Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
LANGAGE
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 8 janvier 2017.

oOo

On ne transpose pas impunément un principe musical dans l’espace de l’écriture qui est référentiel et grammaticalisé de par le « trésor commun de la langue ». Il faut s’abstraire. Mais la vie des formes permet de dégager des phénomènes communs, dont la communauté est forcément limitée par la spécificité des expressions musicale et verbale.

Ainsi l’itération de type a = a est-elle avant tout une structure rythmique d’emprise et d’étendue variables.
Saussure assurait que pour fonder un langage, deux termes seulement étaient suffisants.

 Ainsi, dans une langue composée au total de deux signes, ba et la, la totalité des perceptions confuses de l’esprit viendra NECESSAIREMENT se ranger ou sous ba ou sous la. L’esprit trouvera, du simple fait qu’il existe une différence ba / la et qu’il n’en existe pas d’autre, un caractère distinctif lui permettant régulièrement de tout classer sous le premier ou sous un des deux chapitres (par exemple la distinction de solide et de non solide) ; à ce moment la somme de connaissance positive sera représentée par le caractère commun qu’il se trouve avoir attribué aux choses ba et le caractère commun qu’il se trouve avoir attribué aux choses la ; ce caractère est positif, mais il n’a jamais cherché en réalité que le caractère négatif qui pût permettre de décider entre ba et la  ; il n’a point essayé de réunir et de coordonner, il a uniquement voulu différencier. Or et enfin il n’a voulu différencier que parce que le fait matériel de la présence du signe différent qu’il a reçu l’y invitait et l’y amenait impérativement, en dehors du son.

F. de Saussure, « Note 29j » (établie par Simon Bouquet et Rudolf Engler), citée par Jacques Geninasca, in « ʺSigneʺ, ʺforme-sensʺ, formant », L’Herne, n°76, 2003, pp.221-222.

J’en suis assez d’accord. Le sens nait de limites et d’exclusion et non de l’utilisation forcenée de toutes les nuances qu’offrirait la langue.

L’intensité de l’expression se resserre d’ailleurs, d’instinct, sur des éléments ratifiés. Ainsi, l’expression de l’horreur :

  • Non... Non... Nooooooon !

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -