Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
800 - nouvelle - avec un préambule
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 17 mai 2020.

oOo

Préambule

Mes publications chez le Chasseur Abstrait sont essentiellement des livres de nouvelles. 
Au sein de la RAL’M, j’en distille quelques-unes. Par intermittence.
Depuis plus de vingt ans, maintenant, ma plume s’aiguise au fil de ce genre qui est apparu avec force et évidence et qui ne m’a pas quitté.
En 2011, année de l’obtention du " Prix de Chasseur de nouvelles ", j’ai écrit " Les fondements de la nouvelle abstraite ", une esquisse sur les contours de ce que j’entends par cette dénomination qui se confond avec l’innovation. Aujourd’hui, la complexité et la mobilité de ce concept sont devenues si grandes qu’il m’est impossible d’en préciser les avancées avec rigueur. D’autant que l’essai et ses infinies possibilités d’approche me préoccupent tout autant ou presque. Je dois me contenter, pour l’instant, de dire aux lecteurs que la narration est plus ouverte et subjective que jamais, contenant en son sein une nouvelle approche de la description et de la conscience narrative qui diffusent logiquement une autre perception. Une autre vision du monde. Mes écrits récents, des nouvelles sans titre - ainsi que leur série - le démontreront peut-être un jour sous la forme d’une publication …
En ce début d’année 2020, l’arithmétique a encore progressé puisque la 800e vient d’être achevée, partiellement en lien avec ce que l’on pourrait appeler une forme de bilan, censé apporter des éléments aux rescapés qui aiment la littérature.
Voici la 800e, donc, qui précède de peu mon anniversaire - je ne mentionnerai pas mon âge par coquetterie - une nouvelle à part, à l’image de " 700 ", dont le but est de mettre l’accent sur l’état d’esprit qui m’anime.
Mon empire s’étend, ainsi …

 

800

Le Narrateur observe ses galons. 
Qui a dit, qui a osé prétendre qu’en matière de grade il existait des limites ?
Je me souviens de ces temps anciens, maintenant, où mon double déambulait au sein de couloirs le conduisant à un tribunal, oui, un étrange tribunal où diverses forces coercitives l’accusaient à tort, ou plutôt essayaient vainement de l’accuser. Ou bien encore l’accusaient faussement. A moins que leur intention n’ait été simplement de le découvrir enfin ? De parler avec lui ?
Le Matricule six cents est loin, maintenant.
La poursuite de sa trajectoire qui se confond avec l’investigation de sa démesure a cédé la place aux Matricule sept cents, il n’y a pas si longtemps. Ce nouveau double n’a jamais écrit de roman, lui non plus. De longue fiction. De longue narration.
Je rectifie aussitôt cette donnée susmentionnée : le Narrateur a écrit un roman. Du temps de sa jeunesse, il a connu une seule fois la plasticité et la patience nécessaires à l’élaboration d’un roman. Un roman bref, dense, qui déployait déjà toutes les caractéristiques de sa littérature actuelle, de ses nouvelles, y compris les plus abstraites. Dans un temps où les ruines étaient beaucoup moins étendues qu’aujourd’hui, des prémices de ruines pour être plus précis, tandis qu’à l’heure actuelle elles sont partout. 
Oui, partout.
Plus étendues que jamais. Comme si leur potentiel avait enfin livré toute son énergie.
Depuis quelque temps, ce sont deux voies narratives qui se côtoient, deux voies parallèles, l’une poursuivant la narration avec dénomination, l’autre développant la narration sans dénomination. La narration sans titre. Cette dernière est la plus récente dans l’oeuvre du Narrateur qui n’éprouve nul besoin ou raison d’afficher la fiction d’un titre.
" Sans titre " est séquentiel.
" Sans titre I " ...
" Sans titre II " ...
" Sans titre III " ...
" Sans titre IV " ...

Beaucoup de " Sans titre " recensés, déjà, ouvrant davantage la narration. L’approche est on ne peut plus simple, directe, mêlant des éléments encore plus hétéroclites qu’auparavant, dans une composition hybride où l’essai, la fiction, la spéculation philosophique, l’autobiographie se croisent pour partager un même destin qui se veut cohérent. L’aventure est en cours. " La littérature, ultime aventure " n’avais-je pas écrit ?
Mon squelette s’est depuis longtemps retiré de la narration, donnant toute latitude à la conscience subjective dont la présence dans l’espace-temps est plus diffuse, plus étale ou panoramique. S’opère une dissolution de cette conscience au sein de l’entité qui la construit, je veux parler de ce monde sans fin, sans limite qu’est la littérature.
Que l’on appelle littérature.
Les changements de peaux ont redoublé et une accélération a eu lieu, récemment.
Tout semble neuf à partir d’un temps lointain, oui, à partir de longues et patientes édifications, en commençant par les fondations hellénistiques et romaines. 

Déambulation de Socrate,
------------------Oeuvres de Sophocle
--------------------------------------Eschylle
----------------------------------------------------Euripide,
-----------------------------------------------------------plume de Jules César

pour gagner les rives actuelles et le Nouveau roman, empruntant le long fleuve dominé par Racine, Prévost, Sade, Laclos, Camus, Robbe-Grillet - un classicisme intemporel en somme - et démontrer que le néo-classicisme n’en finit pas d’être nouveau, à travers la nouvelle abstraite et sa propre histoire, et ma propre histoire, et celle du Narrateur.
Qui achève, ici, la huit centième ... 
Dans un Occident en ruine qui laisse toute la place, désormais, à la littérature et à celle du Narrateur qui ne peut qu’étendre son empire ...

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -