Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Catharsis ou citadelle
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 24 juillet 2016.

oOo

 La division binaire des écrivains a cet immense avantage : appréhender leur rapport à l’art.
 Si la première catégorie considère la littérature comme le moyen idéal de nettoyer ses propres traumas, elle met ainsi en avant les vertus cathartiques de la discipline. L’écriture, ainsi, est thérapie.
 Ils sont nombreux à exprimer leurs névroses familiales, leurs humiliations personnelles, leurs travers, leurs pathologies diverses et variées, oui, ils sont nombreux à utiliser le récit - plus que la fiction - afin de tenter une auto-guérison. Un certain nombre, de surcroît, accepte d’être traversé par le champ psychanalytique, espérant sans doute la consolidation d’un moi solidifié et d’une inspiration invariante. Généralement, ces livres confortent le lecteur dans ses problématiques, ils demeurent à l’écart de toute vision du monde. Dans le même temps, la psychanalyse vient de la littérature. Œdipe en est un exemple parfait. Mais la spéculation grecque donne alors naissance au détour, à la fiction qui transcende le réel, à la dramaturgie qui matérialise le grand miroir collectif. Les pièces de théâtre se jouent devant tout le monde. Devant le monde. Mais il s’agit, ici, d’une reprise de l’angoisse pour la ruiner avant de la transformer en œuvre d’art. La fiction - je l’ai dit à plusieurs reprises et notamment dans mon essai " Pour une véritable littérature " - a une capacité d’absorption sans limite des autres disciplines.
 Ce pouvoir d’absorption signifie le dépassement ou la construction, la littérature proposant alors des œuvres projetées, ouvertes, des œuvres qui contiennent une vision du monde et dont l’impact, parfois, est colossal. " Les liaisons dangereuses " de Choderlos de Laclos ? Censurée sous la Restauration. " Madame Bovary " de Gustave Flaubert ? Poursuites judiciaires. A l’inverse de la thérapie, c’est l’empire qui apparaît, peu à peu, c’est une cohérence littéraire qui est en train de naître, par la puissance du style, la singularité de l’atmosphère, l’évolution de l’œuvre sur une durée marquée par un certain nombre d’ouvrages. C’est la volonté de se diriger vers la lumière, d’interroger la vie sous toutes ses formes, de prendre une direction inconnue et d’aller jusqu’au bout. Jusqu’à la forme terminale qui sera sans doute provisoire. Qui reflète la présence de la seconde catégorie, celle des bâtisseurs, pour qui la littérature se confond strictement avec l’édification.
 L’empire face à la catharsis …
 La lumière face au pathos …
 Prométhée versus Hadès.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -