Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Out of time
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 avril 2007.

oOo

Out of time

Alexandre THOLLON
produit avec le soutien de JCC communication
durée 41mn

Alexandre THOLLON joue de l’harmonica. Son interprétation de "Pictures of a woman" est particulièrement réussie. Rien que de l’acoustique et des musiciens de chair et d’os pour l’accompagner dans ces beaux enregistrements : pianos, violons, altos, violoncelles, contrebasse, flûtes, piccolo, cor, trombonne, darbouka... De quoi remplir l’espace de belles partitions tonales jusqu’au bout des ongles et du souffle. Un bon moment aussi, avec la qualité et, pourquoi ne pas le dire, une grande classe.

Textes de Jean-Claude Cintas parus en 2001 dans le livret du CD de l’harmoniciste Alexandre Thollon « Out of time ». Rappelons que Jean-Claude Cintas a réalisé, pour cet album, l’ensemble des photos, le design et le suivi de la direction artistique des musiques.

1. « Travel in a twilight world »

Un piano évocateur introduit le thème en ré dorien et en ré mineur que le soliste harmoniciste soutient d’un vibrato maîtrisé et chatoyant. Puis le violoncelle intervient avec majesté et profondeur. Se succèdent alors pour la partie mélodique, de l’harmonica, glissandos, bendings et overblows qui supposent une parfaite maîtrise du souffle. Le « voyage dans un monde nébuleux » est alors entamé. A chacun d’y trouver son parcours...

 

2. « Pictures of a woman »

Cette composition est de Pete Pedersen, harmoniciste américain, jazzman de grande renommée. Ce morceau très technique alterne des passages sautillants évoquant la gaieté sous forme d’une gigue enlevée à d’autres plus mélancoliques montrant la possibilité de l’instrument et les qualités d’interprétation d’Alexandre Thollon. Des images évocatrices de la femme se succèdent...

 

3. « Carte juste »

Après une introduction atonale, le thème en fa dorien poursuit ce morceau architecturé autour d’un rythme hindou à sept temps. Viennent ensuite s’associer progressivement l’harmonica, une darbouka, deux flûtes, un violoncelle, une contrebasse et un piano. Cette pièce basée sur une rythmique complexe demeure à l’écoute simple, évidente et limpide. On en oublie, grâce à une orchestration bien enveloppée, la difficulté rythmique qui la soutient. Etonnant...

 

4. « Altaïr »

Quelques notes de piano cristallines débutent cette pièce qui s’annonce comme le thème majeur de cet album. Puis le violoncelle assoit l’arrivée de la mélodie qu’interprète l’harmoniciste avec une rare sensibilité. Ce thème magnifique qui ne demande qu’à devenir un « tube » ou un « standard » laisse glisser bendings et autres passages harmoniques d’exception pour imposer le climat d’une mélancolie heureuse. « Altaïr » n’est autre que le nom d’une étoile qui se situe dans la constellation de l’aigle, aigle que Jupiter incarna pour délivrer une déesse. Etoile visible d’une grande partie de la surface du globe, elle a toujours guidé les hommes à travers les âges. Ici, Alexandre Thollon nous guide, mieux encore, nous entrouvre les portes d’un regard sur soi. A chacun d’y laisser son imagination voguer au fil de ce thème harmonieusement cadencé par l’arpège lancinant du piano. L’harmonica est en duo permanent avec l’archet du violoncelle complice et dont les consonances arabisantes ne manquent pas de nous transporter…

 

5. « Barkhanes »

« Barkhane » est une dune de sable qui se déplace en forme de croissant sur un terrain non sablonneux. Après l’introduction à capella de l’harmonica, l’œuvre se construit de façon atonale. C’est une sorte de personnage qui évolue au fil des notes. La dune se déplace, se transforme, s’enrichie, se casse, se reconstruit, subit diverses influences. Autour du quintette à cordes, l’harmonica se promène souverain, accidentellement soutenu par un piano espiègle contemporain. A suivre...

 

6. « El cant del occels »

« Le chant des oiseaux », Noël catalan, demande le recueillement, la communion entre les hommes. L’arrangement spécialement écrit pour la circonstance pour un quatuor à cordes, évoque le frétillement des chants et le battement d’ailes des milliers d’oiseaux qui s’ébrouent dans la forêt en une sorte de communion indisciplinée mais fraternelle. Ce thème entendu un jour à la radio (interprété par Pablo Casal) s’est imposé à Alexandre Thollon comme une évidence. Il se devait de l’interpréter lui aussi. C’est maintenant chose faite. Une occasion unique aussi de montrer les qualités de l’instrument dans un registre grave (jusqu’au ré grave) rarement usité. Chante Alexandre, chante !

 

7. « La corrida de toros »

(Œuvre de Pete Pedersen enregistrée pour la première fois). Après une introduction homorythmique, un mode diminué inversé, sorte de mode andalou, plante le décor d’une corrida ou le jeu permanent du beau geste et de la mort s’opposent sans cesse. Aux moments d’observation s’opposent ceux de l’action. Je t’aime, moi non plus. Jusqu’à ce que le toréador-harmoniciste porte l’estocade finale ; enlevée et magistrale !

 

8. « Clichés pour un siècle révolu »

Ce titre laisserait à penser que le siècle passé était fait uniquement de clichés. Il n’en est rien. Cette pièce est, dans cet album, celle qui nécessite le plus d’instruments : un quintette à cordes, un cor, un trombone, deux flûtes, un piano et bien évidemment le souffle intense de l’harmonica. C’est le dialogue d’une mélodie langoureuse et belle répondant aux violons lancinants et aux flûtes aériennes. L’espace, au fur et à mesure, s’agrandit et s’ouvre à une suite d’images, de clichés, sorte d’hommage aux compositeurs du XXème siècle. Tout y passe. Différentes directions musicales s’entrechoquent et s’enrichissent entre elles comme constat d’un siècle extrêmement créatif. Peut-être l’annonce d’un nouveau siècle pour l’harmonica qui mériterait d’obtenir ses lettres de noblesse d’instrument à part entière. Qu’on se le dise...

J.-C. Cintas

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2018 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -