Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Lettre à un Juif de France… ou d'ailleurs
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 24 février 2019.

oOo

Ami bonjour,

 

Oui, je commence par le mot ami et je terminerai également avec lui. Il me parait tellement absurde de refuser d’apprécier un homme en fonction de sa race ou de sa couleur de peau, tout comme de son aspect physique ou de ses coutumes. Je crains de ne pas pouvoir dire la même chose en tenant compte de sa religion. Quelle qu’elle soit ! Les croyances sont pour moi les plus solides barreaux de prisons destinées à la manipulation, au contrôle des individus. Elles ne sont que factrices de divisions, de haines. Et au nom d’un Dieu souvent commun, des guerres ne cessent pas. Je ne développerai pas davantage cet aspect.

Un certain Dieudonné, comique il fut un temps mais qui personnellement ne m’a jamais fait rire (chacun ses gouts), fait enfler une polémique sur ses propos antisémites. Maintenant, les textes de cet "humoriste" me font vomir.

Il m’a fallu attendre fort longtemps pour savoir que l’on pouvait différencier les hommes selon leurs races. J’avais retenu de l’école puis du lycée que nous étions tous égaux et ne me souviens pas d’avoir prononcé un jour "sale Juif". Encore trop influençable et au présent d’une guerre d’Algérie tuant bien des petit gars de chez nous, j’avoue à ma grande honte avoir dit à l’époque "sale arabe". L’imbécile que j’étais ne savait pas même ce que le mot signifiait. J’ai joué avec des ami Juifs à la récréation, jusqu’à l’âge de dix-huit ans, toujours sans savoir que l’on pouvait les haïr.

Ce n’est que tardivement que l’on m’enseigna les atrocités faites à ton peuple pendant la deuxième guerre mondiale. Informations inconsistantes assimilées sans réelle compréhension. Ce n’est que plus tard encore que ma curiosité m’a fait réellement découvrir l’abomination. Et j’ai pleuré.

Je ne pouvais respirer devant les baraquements de Dachau. J’ai voulu visiter le camp alors que j’étais militaire (d’une très courte carrière) en Allemagne.

Il m’a fallu beaucoup de temps pour vouloir comprendre pourquoi, toi mon ami Juif, tu étais haï. Comme tout le monde, bien des idées me courraient par la tête. Des informations plus ou moins tendancieuses, plus ou moins objectives données par l’histoire, par les livres, les romans et de nos jours par tous les moyens de communications, n’ont fait que de forger… des incertitudes. Beaucoup trop de mensonges y sont distillés.

Internet est arrivé pour hélas nous saouler, nous noyer. Cependant j’ai trouvé grâce à cet outil des compléments d’information qui m’ont aidé à écrire mon premier livre " LE SOURIRE DE LA PALESTINE"

 J’y décris la vie incroyable d’un homme de ton sang. Un homme extraordinaire. D’autres textes ont suivi ce livre, toujours sans le moindre succès et je m’en fous. Dans bien d’entre eux des Juifs sont protagonistes. Peut-être ai-je vécu une vie antérieure parmi les tiens ?

Je ne peux cacher mon admiration pour les musiciens, les savants, mathématiciens, chercheurs, penseurs, politiciens et artistes dans tous les domaines que vous avez donnés pour la grande gloire de l’humanité. Le bas va bientôt blesser…je ne comprends pas que des gens si merveilleux sur le plan individuel fassent de telles aberrations sur le plan collectif.

Tout le monde connait le passé de l’ignoble petit moustachu Adolf avant qu’il ne prenne le pouvoir. Peu de gens savent qu’il aurait pu devenir un peintre de renom. Je peints moi-même et reconnais que ses toiles ne manquaient pas d’intérêt. Avant-gardiste pour l’époque, elles valent largement celles de certains qui ont culminé. La main mise sur cet art, une sorte de monopole exercé par ceux de ta race, a rechassé par deux fois le talent. Début d’une haine incommensurable dont tous, hélas, ont vu l’horrible aboutissement.

Actuellement, dans le domaine de l’audiovisuel, particulièrement à la télévision, un phénomène semblable se produit provoquant l’exclusion de ceux qui ne sont pas de ton sang. Une multitude de compétents se voit refoulée au profit des fils de ceux qui sont déjà en place. Là encore la haine (tu me diras provoquée par la jalousie et je le concède) se développe. Existant dans le cinéma américain depuis ses balbutiements cela a déteint sur le septième art français également.

Pourquoi ces exemples ?

Quand on plante des graines de salade en sol, il est rare que des melons y germent ! En excluant, en monopolisant vous vous excluez vous-même ! Résultat pratique, la plus part des gens en viennent à dire des imbécilités qui ont un fondement de logique. Du genre "Si tu veux réussir, il te faut être juif ou pédé !" Pardon pour ma franchise, j’en ai mal aux trippes quand j’entends ce refrain ! Honte pour moi, il m’arrive d’avoir cette pensée !

Amis, l’entraide, la fraternité de votre sang, devient tellement sectaire qu’elle provoque votre propre exclusion. Peut-être que la religion est responsable également de ta situation. Comment peut-on prétendre être les élus de Dieu ?

Dieu ferait-il du favoritisme ? L’égoïsme et l’affirmation d’une supériorité vis-à vis des autres ne peut qu’entrainer encore plus de haine. C’est pour cela que j’ai déjà nommé la religion comme factrice de séparation, d’incompréhension voir de guerre. Regardons l’église catholique qui s’est efforcé pendant des siècles pour effacer la judaïcité du Christ et qui en parle du bout des lèvres aujourd’hui, regardons le mal que cette institution a fait aux hommes au nom d’un Dieu qui est aussi le tien.

 Sur un tout autre plan. L’Allemagne libérée de l’infernal nazisme a du faire son mea-culpa autant pour les autres nations que pour elle-même. Elle a aujourd’hui repris une place digne dans notre monde. Savoir reconnaitre ses péchés est une marque de grandeur. Marque que les Japonais ont mis soixante-dix ans à afficher en s’excusant enfin des massacres sur le sol chinois pendant la guerre. Marque que notre pays ex colonialiste a affiché en face de ceux qu’il a exploités, brimés humiliés. Marque qu’il manque à la Turquie niant encore et toujours le génocide des Arméniens du début du siècle passé.

Il y a peu de temps, j’ai connu un jeune homme charmant et sympathique, un grand blond venu d’Israël pour s’installer en Espagne en y ouvrant commerce. Après une intéressante conversation, ce jeune (qu’il m’excuse de ne plus me rappeler son nom) a formellement nié les massacres de Sabra et Chatila au Liban en septembre 1982… Marque qu’il faudra un jour poser sur la table si vous ne voulez pas vivre mille ans de conflits sur les belles terres d’Israël. 

Les batailles que vous avez gagnées par les armes se révèlent des défaites cuisantes devant la vie. Pour meilleur preuve…le mur de la honte qui séparent ces terres où l’on se demande si l’homme n’est pas en trop !

Ami ! Ce n’est pas un livre entier où mon cœur te parlera qui résoudra le problème grave de l’antisémitisme. Peut-être y aurait-il un certain comportement le provoquant ? Les plus exaltés d’entre les tiens vont voir dans cette lettre une provocation ou un acte antisémite déguisé…ils se trompent lourdement. Ou plutôt, ils veulent TE tromper !

Qu’ils soient d’un bord ou de l’autre, n’écoute pas ceux qui hurlent à la haine. Ce sont eux qui demain tireront le profit quand tu seras mort pour LEUR idéal.

Bien à toi mon ami.

Henri

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -