Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Programmatique
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 11 octobre 2020.

oOo

" L’écriture est plus qu’une essence : c’est un état originel ". S.P

La vie de certains auteurs est traversée par la littérature.
Dans plusieurs essais, ainsi qu’au sein de maintes narrations, je reprends la posture du serviteur de la littérature, y associant la dissolution du moi à travers elle.
Oui, ma propre subjectivité devient de plus en plus ductile au fil du temps et de l’avancée de mon oeuvre, étant absorbée par la problématique littéraire ou le souci constant de la littérature.
La prise de conscience du talent s’accompagne, généralement, du trepalium.
La puissance de la littérature me conduit à adopter une discipline de travail. Mais une discipline naturelle.
C’est un monde sans limite qui s’est ouvert depuis longtemps, maintenant.
L’expérience engendre un savoir-faire. L’écriture est donc un métier, contrairement à ce que pense Richard Millet, par exemple, pour qui celui de lecteur l’est plus volontiers. Un savoir-faire qui repose sur le temps consacré à la tâche, la conviction, le résultat, les publications. Parfois sur l’insertion de son oeuvre dans le domaine littéraire qui provoque colloques, séminaires, renouvellement des programmes scolaires.
Le terme de passion revient assez régulièrement dans la bouche du public. Sans doute, mais d’autres métiers le sont également.
L’envie et le besoin s’agrègent pour fusionner, dans une délicieuse ambigüité. Au-delà de la passion s’étend un autre horizon : celui de l’état.
Une oeuvre qui s’érige, ce n’est pas une coïncidence bien au contraire, sur les ruines de l’Occident et l’effondrement de l’Histoire. Il est possible, au-delà, que cette oeuvre reprenne l’Occident lui-même pour le régénérer. Puisqu’une nouvelle perception du monde est souterraine à l’abstraction littéraire. Et peut-être, aussi, une nouvelle façon de penser.
La littérature abstraite est probablement la sculpture intellectuelle et artistique de ma propre subjectivité, et aussi, parallèlement, un matériau littéraire, une façon d’être au monde.
Oui, une éthique. Une esthétique. Qui, à force de travail, de recherche, de tâtonnements, va de soi.
En étroite analogie, au bout du compte, avec le règne animal, avec la grande chaîne sauvage qui répond à un programme strict de la naissance à la fin, assurant le monde de sa présence unique et singulière que l’homme peut contempler chaque jour.
Tout paraît réglé en quelque sorte. Ne reste ou demeure que le spectacle de l’oeuvre en cours, la contemplation de son déroulement.
L’écriture est donc un état sauvage.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -