Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Opinion sur rue
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 3 janvier 2021.

oOo

De ma barcasse La Sardine au Fluctuat nec mergitur,

monnavire, mon beau navire

qui ja ja jamais ne chavire,

que de rajoutis, de caviar, de notes, de deleatur…

Pierre, François, Tristan, Restif, Max, Paul, Charles, Guillaume, Arthur…

 

Ô bonnes et petites gens que m’érigez-vous en oracle,

vousme hissez sur un trépied.

N’étais-je l’affreux frelampier,

lefatrasseur, le violoneux dont les chants tiennent du miracle ?

Je laisserai des vers boiteux, les méchants boyaux que je racle.

 

Ma muse, je l’aurai prise à bras-le-corps entre deux défis.

J’en aurai avalé des couleuvres.

Vous me vîtes sans doute à l’œuvre

sous vos charretées de jurons, sous vos alexandrins bouffis,

sous vos tombereaux de fumier, sous le poids de vos crucifix…

 

Ô filles du quart des minuits poète, vous me voulez faire,

chantreet matelot de Paris,

broyeurde noir, souffleur de gri-

sailleet buveur de rouges bords. Dans vos jeux de quilles, je ferre

voscigales, violente vos violes, renifle vos affaires…

 

Ai-je eu phaétons, nautoniers, machinistes, moniteurs, dieux,

ciceroni, mentors, sans rire,

quime poussèrent à écrire ?

Ai-je eu fées, féaux, pères, pairs, nègres miséricordieux ?

Cliques, claques, répétiteurs, pour vous, je n’ai jamais eu d’yeux.

 

Naguère dans mon débarras, je n’avais qu’un trait de calame.

Mes murs s’ouvraient sur des lointains,

jen’avais ni soirs, ni matins.

Gestes, sirventes, madrigaux, acrostiches, épithalames,

épitaphes, lais…O mes fées feues, je vous déclare mes flammes !

 

Je n’aurai pas largué mes morts, je n’aurai pas mâché mes mots,

jen’aurai pas bâillé ma vie.

Je passe toutes mes envies,

tantôtpassant, tantôt passeur, tantôt grime, tantôt grimaud,

tantôtrimeur, tantôt maçon, tantôt vieillard, tantôt marmot.

 

 

Parfois, ainsi qu’un jetonnier, dans mon Voltaire, je me carre

commedans la peautre à Caron,

etje pense au pauvre Scarron,

àson Virgile travesti, à sa jatte et à ses escarres.

Prosailleurs en vers, rimailleurs en prose, je vous contrecarre.

 

Sans arrière pensée dans l’œil, dans l’oreille… Sans faux nez, ni

poing fait, ni fanion dans la poche,

ni dés derrière la caboche,

je déglingue des orphéons et des chorals racornis.

En attendant mon autobus, je pétris un roman jauni.

 

Me voyez-vous rester de marbre entre les questions de Marfore

etles réponses de Pasquin ?

Ces mèches, ce vilebrequin

pourquoi faire, me dites-vous ? Têtes à perruque, je fore

desanciens temps pour y mourir de métaphore en métaphore.

 

Mon œil nu, ma lunette, mon aile, ma chaîne d’arpenteur,

mespas mesurent l’étendue

desliesses, des peines perdues,

desdégâts, des crieries, des chants, des fragrances, des puanteurs…

Ces brûle-gueule, ces roseaux, ces lorgnons sont ceux d’un auteur.

 

Je quitte la scie, le marteau et les râpes pour la guiterne.

J’ai tiré de quelques chablis,

matable, ma chaise, mon lit,

moncercueil… Ma chienne de vie sans collier, mes vues vous consternent.

Pour vous, tondeurs de nappes, suis-je à plaindre, à pendre à la lanterne ?

 

Evidence de sentiment, je n’ai plus l’âge de raison.

D’ailleurs, un jour, l’ai-je eu cet âge ?

Vous en dirai-je davantage ?

Ai-je eu murailles, murs, murets ? Ai-je eu bornes, bords, horizons ?

Ai-je eu liens, cadènes, boulets ? Ergastules, cachots, prisons ?

 

Je vais, je reviens à son bras, je ne fais plus un pas sans elle…

Qui ça ? Qui ça ? La Mort, pardi !

Elle n’est pas ce que l’on dit.

Ce n’est pas elle qui m’écorche à vif, qui me tue, qui muselle

lesclébards de ma Poésie, qui coupe à mes chevaux les ailes…

 

Trois sortes d’hommes : les vivants, les morts, ceux qui vont sur la mer.

Je démêle des fils, des trames,

desvoix, des mélis-mélodrames…

Je bois la tasse et pisse dru, je mâche doux et crache amer.

Ô tour de Nesle, ô tour Eiffel, ô tour Saint-Jacques, mes amers.

 

Et de mes os, qu’en ferez-vous, convoiteux, des armes ? Des flûtes ?

Tendez mes nerfs sur vos crincrins,

mapeau sur vos tambourins

etconfiez mon nécessaire et mon superflu aux volutes

du reflot. Ne rechignez pas. Souvenez-vous, vous le voulûtes.

 

J’aurai vécu de l’air du temps, de passades, de rogatons,

toujoursà la portion congrue,

aubout des champs, aux coins des rues,

j’avaisma besace, mon quart, mon canif, mon feu, mon bâton,

dema Provence, une musique et des versets de mirliton.

 

Il est né ! Qui ça ? Il est né ! Qui ça ? Le forceps m’a fait naître

dansles cris, dans les racontars…

Déjà, j’avais pris du retard.

J’aurais chanté pour des pruniers, pour les géraniums des fenêtres,

pourles pierres des moulins, pour les nues sans me faire connaître.

 

J’ai des pavés de Soixante-huit, un masque à gaz, un porte-voix,

des pancartes, des banderoles…

Mes pans de mur ont la parole !

Que veulent les peuples ? Des jeux, du perlot, du pain, du pivois !

Je suis pas à pas, mot à mot, de longs et cahotants convois.

 

De n’avoir hymnes ni drapeaux, ni Mariannes pour commensales,

den‘avoir regrets ni remords,

jele paierai après ma mort.

Vous défleurirez mon talus, vous étendrez mon linge sale,

commede l’ail, vous pilerez mes vers, ma verve provençale …

 

 

Robert VITTON, 2012

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -