroles d’espoir et de paix... Un hymne national qui donnerait aux enfants une autre perspective du monde que celle qu’offre actuellement notre chant national, avec la violence de son texte original ! Hymne enseigné tel quel à l’heure actuelle dans les écoles primaires françaises... Combat d’un "citoyen du monde" pour une Marseillaise aux couleurs de l’enfance et de la paix.

Graeme Allwright...

Un homme portant allègrement ses quatre-vingts printemps, avec une fraîcheur d’esprit et un coeur ouvert, un porte-parole de plusieurs générations qui se retrouvèrent tour à tour en ses textes, un traducteur de Bob Dylan, ("Qui a tué Davy Moore", "Blowing in the wind") de Léonard Cohen,("Suzanne", "L’Etranger"...) ayant fait connaître ces deux auteurs en France, un pacifiste se battant pour que vivent ses idées, pour une vision du monde intégrant plus de justice sociale, pour une société meilleure, offrant plus d’espérance aux jeunes générations...

Et voilà que ce diable d’homme - qui n’a pas fini de nous faire fredonner ses refrains, de nous enchanter de ses mélodies - revient encore avec un projet qui lui tient profondément à coeur et qu’il défend avec l’ardeur et le talent qu’on lui connait :
 
Un "APPEL" lancé en Octobre 2005, une pétition qui court depuis janvier 2006, adressée au président de la République Française : choix d’autres paroles pour la Marseilllaise, hymne national français. C’est le combat de Graeme Allwright pour que soient remplacé le texte original - et que disparaisse ainsi la violence des propos du "Chant de guerre de l’armée du Rhin", laissant place à l’espoir, à la solidarité et à la paix.

Voici en quels termes il débute désormais tous ses concerts :

"En 1792 à la suite de la déclaration de guerre du Roi d’Autriche, un officier français, Rouget de l’Isle, en poste à Strasbourg, compose "Le chant de Guerre pour l’armée du Rhin".

Je me suis toujours demandé comment les français peuvent continuer à chanter, comme chant National, un chant de guerre, avec des paroles belliqueuses, sanguinaires et racistes.

En regardant à la télé des petits enfants obligés d’apprendre ces paroles épouvantables, j’ai été profondément peiné, et j’ai décidé d’essayer de faire une autre version de La Marseillaise.

Le jour où les politiques décideront de changer les paroles de La Marseillaise, ce sera un grand jour pour la France."

Graeme Allwright, octobre 2005.

 

La diffusion étant entièrement libre de droits et offerte par les auteurs ( Graeme Allwright & Sylvie Dien) je me permets donc de faire figurer le texte proposé par G. Allwright ci-dessous, ainsi que le lien pour signer la pétition, si vous pensez que ce combat-là vaut bien la peine de vous y attarder un instant :

mga.asso.fr


LA MARSEILLAISE

 

Pour tous les enfants de la terre,
 
Chantons amour et liberté.

Contre toutes les haines et les guerres,

L’étendard d’espoir est levé

L’étendard de justice et de paix.

Rassemblons nos forces, notre courage

Pour vaincre la misère et la peur,

Que règnent au fond de nos coeurs

L’amitié, la joie et le partage.

La flamme qui nous éclaire,

Traverse les frontières

Partons, partons, amis, solidaires,

Marchons vers la lumière.

 
J’ajouterai pour finir que le voir en concert a été une fête de tous les instants, que Graeme y fut magnifiquement secondé par ses deux musiciens, le malgache Erick Manana à la guitare, et Dina Rakotomanga à la contrebasse. Et que l’éternel voyageur qu’est Graeme Allwright ne semble pas avoir vécu autant de printemps qu’il en affiche de par son âge officiel, tant ses interprétations sont toniques et vivantes...

Je garde pour la fin l’humour avec lequel il nous a servi son "ça, je ne l’ai jamais vu" ... Nous non plus, sur ses disques, nous ne l’avions jamais entendue interprétée ainsi, sa chanson !!!

Un pur instant de bonheur que ce concert-là, avec une salle qui reprenait en coeur les chansons...

Quant à "sa" Marseillaise, on nous en avait distribué le texte avant d’entrer dans la salle de concert, et il nous la fit chanter en débutant le spectacle... Mais lorsqu’au bout de quatre rappels, il disparut dans les coulisses, c’est alors la salle entière qui l’entonna, en un moment d’intense émotion... L’échange public-artiste prenait là toute sa dimension...

Graeme Allwright, ému, revint une fois encore saluer, sous un tonnerre d’applaudissements et une salle qui l’acclama debout. Ce fut le plus beau "merci" que nous puissions dire à cet immense artiste, infatigable "citoyen du monde"... Un merci aux couleurs de "sa" Marseillaise à lui, "l’étranger" qui nous avait fait voyager en sa compagnie, près de deux heures durant, sur les routes humaines.

Merci de ce voyage-là, Graeme.

Kathy FERRÉ

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -