Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Le Syrphe - roman (Patrick Cintas)
Minuit quatre

[E-mail]
 Article publié le 3 octobre 2021.

oOo

Je ne sais pas si. Peut-être q. Fenêtre inspire le poème. Tard dans la nuit il se l. Le ciel scintillait. Brise glaciale. Je dis tu. Yeux des animaux comme autant de balises. Feulements au loin. Il vit des buissons frémir à son passage. Je me prenais pour un autre. Qu’est-ce que je fous là ? La question qui revient chasser les insectes de la nuit. J’avais oublié la peau. Cuir d’odeurs. La mienne rétrécissait. J’en avais mal. Là-haut, on distinguait nettement les lueurs de la rue. Ou bien c’était le ciel en communion avec la terre. Bat Bat pensait que j’avais du sang mongol. Ma tenue de l’arc en témoignait, selon lui. Myriam : « Que va-t-il nous arriver maintenant ? » Rien de commun entre Gruissan et la prairie. Des poils de bêtes dans les feuillages. Jamais vu tant d’épines. (mimant) « Pas de vacances avec lui. » Où que j’aille. Voir un film au Rex. Un Mandale ou John Wayne. Sans ce pont deux kilomètres de plus à trotter dans la nuit. Mesuré au podomètre pour convaincre Mandale qui renonça à filmer le parcours. On ne voit pas ses films ici. Doublage en langue mongole pas à la portée de ses finances. D’habitude, il ne se passe rien. Rien d’aussi inquiétant. Je m’attendais à me retrouver un jour ou l’autre nez à nez avec eux. Inévitable rencontre. Même ce soir-là en sortant du Rex. Les yeux aux aguets, meurtris par les reflets noirs du canal. Clapotement incessant contre la pierre et les flancs de métal ou de bois. Une angoisse. Je n’avais pas encore été entendu par les flics.

— Si tu penses que c’était un cadavre, dit Myriam exaspérée, va en parler aux flics. Ces feignasses n’ont rien d’autre à faire que d.

Coincé dans le sas à cause d’un bug. Nouveau système. Une flique m’explique à travers la vitre embuée. Ya rien de prévu pour sortir de dedans. De son côté, elle voyait le bouton mais ne savait pas si c’était le bon. Personne pour lui expliquer. Derrière le comptoir, un flic à l’air abruti (par quoi ? par définition ?) ne savait pas où chercher. Moi j’angoissais. Je voyais à travers mais c’était à travers pas sans rien entre moi et la réalité. Dehors (autre transparence) on se demandait si je le faisais exprès. Un type en burnous gratta la paroi vitrée. Il interrogeait son dieu. Sans réponse. Quelqu’un le tira par la manche. Une femme avec une poussette. Les pompiers arrivaient avec un chalumeau oxhydrique. Le verre se gondola. L’autre pompier chercha à enfoncer un fer dans cette boursoufflure, mais rien. J’avais chaud. Une idée de l’enfer quand des âmes généreuses cherchent à vous en sortir. La flique consultait l’affichette sur le mur. Suivait l’écriture avec le doigt. Remuait ses lèvres grasses. Yeux ronds. Du latin. Elle dit : Du chinois. Je dis : Sortez-moi de là ! Harcelé par le souffle du chalumeau dans mon dos.

— Vous avez jamais vu du verre fondu ? grogna le pompier par-dessus son épaule.

Marre de se donner en spectacle chaque fois q. Le verre noircissait, mais quant à crever, rien. Bullait. L’autre craignait une explosion. Il avait reculé dans un grand geste. Mais la foule demeurait fermement plantée dans son asphalte. Myriam :

— Je t’avais dit de pas y aller. Mais monsieur a vu un cadavre. Dans un sac. Et deux Chinetoques. (à l’époque on pensait pas à des Mongols parce que sinon j’aurais envoyé un sms à Bat Bat) Dans quel roman il s’est fourré !

Une fois de plus. Dans ma chambre, je m’efforçais de retrouver la mémoire. J’écrivais dans l’ordre. Je classais les réminiscences. J’épinglais la paperole. Mais ici, dans le sas. Rien à faire qu’attendre et suffoquer. On en meurt pas, dit quelqu’un. On rit.

Bref à trois heures de l’après-midi, sous la cagna de juillet, je suis en discussion avec un flic. La clim ne fonctionne pas. Il s’éponge sans arrêt. Il m’interdit de fumer. Il pense que je suis responsable de ce qui est arrivé au sas. Je vois pas comment. Mais je cherche pas à avoir raison. C’est con, un flic. C’est déjà con avant de l’être. Et après vaut mieux pas fréquenter. Surtout en vacances.

— Mettons deux Asiatiques, dit-il.

— C’était pas des Mongols. Je connais un Mongol. Tsetseg…

— C’est des Asiatiques, les Mongols ? demande-t-il à travers la porte restée ouverte.

Quand ils ont enfin décidé de jeter un œil, les deux types avaient disparu. Et personne pour dire s’ils avaient existé ou si c’étaient des Chinois (ou des Mongols). La voisine n’en avait vu qu’un, mais d’après elle, c’était un Turc. Elle avait passé deux semaines de vacances en Turquie. Elle se souvenait pas d’en avoir ramené un, de Turc.

— Ne recommencez que si c’est vraiment nécessaire, me dit le flic avant de quitter les lieux. (à Myriam) Je compte sur vous, Madame…

Elle a hoché la tête. Puis plus de flics, plus de voisine, plus de chat. Puis des jours à penser. À ne penser qu’à ça. Myriam :

— Pour une fois qu’il lui arrive quelque chose, il se l’est imaginé…

Avant je travaillais. Maintenant, j’écris. Rat des villes dans les champs magnétiques de l’enfance. Qui m’en veut ?

— Du moment qu’il fait de mal à personne…

— Qu’est-ce que vous en savez s’il en a pas fait dans le Temps ?

Temps à la place de Passé. Du mal, non. Du bien non plus. Vous aimez les romans ? Mais est-ce un roman ? J’écrivais lentement. Presque rien entre les. Une infimité. Dans les deux sens. Pas de pont entre les phrases. Un saut dans l’inconnu de la phrase qui suit. J’en avais les poils tout hérissés.

— En Mongolie ? s’angoissa Myriam. Mais on y a jamais été !

— On ferait bien d’y aller.

— Pour la gouverne de qui ?

— Bat Bat a épousé Tsetseg.

D’habitude on va chez les musulmans modérés, des fois que Dieu existe. Quelle idée, Dieu ! Ça me fait mal rien que d’y penser. Bat Bat il y croit pas. Mais Tsetseg a des doutes.

— Alors… fait-il en rattrapant la braise de son cigare.

— C’est pas la question, Dieu, dis-je sans braise. Je veux savoir…

— …qui est cette femme. Je comprends.

Ça le rend rêveur, Bat Bat, mes hypothèses. Il me préfère d’ailleurs en chasseur de prime qu’en écrivain. Il comprend pas l’écrivain. Qui est Pierre ? — Le soir, dans la yourte éclairée par un feu de bois, j’écrivais comme j’ai toujours écrit : à l’intérieur, sans me soucier de l’extérieur. Mais Bat Bat me préfère en homme d’action. Il est pas sûr que A et B soient des assassins. C’étaient des marchands d’omoplates. Bat Bat était effaré d’apprendre qu’ils étaient allés jusqu’à Paris pour vendre leur marchandise. Et ça l’étonnait pas. Il réfléchissait pas assez. On ne va pas à Paris, départ Oulan-Bator, après être descendus de la montagne, juste pour vendre des omoplates aux touristes. Même aux autochtones. Ça n’avait pas de sens, reconnaissait Bat Bat. Mais pourquoi ça en aurait un ? Il fallait en avoir le cœur net. Il était d’accord là-dessus. On irait en moto. Tant pis pour la poésie du cheval. Et sans chien. Peut-être qu’ils aimaient pas les chiens, A et B. Fallait pas les mettre contre soi dès l’entrée en matière. On ne les approcherait pas avant d’avoir bien réfléchi à ce qu’on voulait leur tirer du nez. Bat Bat s’y connaissait en diplomatie. Il avait écrit un traité sur le voisinage, qui faisait école, au moins en Mongolie. Je le laisserais faire. Au moins pour commencer. Parce qu’après…

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

www.patrickcintas.fr

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -