Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Loin de moi l'idée
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 6 janvier 2019.

oOo

Loyale ? Non ! Fidèle ? Non et non !

Une perle, une vraie, cette femme !

 

Chapelet d’injures, bouillon de jurons,

Ordures en tous genres et perversions fines

 

Comme peut l’être un cognac hors d’âge

Une boisson chaude fera l’affaire

 

Au nom du père, au nom du fisc

Amène le blé et contente-toi de rouler !

 

Année chaste, année faste ? On s’en fout

Comme de l’an quarante avant notre ère

 

Malheur aux empires, malheur à tous

Que la peste bubonique s’abatte sur eux et leur progéniture !

 

Peu me chaut, dit la patate encore chaude

A consommer froidement, en solitaire, sur un lac gelé

 

Fritz m’accompagne, cheveux raides, jambe de bois,

Le cul de jatte sublime, l’arriviste encordé

 

Même les violons se méfient de ses doigts,

Cassent une corde dès qu’il s’approche

 

Dans le fiel de tes yeux de mieux en mieux je me mêle au miel de ta bouche en feu,

Et me voilà bien, hydromel des temps anciens à la vigueur nouvelle

 

Ainsi pris dans les tenailles molles de tes désirs recuits de femme d’intérieur

Va dans le jardin, chérie, tu y trouveras le cadavre encore frais de la veille

 

Un râteau devrait suffire à l’y disperser comme feuilles mortes au vent

Ne t’en fais pas, la pluie veille qui efface jusqu’à elle-même le moment venu

 

Te reste l’herbe à brouter et le muret à broyer,

Lézarde doucement dans les failles et cogne comme mille soleils réunis !

 

Laisse donc aux industrieux la construction du pont de lianes

La furie de tes eaux déborde le cadre strict de mes compétences

 

Moi, ce sont tes eaux furieuses que je veux voir déborder de partout,

Et l’air et le vent matinal, la marée haute aussi et les roches trahies

 

Aucun esquif ne résiste bien longtemps à mon regard froid

Telle femme passe et repasse, inquiète de savoir comment je vais

 

Telle fournaise me sied, loin des mers et du cœur,

Soleil aveuglé, astre rapiécé, fragment d’univers sans commencement ni fin

 

Jean-Michel Guyot

1 janvier 2019

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -