Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Lilotte de la Busserine VI
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 23 septembre 2018.

oOo

- Dans cet imbroglio des phénomérides, tous les impliqués semblent avoir oublié le principal objectif de la morale, de la bienséance. Mon chef, cet imbécile d’ « El rubio », ne peut un instant supposer que seul le Vatican me donne des ordres. Et encore, pas cette marionnette papale toute vêtue de blanc, mais un certain cardinal dont je tairai le nom. Jésuite je suis né, jésuite je mourrai ! L’Eglise, la secrète, la sublime qui s’est sanctifiée dans l’Inquisition, celle qui traite en sous main et à arme égales avec toutes les mafias du monde, l’Eglise la seule véritable donc, veut à tout prix bien sûr, récupérer les écrits du fameux Karim.

 Moi apparent sergent Tupala, moi vrai serviteur de l’unique foi, moi je sauverai le monde !

 Et pour ce faire, il me semble que je tiens le bon bout. J’ai embarqué et mise à l’ombre une petite Française qui nous vient de Marseille via Barcelone uniquement pour donner son mignon petit cul au Karim désormais introuvable. Cette Lilotte me parait plutôt une linotte ; quant à son langage…une pure merveille ! Jamais au grand jamais je n’avais écouté autant d’argot, et du plus vulgaire qui soit. Je m’y paume parfois. Pourtant j’aime le Français presque autant que le latin, c’est vous dire !  

 La Marseillaise en chantant, rodait dans le port au moment où le Long Song venait d’être remis à l’eau. Cette linotte innocemment demandait si un certain Karim était revenu. Comme ca, à tout le monde ! Elle croupit désormais dans une cave humide d’une eau salée. Vieille construction promise à la démolition, trop près de la mer sans doute. Le pécheur qui la garde en profite à n’en plus soif. Le pire est que la nana n’arrête pas de gueuler…de plaisir. Bof, aucun risque que l’on puisse l’entendre. Et d’ici peu, elle va tout me dire sur la noirpiotte qui l’accompagne. Jusqu’à aujourd’hui, personne n’a résisté à mes injonctions de vérités. In Corpus Christus torturatum at veritas.

***

Cette idiote de Lilotte a faussé la compagnie pourtant fort agréable de mademoiselle Winston Duck. Ses envies de baise avec Karim ne sont plus que de vagues souvenirs. Comment a–t-elle pu tomber dans ce trou à rat ? Et surtout, surtout pourquoi ? Le pêcheur qui se la farcit au moins trois fois par jour ne parle pas un mot de Français et elle-même ne connais guère d’autre que « coño » en Espingouin. Même pour faire ses ablutions ou se soulager, ce vieux puant ne veut la délier. La Canebière où elle ne descendait pourtant pas souvent lui manque, les escaliers de la gare Sant Charles où elle a levé quelques michetons lui manquent. Les blocs ensoleillés de son quartier où elle chouffait pour les dealers lui manquent.

 -j’veut plu con m’apele de la Busserine razibus le fion des noble hé de toute fasson c’est des beicheurs tout les ceuss qui mon baisé y savai pas fair 

 au secour moi j’mapele Liliane d’mon vrai nom Liliane Pichet parceque mon pater létai ben francais maime que tous quan que jétai p’tite m’apelai Pichet d’pinar 

  au secour j’veu revoir Marseille 

Pendant que la lettrée des quartiers nord pleure dans sa geôle, fait exceptionnel car rarement larme ne coule de ses beaux yeux, le captaine Karogne aidé de se deux matelot Jules et John est à la manœuvre. Les voiles sont hissées et le cap est mis plein sud. Certain que la Aduana, la Guardia Civil, la Policia Nacional et d’autres plus affiliés à la barbouserie espagnole vont les suivent à la trace. Tous persuadés que Le Long Song retourne faire son plein de hasch au Maroc.

Que nenni mes tous beaux ! Le Cap Palos dépassé, le voilier continuera vers le sud. Direction Mostagadem en Algérie. En cette belle terre musulmane, le Grand Meneur les attend et il sera heureux d’assister allah conversion de ses deux matelots à l’islam.

***

 Tous des branleurs, que des branleurs ! Jusqu’au sein d’une revue littéraire de qualité, ils osent le dire et le redire. Ils s’en ventent, leurs branlettes sont devenues leurs pains quotidiens. Le Cintas, le Bourson, le De Culla, le Vlélo et tout un groupe qui se veut Personne, paraissent n’avoir pour but que de noyer les hommes dans un océan de foutre ! Ils prétendent ainsi procurer l’orgasme définitif... ! ô épectase…

Moi, Lalie Duck, je suis arrivée tardivement dans leur éphémachinchoses ; femme je suis née et j’aime nager dans une eau claire, salée ou non. Le foutre me va fort bien mais seulement pour la baise. Pour la baignade il ya a mieux. De plus je connais bien le Valéro, ses vielles couilles vont-elles pouvoir produire autant que celles des suces-nommés ci ? Le gars n’a plus la force de se branler X fois par jour comme les fortiches de la Ral,m.

 

Quant à mon chef, le sieur Patrick Cintas, je me demande s’il est meilleur ou pire que Kafka ! Il vient de me donner des nouvelles de « sa » Luce. Et comme d’habitude, il m’a fallu déchiffrer ses fameuses phénomérides pour comprendre où il veut en venir…Si tenté qu’il le sache lui-même !

 

Pourquoi mon Tupala d’autrefois est-il réapparu en Yupala ? Bof, Patrick l’a ainsi renommé et il ne coute rien de le suivre. Tupa ou Yupa, l’abominable travaille pour sa putain d’église pédophile et il va peut-être trouver avant moi les divagations musulmanes pour contrôler l’humanité. Quelle belle fête !

 

NOOOOOOOON !!!!

Plus de mainmise religieuse sur ces cons d’hommes ! Jamais ! En les supprimant tous je ne vais faire que de les délivrer. La Luce va m’aider, elle le doit.

Extraordinaire cette nana ; alors qu’elle se fait exploser le cul, elle a encore la force de phosphorer du bulbe !

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -