Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
DENSITÉ
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 22 mai 2016.

oOo

En musique, la densité est un mode d’organisation du matériau sériel, le tissu sonore pouvant être variable d’1 à n voix. Karlheinz Stockhausen a été particulièrement attentif à cette dimension.

De son côté, Pierre Boulez a proposé comme critère de « l’engendrement sériel » la « densité d’engendrement ». Cette notion de densité conduit inéluctablement à une logique de prolifération qu’exploitera Jean Barraqué dans le sillage de ses contemporains.

La « densité » d’un poème - plus métaphorique - n’est pas moins sensible. Jean Grosjean, pour évoquer la spécificité des œuvres littéraires, parlait de « littérature dense ». Prose ou vers, poésie ou roman, le distinguo ne s’établit pas sur la base du genre mais de la densité.

L’aspect immatériel de la densité textuelle est insaisissable. Il est périlleux d’avancer qu’une œuvre est plus dense qu’une autre. C’est une métaphore ou une croyance qui relève de la critique littéraire.

En revanche, la phonologie d’un poème se laisse aisément ramener à un principe de densité. Le resserrement phonologique du poème indique bien un degré de densité qui sera variable et dont la variabilité a un impact direct sur la plastique du poème. Ainsi, le célèbre « aboli bibelot d’inanité sonore » de Stéphane Mallarmé marque-t-il un degré de densité élevé sur le plan strictement phonologique. Mais il faut bien en convenir : nous n’en sommes pas, aujourd’hui, à calculer la densité d’un poème.

Il faudrait, pour cela, considérer le réseau complet des relations qui sous-tend l’apparition de chacune des unités : on dira alors que ce réseau calcule sa densité. Ce ne sera pas un indice de la valeur du texte. Mais une densité élevée marquera nécessairement un mode d’engendrement asymétrique du texte, dont l’asymétrie est conduite par une amplification décelable de la pression phonologique.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -