Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Vivre quand même parce c'est comme ça extraits
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 26 avril 2006.

oOo

à Jean Charard

Le sentiment du pas grand chose l’entre deux
riens
le presque pas le presque plus

petite pluie sèche orage maigre d’
absences
de cendres même

et ce dégoût d’être au fond si peu d’être
rien
que le vertige qui te saisit

et te ceint l’esprit de fatigue
qui
en toi noie tout désir

toute espérance - sauf que vivre quand même
parce que
c’est comme ça

-----------------PARCE QUE ET RIEN D’AUTRE

Vivre quand même parce que c’est comme ça
anthologie
L’Idée Bleue éd.

oOo

 

Le pape Pie Lule est mort ce matin
Un nouveau pape est appelé à régner
Araignée ? Quel drôle de nom pour un pape !
Pourquoi pas Diaphragme ou Capote anglaise ?

(comptine anti-contraceptionnelle)

Petites comptines pour un gros cochon
éditions Le dé bleu - 1977

oOo

 

Chien

Quel chien a mordu l’aube ? Le sang, en bas, ennoie la vallée étroite. Mourir devient maintenant une chose importante - réfléchissons.

La rage a gagné mon bocage, la rage d’avril - ça étouffe et ça tue. Et des images pieuses (de Pasteur et du Petit !) remontent en moi, l’enfant sauvé - la guerre a noirci le sang de mon père.

Le sang bleui des nuits d’avril sur les haies coagule - et c’est beau comme un peintre que j’aime. Oh oui : mourir est un abandon - un renoncement.

Mille oiseaux fous d’innocence jaillissent des épines et du lierre. - Mon frère, pourquoi t’es-tu suicidé ?

Bocages
éditions Les Lettres Libres - 1985

oOo

 

Anorexie

J’ai mangé mon premier mot
dès ma naissance
Allez bébé sois gentil fais ton rôt
disait ma mère pour me le faire
recracher en me tapant
sur le dos.

Plus tard j’ai mangé des phrases entières
toutes crues laitues
des phrases premières
j’ai eu du mal a les digérer
ça me donnait la diarrhée
une bave d’escargot verte.

Puis j’ai bu les paroles des autres
et ça me donnait mal au coeur
et je vomissais au-dedans de moi
et à cause d’eux et pourtant que je les aimais et je
les aimais.

Alors j’ai décidé de ne plus me nourrir
que de silence
mais le silence c’est encore plus lourd sur le coeur
que sur l’estomac.

Finalement je suis devenu caillou je ne mangeais plus du tout
et j’ai mouru comme un escarmot
sans appétit de parole de scarole ni de mots.

Un matin de dimanche quelqu’un a bien vu
que j’étais encore vivant pourtant
puisqu’il m’est tombé dessus
c’était un promeneur de soleil

et il promenait son chien et ses mots en laisse
pour qu’ils fassent leurs besoins
partout où il y a des hommes qui ont besoin
qu’on leur parle et qu’ils mangent.

Alors j’ai eu faim très très faim :
j’aurais mangé toutes les salades humaines !
Mais je n’ai mangé que mes amis :
eux ils ont bon goût.

Anthologie:Agape(s)
Donner à voir éd. - 2006

oOo

 

Vie dissoute dissolue

Ni dormir debout entre les pierres
ni boire de la bière
à s’en éclater la Saint-Jean
mais dire enfin au gardien du cimetière :
- Brosse-moi les dents... -

365 petits quintils
(plus 1 pour les années bissextiles)
éditions Jacques Brémond - 1997

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -