Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Un traumatisme
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 novembre 2008.

oOo

UN TRAUMATISME

Le corps est atteint d’un mal immémorial. Seul peut-il dire la déchirure brûlante qui hante son existence. Conscience affaiblie dans un dédoublement toujours plus pressant, le corps souffre et la honte d’exister toujours plus exacerbée ouvre une plaie béante dans une conscience malheureuse. Regards tranchants et dévisageants, le corps se tasse, atteint un stade inexistant dans l’oubli d’être : il n’est plus, il aimerait ne plus être. Rongé par la honte d’être, le corps s’oublie, il baisse son regard vers l’abîme du malaise, il pleure des larmes invisibles, et, noyé dans sa matière, cherche désirablement une issue où il pourrait enfin rejeter son mal, enfin oser inspirer sans retomber dans la honte de l’être.

Le corps marche, un regard, une parole… Qui parle ? A qui parle-t-on ? Le corps s’oublie, puis il se rappelle : je suis. Un autre lui parle, mais le silence règne. Le corps a oublié la parole, puis il se rappelle : je peux parler. Mais lorsqu’il s’y apprête, le regard tranchant et dévisageant brise sa respiration, il ne peut inspirer et s’étouffe à nouveau. La honte d’exister, l’indéfinissable, l’immémorial de cette demi-conscience affaiblie, double et écrasée par le poids de son corps malade.

Le corps pleure, et de ses larmes sanglantes, vide sa matière de la substance vitale. Le corps meurt et toujours dans sa mort persiste sa honte de l’être : il incline son cerveau, s’ouvrant comme un gouffre d’où coule le jus imbuvable du mal immémorial.

Le corps se dit alors : maintenant qu’est l’ouverture béante, regard tranchant et dévisageant, peux-tu goûter ce jus que je ne peux boire, goûter la honte amère du corps ? Mais même le miroir dans lequel se voit le corps lui renvoie l’image d’un regard altéré, l’image de ce qu’il est : il se reconnaît le temps d’un rien, le temps d’une inspiration.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -