Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
La littérature abstraite est un néo-formalisme
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 27 septembre 2020.

oOo

Le Nouveau roman, dans son ensemble, a su imposer une vision formaliste de la littérature. Pour la régénérer. Comme le disait ou martelait Alain Robbe-Grillet, le renouvellement du fond s’effectue par la forme. Autrement dit, c’est par le style que l’auteur dira peut-être quelque chose de nouveau.
Et qu’est-ce que le style, sinon l’alliage du vécu de l’auteur et du travail de la langue ? D’où une différenciation nette et logique entre eux, entre ces rares écrivains qui sont dans une oeuvre et qui, pour certains, se lisent.
La littérature abstraite est foncièrement formaliste, les lecteurs avertis n’en seront pas surpris puisqu’il s’agit, en un mot, d’une nouvelle approche narrative comme je l’ai plusieurs fois souligné au sein de l’espace " Abstract " .
Ce n’est pas seulement le style qui est en jeu, mais une vision du monde, à travers le choix des mots et leur agencement, frappés d’entrée d’une relative suspicion étant donné que le mouvement de l’écriture ne va absolument pas de soi, notamment le rapport entre le signifiant et le signifié. D’où la distance entre la narration et le monde, qui n’est pas antinomique avec une approche simple et directe des choses, et que l’on retrouve à l’intérieur même de la narration.
La solitude, la subjectivité, l’intentionnalité, le désir, le regard sont non pas des thèmes phares de la littérature abstraite mais son essence même, et ce depuis l’étalement esthétique du " Dernier homme " ( 2009 ), composé de six chapitres qui le définissent, du moins partiellement : contradictoire, subjectif, contemplateur, bâtisseur, naturel, singulier. La conscience narrative est avant tout individuelle, la caractéristique sociale n’existant pas véritablement. Une lecture politique de cette littérature est déjà possible : la littérature abstraite poursuit l’histoire de la littérature française et, au-delà, de la littérature occidentale.
L’approche directe de la narration s’accompagne parfois d’une recherche syntaxique qui montre à la fois l’étendue de la langue française et le travail puissant de la spéculation, conduisant le flux narratif dans une direction polyphonique. La polysémie, l’homonymie, la consonnance, l’assonance ont une large place dans la prose abstraite, comme on peut s’en apercevoir dans mon dernier opus, " Polyséminal " ( 2020 ), dont l’érotisme se nourrit de digressions, de séquences concomitantes, de récurrences obsessionnelles, d’analogies métaphoriques. De la sorte le fantasme, le souvenir et la réalité s’entremêlent, donnant accès au réel, grâce à l’abstraction.
Dont le formalisme est en évolution, comme l’écriture de nouvelles " Sans titre " pourront en témoigner ( lire le préambule de ma nouvelle " 800 " ), tout comme la transformation du style que l’on peut qualifier de métalangage abstrait.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -