Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
En chemin
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 21 juin 2020.

oOo

Qu’une parole se lève comme blé vert dans les champs savamment emblavés !

Alentour croissent prés et prairies.

Non loin, toujours proche, la forêt et ses chemins, ses sentes et ses halliers.

*

Tapi dans les buissons ou les taillis, sous les roches schisteuses ou dans les failles karstiques, l’inattendu guette en moi le moment propice où je me porterai à sa rencontre, découvrant alors dans la seconde qu’il n’est ni un miroir aux alouettes fomenté par quelque puissance hostile ni un pur reflet-effet de ma démarche, mais ce complexe ductile qui me relie, sans m’unir, au vivant sous toutes ses formes.

Cette expérience relève d’un sacré enfoui en chacun de nous, si par sacré nous entendons strictement ce qui, séparé de nous ontologiquement, aiguillonne notre désir de nous unir à lui sans jamais y parvenir.

Un bois peut ainsi, en toutes saisons, révéler à foison des créatures magiques, des esprits ancestraux, des divinités aux noms multiples selon la culture à laquelle nous appartenons.

Les bords d’un chemin fourmillent de trouvailles délicieuses et minuscules qui manifestent le vivant dans sa toute simplicité.

Marchant le long d’un chemin, l’oreille aux aguets, je scrute les bords du chemin, espérant y trouver à tout instant un sens caché comme peut l’être une fleur minuscule qui croît cachée au milieu d’herbes qui poussent plus haut et plus dru.

Armoises et bourraches, chicorées et coquelicots, selon, côtoient plantins et pissenlits, herbes à chat et graminées, tous et toutes rivalisant de présence.

Je ne trouve rien que ce qui est, pas après pas, et faisant taire des ruminations importunes, je m’ouvre à la parole du chemin qui se révèle être ce qui, se manifestant, renvoie tout langage à sa limite qui ne se marque et ainsi ne se commence qu’au-delà de l’indicible qui borde le chemin qui s’achemine vers la parole.

Tous sens en alerte, la parole poétique encore en retrait, être et parole du sacré s’ajointent dans la parole de l’être qui, plus tard, bien plus tard, se frayera un chemin dans l’être de la parole poétique.

Avant de buissonner, les signes se taisent, laissant sagement le champ libre au pur ressenti préverbal par où l’humaine présence se révèle à soi.

Ainsi témoigner de l’indicible présence-absence de l’être relève de l’impossible.

Poésie commence au-delà de cette ligne de partage mouvante dans les eaux de laquelle présence et absence clignotent et pulsent l’une dans l’autre à une telle vitesse que seule la parole qui ralentit tout peut donner à entendre mais jamais à voir.

Témoin sans témoin, le poète, témoin de l’absence de témoin dont il porte témoignage.

Libre parole alors dont il partage la faveur insigne et la ferveur insolite.

Il lui faut toute l’insolence de la parole pour oser ainsi se lancer à corps perdu dans une joute avec l’indicible présence qu’il retourne en présence toute humaine au moment d’écrire cette adresse à autrui qu’il prend à témoin pour faire état de ce qu’il en est au moment où l’être vire en langage.

De l’être reçu en partage, la parole fait son miel, tournée qu’elle est vers l’autre toujours autre - la séparation-même - qui fonde l’être en commun que la parole creuse et creuse sans relâche à la recherche de l’impossible plénitude.

A la dispersion des étants, un poète ne répond pas par une parole unifiante mais par un Dire qui recueille le nectar de mille fleurs rencontrées pas après pas au bord du chemin - butin propre à chacun, singulier mélange de tant et tant de pollens - pour en faire un seul miel, le sien, offert en partage à la gourmandise de toutes celles et ceux qui veulent y goûter, ne serait-ce que du bout des lèvres. 

 

Jean-Michel Guyot

16 juin 2020

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -