Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Réalité et performance - La performance de la réalité - Chantier 17
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 16 septembre 2018.

oOo

La performance de la réalité, ce n’est pas ce qu’on pourrait imaginer de prime abord. C’est plutôt la carrière déplorable de ce prétendu comique qu’on appelle William Sentridge et qui n’est qu’un pseudo-William Sentridge puisqu’il s’agirait en fait d’Ulrich Hyndir, un penseur influent de la sphère néantiste de tendance isolationniste qui a feint son suicide où moment des désastreuses conférences de Stockholm.

L’homme écumait les bouges les plus sordides des côtes françaises et anglaises de la Manche et de la mer du Nord en produisant des spectacles insignifiants et destinés à le rester, puisqu’ils ne faisaient au final que couvrir les trafics les plus divers et les plus horrifiants. Enfin, c’est une hypothèse. La réalité est qu’on ne sait pas vraiment à quoi rimait cet humour déceptif qui ne laissait aucune impression à l’esprit de son auditoire, au point qu’on pouvait se demander si le spectacle avait effectivement eu lieu !

Tout est sordide dans l’histoire de ce pseudo-William Sentridge qui a également pu être identifié comme John Wayne ( pas l’acteur) à un moment où il était un activiste convaincu, panique, qui devait se perdre dans les méandres de ses esprits à l’occasion d’un incident d’horloge. La nuit qui venait de tomber se muait déjà en aurore, John Wayne a entrepris d’aller chercher des cigarettes au tabac qui jouxte l’église, sur la nationale mais le bitume s’est mis à bouillonner, etc. John Wayne n’en est jamais revenu. Et Ulrich Hyndir s’est retrouvé en situation d’accusé dans l’enceinte d’un tribunal pyramidal qui ne devait prendre en compte que les faux témoignages.

A moins que cet enchaînement de faits mal cernés ne soit qu’un assemblage destiné à une production filmique de Jack Ern-Streizald. On sait qu’il voulait exacerber les propriétés corrosives de la couleur jusqu’à en faire perdre la raison au spectateur qui prétendait se délasser au cinéma. Mais il est douteux que Jack Ern-Streizald, qui était un réalisateur médiocre et lui-même sévérement atteint, ait pu imaginer un personnage quasi intangible comme le pseudo-William Sentridge. A-t-il assisté à l’un de ses horribles sketchs qui pouvaient investir leur auditeur d’un effroyable sentiment d’ennui et de vide ? Peut-être. Mais peut-être alors n’en aura-t-il rien retenu. Et cela, ce n’est pas le temps qui nous le dira.

Le temps ne dira rien. C’est toute la performance de la réalité, cela. Le temps est comme William Sentridge. Il faudrait dire le pseudo-temps.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -