Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Le jardin des délices
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 30 juin 2004.

oOo

d’après Jérôme BOSCH

Le triptyque est fermé

 / comme d’une naissance différée / suspendue à l’extrême frange du vif / figée dans un repos imaginaire / pure vue de l’esprit re-créateur du peintre / troisième jour de la Genèse / émergence du sec, croissance du végétal / formes escarpées dans leur gel, abruptes, maigres, coupantes / larmes minérales en mutation vers la sève / l’hostile jonchée des débris antégénériques / mettre en branle le moutonnement germinatif des expansions terrestres, le buissonnement écailleux des végétations à venir / et succomber à la tentation d’enclore tout le processus créatif dans la sphère cristalline d’un ballon accrocheur de reflets / dans la révolution parfaitement calculée d’une ellipse / les dessous ont pourtant la luminosité glauque des fosses marines / le firmament s’ennue pour un premier orage / Ipse dixit et facta sunt / on a relégué le Créateur dans un coin, proche l’évanouissement / il radote encore / Ipse mandavit et creata sunt /

Le triptyque est ouvert

 / ouvrir le triptyque / se livrer à l’éparpillement / manque total de solidarité entre les figures / l’utilisation pleine et entière de l’espace ne reflète pas ici de dessein totalisateur / étagement médiéval des plans / mais absence d’un seul repère évident qui permettrait de situer de façon univoque où ça commence / ça commence là où, en fait, tombe le premier regard, hasardé / les lignes que parcourt et compose l’œil à la surface du tableau ne délimiteront jamais une forme ou un lieu géométriques / elles s’enchevêtrent et s’annulent dans la quête sans cesse réitérée des sujets / nulle anecdote pourtant, nulle scène de genre complaisamment traitée pour elle-même / chaque figure (ou groupe de figures) participe de manière essentielle, nécessaire au jeu infini qu’elle contribue à suspendre / à suivre... /

La Création (panneau gauche)

 / malgré le chromatisme très délié des figures, l’hiératique pâleur des nudités édéniques laisse poindre un doute sur leur crédibilité / une fausse première fois, inventée dans un souci apologétique / figure obligée dans la rhétorique de la Création / mise en scène bien pensante / l’air bénin du Christ bénisseur ne rachètera jamais ce prodigieux ébranlement de la croyance à l’unité de l’être que constitue le tableau / il suffit d’ouvrir les yeux / la matrice de cette nuée d’oiseaux noirs qui monte vers le ciel n’est autre qu’une mosquée végétale pétrifiée, de couleur chair / une montagne accouche / retour au giron maternel des passereaux mal cuits happés par une bouche volcanique / une foule de corbeaux s’engouffre dans un œuf, surveillés par un chef au bec sévère / va-et-vient / les monts lointains bourgeonnent, verdissent, fleurissent / bandant à fond contre le ciel l’arc de leurs ramures / perchoirs et balanciers pour des générations d’oiseaux d’espèces encore inconnues / la matière foisonne / au bout de ses moignons renflés en fuseaux et gonflés d’humeurs peut-être vitales peut-être malignes, l’arbre de vie allume toutes les torches verdoyantes de ses palmes / il rayonne dans le hérissement de toutes ses épines / loi d’entropie /

*

 / attention, ici l’un naît du double et du multiple / le minéral de l’animal et du végétal / la matière dite inerte du mouvement et de l’esprit / de la vasque même des évidences, au cœur du Paradis Terrestre, surgit une insidieuse vermine / insensible envahissement de tout l’espace par une animalité grouillante et contre-nature / une huppe buvant nous offre le petit trou de son derrière, juste sous la coquille Saint-Jacques de sa touffe caudale / un poisson-volant aux yeux globuleux s’apprête à décoller / un oiseau tricéphale à queue ocellée lutte contre un hippocampe-licorne assisté d’un canard-sirène au long bec en spatule / un ornithorynque à demi immergé parcourt attentivement les pages d’un petit livre / un bébé-phoque d’allure pataude s’extrait de l’étang / un marabout à bec dentelé croque une grenouille / un chat-léopard emporte sa proie / et...
 / il y a aussi un dragon à plusieurs têtes qui sort de l’eau accompagné de tout un grouillement de batraciens curieusement abâtardis / une outre bipède / une coccinelle-mille-pattes à queue de geai / et le serpent dont le "s" flaccide s’accroche négligemment au tronc d’un palmier /

 / épars, des animaux miniatures dont la mignardise étonne : des petits lapins à la Dürer, une girafe et un éléphant de porcelaine, un porc-épic, des gazelles, une licorne et un taureau qui fait claquer le fouet démesuré de sa queue en rejetant farouchement la tête en arrière / etc... / tout est peuplé /

Le séducteur (panneau central)

 / lui, l’habillé, le seul / le séducteur / dans le coin du panneau central, en bas, à droite / bouche entrouverte sur le mot comme un méat / il montre du doigt une femme aux lèvres scellées /
 / un sourire spéculaire dédouble son mutisme / curieuse expression / décollée, déportée du visage / projetée dans la colonne de verre qui lui est voisine /
 / tentation de lire dans cet écart entre chair et signifié le mouvement même du tableau / sens figé dans l’entre-deux, le suspens / tension / signe émis / indéchiffrable / ne faisant référence qu’à sa matérialité opaque / clef pour nulle serrure /
 / il ne sait que séduire / fasciner / l’inquiéteur / entrebailler les questions contre des huitres pour ne plus tout à fait les laisser se refermer /
 / borne positive du désir : habillé seul parmi les nus graciles / il rend visible la nudité des autres qui sinon resterait incroyable / il révèle le plaisir de l’effeuillage / ... se taisant, autre, étrange / "il ne montre, ni ne cache, il fait signe" /

*

 / à partir du geste inaugural (l’index du séducteur) qui les institue comme signes, les figures ordonnent leur dispersion / extrême solitude / chacune, enserrée par toutes les autres comme par un désert, offrant, semble-t-il, un sens si autonome qu’il risque de nous échapper toujours / errance sur place / absence totale de réciprocité, d’échange / froideur / une sensualité très intellectualisée, figée entre attirance et retrait / visages inexprimés / nudités compassées / les personnages, individuels

ou collectifs, semblent tendus vers un but unique qu’ils s’efforcent d’atteindre avec une morne obstination / quel but ? / il n’existe peut-être qu’en tant que tension, jamais comme résultat tangible /
 /germe de l’inquiétude /
 / s’arracher à la tentation de déchiffrer une par une ces composites majuscules / étudier leurs articulations intrinsèques / éprouver leur nécessité /

L’évidence du verre

 / l’évidence trompe / malgré sa transparence le verre est maître de fausseté / voué à l’obscur / dérobant l’essentiel par son exhibition même / il détourne "le sens" / hérésie / on croit qu’il révèle alors qu’il se contente d’aveugler / éblouissante cécité /
 / comme s’il avait jamais suffi de voir pour savoir / comme si les gestes du désir exhibé pouvaient devenir des actes à part entière / ils gardent le statut équivoque du signe / de l’inaccompli /
 / sous des cloches de verre, une microscopie du rêve édénique / croupes merveilleusement galbées s’offrant comme visages épanouis / chair blanche, satinée / en appelant aux doigts, aux paumes, aux lèvres et aux dents / ciseaux des cuisses entrouvertes sur le retrait du sexe / et l’audace des mains calmes posées à l’orée de l’autre corps / au point d’appui du désir / dans le bâillement du seuil /

Le suspens

 / efflorescence du suspens / gerbe naissant d’une croupe offerte / ouverte / cueillette anale / ou / intromission par l’autre des tiges dans le rectum / ? /
 / va-et-vient du désir en ce point suspendu / comme le fléau d’une balance oscille doucement autour du couteau sans que l’on puisse encore dire de quel côté il va pencher / tout le tableau sous le signe de l’acte figé dans l’entre-deux /

 / désir alternatif / entre racines et fruits / le suspens ne pèse en rien / en rien ne tranche / il rend leur dynamique aux alternatives / flux ou reflux / vive-eau ou morte-eau / abondance ou rareté /
 / le suspens ne se résigne pas à cette perte qu’est le choix / pas d’origine, pas de fin / ni départ, ni arrivée / moment du suspens / moment dialectique / entre loi d’entropie et principe ordonnateur / entre principe de plaisir et l’ordre des passions / entre individu et grouillement / entre désir et acte /

*

 / délices différées / dans l’écart, le recul / le plaisir est toujours à côté / non-avenu / chaque figure du tableau est une station dans sa proximité /
 / la figure et sa composition interne tiennent lieu du plaisir / jouissance du chiffre en soi / suspension / la perfection est atteinte dans cette mise en scène en vue d’une jouissance plus-que-parfaite / tuée peut-être par cette réussite et cet excès / par la trop impeccable propédeutique du jouir / ne pas laisser les délices à l’informe, à l’infâme / mais les faire fleurir du tout-conçu / du tout-voulu / avec un soin maniaque de précision et de raffinement / enchevêtrement de personnages minuscules composant d’immobiles ballets répondant aux géométries fantasques du désir /
 personnages mi présents mi absents / entre-deux / émergeant tout juste des limbes de l’idée / prêts à s’évanouir comme rêves / exsangues / tentant d’assumer l’espace / par l’offrande / mouvement qui atténue le caractère par trop déductif de leur jouissance / fruits-symboles portés vers autrui / dans et pour l’accueil / l’échange est tendu comme dans un souffle / acceptation ou refus / ? / élan vers l’autre / arrêté et relancé / pari sur le vif / sur le libre / attente / afin qu’il y naisse un écho / suspens dubitatif mais gros de tous les possibles /
 / autre détour / la tension même d’une cueillaison / solitaire / ce corps cherchant à atteindre tout au haut de l’arbre le fruit convoité / tendu dans la belle courbure de l’arc / vibrant comme lyre / extension du bras qui donne l’impression que le corps s’arrache à lui-même / de toutes ses fibres / dans l’effort vers ... /
 / la tension / l’offrande / tentatives différentes vers le même but perpétuellement décalé / sauf pour un seul / doublement solitaire / délices différentes / ? /

Le jeu du seul

 / il lui naît / dans l’angle largement ouvert de ses cuisses / une étrange floraison / un fruit plus-que-mûr / éclaté-éclatant / transpercé d’une très longue écharde / matrice d’un oiseau coloré et d’une touffe aux graciles arabesques / avec un autre oiseau perché / voyeur / les mains aux doigts minces strictement posées à l’entrejambes / pouces croisés sur le sexe ainsi dérobé / ne le désignant que comme signe /
 / cryptocéphale / comme si le visage de celui qui jouit / le seul ici / devait être lui-même différé / comme si les traits de l’homme jouissant / proche les contractures de la souffrance / étaient intraçables / la main du peintre s’y fût paralysée / et l’œil du spectateur y eût perdu la vue / comme si ce centre ne pouvait être dévoilé sans que survînt quelque catastrophe / tête à tête fulgurant avec l’être ou avec le néant / vrillant en ce que nous appelons encore "centre" / faute de mieux /
 / visage-central / voilé / volé / glissé dans l’oubli volontaire / involontaire / ? / oubliable /

Le centre est vagabond

 / la cavalcade centrale autour de l’ellipse d’une fontaine où se baignent des femmes blanches et noires couronnées d’oiseaux / centre pour l’œil / tourbillon sans commencement ni fin / une chevauchée des désirs mâles autour du bassin des nudités femelles / mais avec, semble-t-il, de part et d’autre une totale absence d’intérêt pour le sexe voisin et opposé / (excepté peut-être pour les quelques femmes qui sortent de l’eau) / des deux côtés c’est un commerce entre soi / séparation des sexes / entre eux, l’indifférence / la différence /
 / pourtant / c’est aussi la déclinaison complaisante des virilités bestiales et mythiques / chameau / ours / chevaux / âne / taureau / verrat / bouc / guépard / hippogriffe / cerf / sanglier aux testicules proéminents / tout ce que l’animalité compte de plus viril / signe sursaturé proche l’insignifiance /

 / énumération peinte des intrications possibles du désir dans le cercle du même / comme si souvent il ne pouvait, il ne devait franchir le no man’s land qui sépare l’anneau du moyeu / chacun tournant dans le cercle de ses désirs sans forcément chercher à les faire coïncider avec l’autre désir / avec le désir de l’autre / désir de soi / "l’un en lui-même différant" /

*

 / centres différants / le centre géométrique / l’œuf posé sur la tête d’un cavalier / à l’exacte intersection des diagonales propres au panneau central / centre du centre / décalé / redoublement pour l’œil / pour l’interprétation / chacun des centres sécrétant son espace singulier sans peser sur l’autre / dérive des espaces l’un en l’autre / alchimie /
 / dans la cavalcade / multiples dévoiements / enlacement possessif des cavaliers entre eux / assumant la chevauchée désirante et souveraine du désir mâle en voulant au mâle / contorsions savantes de corps esseulés / comme les écuyers inventifs d’un manège auto-érotique / décuplant dans et par l’allant de l’animal les postures extravagantes de leur jouissance /
 / violant toutes les lois de l’équilibre / cette possible et impossible figure désirante / un corps posé sur un seul pied mais entièrement renversé / la tête entre les jambes / tenant du bras le compas de ses cuisses fermement ouvert / pour mieux permettre à l’oiseau perché à la saignée de son genou de lui picorer l’anus / plaisirs aigus faisant appel à un autre sens de la gravité /
 / du même au même / d’inlassables acrobates esquissent des contorsions jamais vues / comme celle d’une jambe repliée derrière la tête / distorsion / réinvention du corps / il y a autant de centres qu’il y a de dispositions particulières du désir / le centre étant à chaque fois placé au point de gravité / la circonférence nulle part à jamais /

Le centre encore

 / cucurbites éclatées / percées de dards / se dégonflant / sur lesquelles s’érige le vif / translucide / cornée gélifiée / cristallin coloré / consternation de l’œil vidé de ses humeurs / empli d’oiseaux et de singes / ou d’amants aux libidineuses contorsions /
 / jongleries du désir / comme le précaire équilibre d’une boule énorme sur le crâne / et du pied sur la boule portant le corps ouvert comme un signal / au sommet des érections de gel et des feuilles minéralisées / prendre son envol / ailes éployées / la boule rouge entre les mains / ballon céleste /
 / au centre du centre / la fontaine / architecturale / symétriquement construite de cornes, de pointes et d’albâtre oriental / dardant toutes ses piques vers le haut / strictement / la base sphérique est fissurée / percée au bas / réceptacle d’amants honteux / fesses offertes / d’autres font l’amour à l’envers posés tête en bas sur le rebord qui sert d’équateur à la sphère / d’autres s’engouffrent en foule dans une coque d’œuf brisée / ou jaillissent d’un nénuphar entrouvert / bras dressés / vers une autre boule rouge /
 / autre fontaine / sur une base minérale opaque, faire danser un entrelacs de veinules et d’artères tronquées / anatomies minéro-végétales / appareil génitoire ex-pliqué / foisonnement floral des capillaires / comme dans les muqueuses richement irriguées d’une matrice / consistance colorée proche de celle du crabe cuit / canules de verre / sondes / bourgeonnement minéral /
 / significations errantes / transmutation des signes / des sens / ils passent sans cesse l’un en l’autre / ne pas les arrêter / les laisser dériver / au centre même, ils signalent l’inéluctable glissement vers la fin / dans le mouvement même de la fin, ils révèlent un nouveau commencement / perpétuellement excentriques /

Lire l’enfer (panneau droit)

 / où est la damnation / ? / dans les tourments savamment machinés de l’Enfer seulement / ? / NON / elle semble co-extensive à la Création : prolifération anarchique du vif, monstrueuses naissances et excroissances, confusion minéro-zoo-végétale... /
 / problème de lecture / tentation de suivre notre ordre habituel de parcours / de gauche à droite / et d’enchaîner / y a-t-il succession, chronologie, continuité / ?/ errance, mais sous la houlette d’un sens unique / ? /
 / dans le suspens généralisé, ne serait-ce pas la même scène à trois niveaux de discours différents / ? /
 / l’idéologie lénifiante de la Création selon la Bible / mais insidieusement pervertie / discours des délices terrestres ordinaires et extraordinaires / exacerbant tous les sens à la fois / mais suspendues pour le meilleur comme pour le pire / entre acmé et néant / car / comme le négatif des plaisirs de chair et de la possible joie des corps mêlés / éternellement sous-jacent / l’Enfer radioscopié / la musique infernale / en sourdine puis plus nette / trois plages de discours strictement contemporaines / se superposant sans se recouvrir / comme les spires s’élargissant d’une seule et même spirale /
 / où en est, alors, le centre élocutoire / ? / évacué avec le Créateur / aveugle et muet / la damnation ne serait peut-êtreque cette absence éclairéedetout centre / coïncidant spire sur spire avec le désir du vif / seule joie / malgré tout / seule unité possible / cette superposition qui est suspens / voulue par l’artiste / ICI /

L’Enfer fécal du musicien

 / mise à nu de la machinerie du désir / toujours-déjà-là / arracher au destin la malédiction qui porte sur la chair / Enfer dédramatisant l’horreur / dédramatisé / montrer les mécanismes secrets du désir tel qu’il ne s’exhibe jamais tout à fait / décalé / différé dans le panneau central / mécanique du vif avec ses mouvements réglés-déréglés d’horlogerie / son errance sur place de dispositif destiné à produire quand même de la jouissance / ex-plication / déploiement en image du fantasme et du songe / avec la part de cruauté et d’éternelle frustration qu’il y a dans le désir même réalisé /

 / machines subtiles / sado-masochistes / sadiques-anales /
 / comme un arc sonore sous-tendant le silence des gestes suspendus / instruments de supplice soigneusement accordés / la basse-continue qui rend possible appétance et érection / empanachée / quelque chose comme la musique rêvée de tortures intimes / luth et harpe intriqués / imaginer le cri infiniment étiré et varié du supplicié / bras ouverts / pincés dans les cordes / dont l’agonie de tout le corps tendu-vibrant module une symphonie de chair / diapason qui permet aux cordes de tenir la bonne harmonique / aiguise le trait strident de toute jouissance / l’accord hors gamme d’un généreux orgasme /
 / la vielle / machine à moudre actionnée par un aveugle des yeux et du cœur / moulin musical des os concassés / ou / comme une molaire broyée dans un cri de sang / poignant comme un début de chiasse / viscères noués / ou / un tas de vaisselle violemment fracassé /
 / cornemuse enfumée / en forme de figue / de perle ou de goutte / de larme / etc... / symbole trop lisible pour être vu / ou lu / le seul explicite / avec celui du couteau pris entre deux gigantesques oreilles / fendant la foule discordes des créatures du rêve /
 / ... / et tout le reste encore /

*

 / machines anales / fécales / anus-roi /
 / assis sur un siège percé / haut perché / un diable à tête d’oiseau / chaudron renversé sur le crâne / engloutit des damnés / de l’anus desquels s’envolent encore fumées et oiseaux noirs / ces derniers transitent par les intestins du démon / et tombent / comme fiente / dans un gouffre / sur le bord un derrière dodu chie de l’or / une gueule vomit tout son saoul / rite de la damnation intégrale / passer par le tube digestif du diable / pour devenir l’excrément de cette machine à déféquer /
 / autour / dispersion de figures sodomitiques / sodomie / principe vrillant de damnation / d’errance /
 / un damné un peu courbé porte / comme sa croix / un long flageolet crématoire / d’où surgit le bras tors d’un incinéré vif / il a un pipeau bien enfoncé dans le rectum / pal musical /
 / un diable chante / les notes s’échappant de sa gueule béante vont s’inscrire sur les fesses d’un damné / comme sur une portée / les lignes y sont tirées dans la chair / un autre déchiffre / désignant du doigt le tracé sanglant des notes à même la peau / partition incarnée / de quel cantique / ? /

 / montée à l’échelle d’un capucin cul nu / avec une flèche fermement fichée dans le bas du dos /
 / leit-motiv des fesses offertes / ouvertes au picorement de l’oiseau / à la pénétration brutale de l’instrument / de supplice / de délice /
 / plaisir d’évoquer au passage la théorie de certains gnostiques / les ophites / adorateurs du serpent / ils voulaient que le serpent de la Genèse eût connu charnellement Eve / ...puis Adam ... / pour leur faire savoir ce qu’il convient de renier .../

L’auberge des entrailles

 / l’homme tronqué / ouvert par derrière / hémorragie d’être / avec le regard du mélancolique porté sur son inachèvement / impossible complétude / totalisation dans l’imaginaire / homme-tronc / bois noueux / arbre mort / bois flotté / creux / sur des barques / au mât : le feu Saint-Elme /
 / œuf ouvert / coque éclatée / pénétration lente et laborieuse de corps étrangers qui tentent de combler le déficit / le manque à être / de cicatriser la grande blessure déjà asséchée /
 / monter l’échelle / vers le sabbat intérieur / la bonne auberge des entrailles / banquet / ou / cène / cela lui reste étranger / vient le combler du dehors / étrange rémunération d’un défaut intime / conscient et inconscient cousus ensemble / sac mal couturé / l’homme sodomisé / inaccompli / inaccordé / recevant d’un autre l’assouvissement du même / imaginaire coïncidence /

*

 / l’homme enceint de sa propre mort / la chiasse / douleur de l’enfantement / mettre bas la "bonne mort" / mais / vidange des entrailles / seulement / l’homme à fonds perdu / sa mort ne lui tient pas plus au ventre qu’une diarrhée / inconsistance / de toutes parts son être fiche le camp / par le bas surtout / c’est ça l’impardonnable /

 / comme feu dans la glace / hordes de vermisseaux humains dégueulés par l’incendie cosmique / fleuve de feu et de sang / charriant des corps / vomissures de l’être / malédiction / damnation /
 /et / au tranchant du couteau / oméga / répons effilé comme une coupure criante / nette / castration essentielle / s’avancer enfin émasculé / le bas-ventre vide / les tripes battant les cuisses / marée / Cybèle / oui / Cybèle mère /
 / hémorragie / et finissant ne pas finir /

Le bateleur

 / la table du bateleur est renversée / au premier plan / foin de démiurge au petit pied / ! / il n’y a pas de cosmos de rechange / illusion messianique /
 / punition exemplaire du faux rédempteur / du hâbleur / sa main est percée d’un couteau / clouée au centre de l’écu / deux doigts bénisseurs / l’équilibre d’un dé / l’épée jusqu’à la garde traverse le corps / le fixe au bois / les cartes s’éparpillent / et se brisent coupe et cruche / décider du monde d’un coup de baguette / au hasard / jeu de jaquet / la création ne saurait se jouer aux dés / dans la gerbe d’un beau coup /
 / l’être conçoit / jette et projette / et mûrit / ne promettant jamais plus qu’il ne peut tenir / plus que lui-même / pur fragment de cohérence nomade / entre acmé et néant / inachevable / inaccessible / ... /


Est-il possible de bien finir ?

 / clôture / s’apprêter à refermer le triptyque / en rabattre les volets / bois peints / arrêter le grouillement des figures / des postures / des sens / terme / borne / limite /
 / mais c’est aussi commencer / re-commencer / fondation / au gré de l’artiste seul / le Créateur ayant été laissé pour compte / vif / non-vif / passant l’un en l’autre / ad libitum / jeu des contraires tenu en son entre-deux même /

 / la bulle de verre / initiale / n’enclôt plus / elle délivre / grosse de tous les mondes à venir / loupe du paysage en soi / elle dompte le sauvage / l’indifférencié / appelant à forme et à consistance / vigueur coupante / effilée / de germinations en gel / couteaux / au tranchant du silex / pour des castrations ailées / comme dague affouillant la chair / pour y inscrire un chiffre / signe de connaissance / enclouure / ... /

*

 / consommation des signes / leur usage effréné / polysémique / usure / épuisement / l’émergence du neuf exige un haut exercice d’attention / décadence des marques souveraines du désir / épuisement de cette race altière / chute et ruine de leur libre jeu /
 / ravaudage des significations / rapetasser de vieilles carcasses sonores / dégradation / déchéance /
 / le pire : faire une fin / se ranger dans un ordre stable et imaginaire des signes / forclos / quand la répétition n’est que ressassement / vide / indifférent /
 / préférer flamber / calciner des oriflammes à la pointe vive des phallus / consumation / ... /

*

 / accomplissement / parfaire un type exquis de plénitude / totalité / réussite sans cesse déniée par le jeu renaissant des figures / aboutissement / ? / peut-être / mais jamais dans le définitif / il n’est pas question / ICI / de bien finir / de laisser s’amuïr le mouvement /
 / pas de destination / une tendance du mouvement même à se perpétuer comme tel / sans plus / aller sans aller nulle part /
 / comment mourir alors / ? / il n’en est plus question / la Création / le Jardin des terrestres et charnelles déités / l’Enfer sous-jacent / superposition en un éternel présent / en un présent vivant / laisser pourrir les chairs diaphanes / pour leur faire connaître tous les états de la matière / tous les degrés de l’échelle / hiérarchique ou non / des êtres / conversions rémunérées au-delà de l’indigne / seulement mûrir / ... /

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -