Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Histoire de Jéhan Babelin 48
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 16 décembre 2018.

oOo

« Ici repose et a vécu,
Jéhan Babelin chien d’amour
Qui dès l’enfance a toujours su
Qu’il ne connaîtrait pas le jour.

Telle est sa nuit nu parmi nous.
Rimons la rime au masculin
Car en lui femme à deux genoux
Prie qu’on retrouve le matin. »

Quelle angoisse ! Quelle tuerie !
Quel flot de sang et de chair cuite !
Mes nuits j’adore vos envies
Car c’est ici que Jean habite.

Babel trouée de langues mortes.
Jet de passion et d’existence.
Je n’aboie pas devant vos portes,
O paillassons de l’impuissance !

Et ainsi herborisant le vers,
Le chien suivant comme un chien
Et le vent sans l’oiseau
Qui lui eût pourtant donné un sens.

J’aurais pu mourir de soif
Au milieu de ce désert d’homme,
Crever comme meurt l’animal
Entre une souche fossilisée
Et la ruine d’un ancien temple.
Je le reconnais volontiers…
Allez savoir pourquoi
Je suis si vite revenu…
Car cela ne dura pas.
La mort des autres
Etait provisoire,
Sans doute par décret.
Je me rendis à l’évidence.
S’ils revenaient d’entre les morts,
Je retournais à mes pénates,
Avec mon chien et mon sommeil,
Sommeil de jour, travaux des nuits.
Non je ne suis pas mort de soif.
Mon chien aussi a survécu.
Même l’oiseau est revenu,
Dans ma tête il est revenu.
Et le monde reprit son cours.
On voit ça dans tous les films.
L’interruption ne laisse aucun souvenir.
Au fond il ne s’est rien passé
Si l’on en juge par ce qui se passe
En ce moment là devant moi.
Le chien renverse son chapeau,
Le tend à la foule pressée
De revoir femmes et enfants
Entre les murs de l’existence
Que les séries télévisées
Doucement empoisonnent.
Dans le chapeau, quand il revient
A la maison où je compose,
De l’argent, des lettres d’amour,
Des boutons et des ex-voto.
Des vers contre les détritus
De l’esprit qui n’en peut mais plus.

Voilà comment Jéhan Babelin
D’enfant devint municipal,
Puis déserteur et suicidaire,
Aède suivi de son rhapsode
Et enfin poète à ses heures.
En arriver là à trente ans,
C’est plus que triste et affligeant.
Et pourtant c’est ce qui fut fait.
Voilà comment on perd le fil.
On a beau être riche d’argent
Et rendu fou par les passions,
Tout est mal qui finit bien
Selon les principes de la tribu.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -