Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
L'tailleur d' chansons
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 février 2021.

oOo

Il faut, même en chansons,

du bon sens et de l’art.

Boileau

 

J’taill ’des chansons à tes mesures

J’ai tes patrons et tes can’vas

Mes couturièr’s répar’nt l’usure

D’ma voil’ d’ma vareus’ d’mon jean va

 

J’taill’ des chansons à ma manière

Ma Poésie mon gai savoir

J’trimball’ tes croix et tes bannières

Rimailleurs j’voudrais vous y voir

 

J’taill’ des chansons Mes musicâtres

S’essaient à tous les instruments

Tout seul à deux à trois à quatre

A cent à mill’ dans mes tourments

 

J’taill’ des chansons pour les bergères

Pour les corps d’gard’ pour les diva

A la va vite à la légère

Au bord des larm’s pour les vivats

 

J’taill’ des chansons aux angl’s des rues

Qu’brod’ parfois un marteau-piqueur

J’t’les arrondis mus’ nue et crue

Viell’s viol’s habill’nt les cris d’ton coeur

 

J’taill’ des chansons dans les misaines

Du temps où j’étais matelot

Sur les quais sur les ponts d’la Seine

J’tenais Paris dans mon ballot

 

J’taill’ des chansons Quoi qu’on en pense

C’est pour beurrer mes épinards

Réjouir mon palpitant ma panse

Mes ouïes mes paluch’s mes panards

 

J’taill’ des chansons Quoi qu’on en dise

Mes airs et mes mots incongrus

Qu’on vante ou non la marchandise

Tout ‘s ces fantaisies sont d’mon cru

 

J’taill’ des chansons dans la rancune

D’l’Eglis’ dans la toile à gros grains

Des cornett’s qui quêt’nt leur pécune

Dans la peau d’mon dernier chagrin

 

 

J’taill’ des chansons dans les dentelles

Dans les flou-flou dans les flonflons

Des marées J’remont’ les bretelles

Des soufflets j’attis’ les violons

 

J’taill’ des chansons des bell’s rengaines

Talons aiguill’s et bas nylon

Du chien du chic un’ d’ces dégaines

Et des oeillad’s qui en dis’nt long

 

J’taill’ des chansons dans la percale

D’un’ goélette ô gué ô gué

Des chansons des mâts chansons des cales

J’n’ai ja ja jamais navigué

 

J’taill’ des chansons dans les silences

Dans ramdams dans les tabacs

Dans les tintouins dans les violences

Dans les raffuts dans les branl’-bas

 

J’taill’ des chansons J’en scie j’en gratte

Mes morts n’les entendez-vous pas

Six empans sous notr’ Terre ingrate

Pourtant j’ne pès’ parol’s ni pas

 

 

 

 

J’taill’ des chansons J’en taille j’en taille

Hach’ faux serp’ surrin ni ciseaux

J’laiss’ des plum’s or sur l’champ d’bataille

Des sergent-major des roseaux

 

J’’taill’ des chansons Des carmagnoles

Sous les grand’s orgu’s sous les canons

Des cathédral’s J’y rossignole

J’étrenn‘ boulets et alganons

 

J’taill’ des chansons Des barcaroles

Dans la Venis’ d’l’Alfred d’Musset

Où j’traîne à plaisirs des cass’roles 

En éraillant des voix d’fausset 

 

J’taill’ des chansons par trop bachiques 

Tout comm’ Roland à Roncevaux

Pas un’ goutt’ d’eau j’aval’ ma chique

Et j’cuv’ mon vin dans l’caniveau

 

J’taill’ des chansons dans la romance

Qui s’la joue dans les rues d’Paris

C’est du délir’ c’est d’la démence

Quand j’vide en douc’ ses pots pourris

 

 

 

J’taill’ des chansons Pour un’ beuglante

C’est un’ beuglante un’ vraie un’ der

Un’ pesant’ ganache insolente

La dent dure un’ qui n’manqu’ pas d’air

 

J’taill’ des chansons Des ritournelles

Qui rient qui tourn’nt dans mon quartier

Un brin d’malic’ dans les prunelles

Et d’l’indulgenc’ pour les rentiers

 

J’taill’ des chansons J’tiens un’ ballade

J’pass’ pour un fignoleur d’envois

Qui prend tout à la rigolade

Qui tir’ sur les pompeux convois

 

J’taill’ des chansons Pour la pratique

J’ai mes heur’s et cell’s du berger

Des Cupidons aux flèch’s gothiques

J’ai les moyens d’moyen-âger

 

J’taill’ des chansons au kilomètre

Sur les chemins des écoliers

Dans mes improvisad’s qu’y mettre

Mes march’s en vers us’nt mes souliers

 

 

J’taille des chansons et des bavettes

A ma fenêtr’ sur l’pas d’mon huis

Sur les marchés à la sauvette

Sur les douz’ mauvais coups d’minuit

 

J’taill’ des chansons dans des pans d’bure

Et d’cretonn’ tout au long d’l’hiver

Pour vêtir les pauvr’s gens J’carbure

A l’encre au verjus au jus vert

 

J’taill’ des chansons Des farandoles

Des chenill’s J’couvr’ vêpr’s angélus

J’escalad’ l’Pic d’la Mirandole

C’est pour toujours en savoir plus

 

J’taill’ des chansons sans queue ni tête

Pour tout’s vos rond’s qui n’gir’nt plus rond

J’les charge à mort d’lourd’s épithètes

D’enclum’s d’épong’s d’cadavr’s d’étrons

 

J’taill’ des chansons Des coups à boire

Dans l’blues des cave’s dans les pressoirs

Au zinc entr’ l’fromage et la poire

Dans l’roug’ des victoir’s des grands soirs

 

 

 

J’taill’ des chansons J’en déroule une

D’la nuit des temps à ma saison

J’en tisse une autre au clair des lunes

Une autre encor dans ma maison

 

J’taill’ des chansons pour la patrie

Des Marseill’s sans oripeaux

Sans cuivr’s sans tambours sans tueries

Sans arm’s sans fanfar’s sans drapeau

 

J’taill’ des chansons au bord des routes

Pour fair’ les poch’s des trimardeurs

C’est un’ guimbard’ qui gagn’ ma croûte

J’n’ai pas la folie des grandeurs

 

J’taill’ des chansons A la guimauve

A l’eau d’fleur d’oranger A l’eau

D’ros’ J’échoue sous les cris des mauves

J’rim’ J’remets mon esquif à flot

 

J’taill’ des chansons J’en ai ma claque

Mais j’ne peux pas m’en empêcher

J’suis un enfant pris dans des flaques

Où j’meurs d’envie d’y patauger

 

 

 

J’taill’ des chansons J’en raccommode 

Bagou du jour rythm’ dans la peau

Bengale au derch’ fringu’s à la mode

Quand ell’s m’revienn’nt j’mang’ mon chapeau

 

J’taill’ des chansons des mûr’s des vertes

A la vinasse à la mie d’pain

J’y laiss’ toujours un’ trappe ouverte

Pour les frangin’s pour les copains

 

J’braill’ des chansons C’est d’la goualante

A réveiller tout l’au-delà

C’n’est pas d’la va-valse indolente

Ni d’la javasse à falbalas

 

J’braill’ des chansons… Qu’est-c’ qu’tu barjaques

Hugo ? Vivre est un’ chanson dont

Mourir est l’refrain. Mon jaque-

Mart, on s’tap’ la cloch’ ? Din, dan, don !

 

 

 

Robert VITTON, 2011

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -