Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Nous y sommes
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 novembre 2008.

oOo

Nous y sommes !
Serge MEITINGER

Où ? À quoi ? Mais à la « crise » bien sûr, avec un grand K. Enfin ! depuis le temps que ça mijotait ! Après une série très lisible déjà de signes avant-coureurs, comme dès 1995 la mise en faillite de la Barings britannique par Nick Leeson, l’affaire dite Jérôme Kerviel fit soudain voir chez nous qu’une véritable folie furieuse était érigée en système et adoubée par les plus éminents qui eussent dû être pourtant les plus clairvoyants, les plus vigilants, les plus prudents.

Un roman, paru à l’automne 2007, avait tenté de donner consistance littéraire au personnage du « traideur », de faire connaître et comprendre les enjeux d’une frénésie qui n’affecte pas seulement des jeunes gens moulés par leur névrose familiale et/ou leur décevant parcours sentimental. Il s’agit du trop volumineux (580 pages) Cendrillon d’Éric Reinhardt, écrivain encore jeune, qui s’est donné pour but (louable et bien peu manifesté finalement dans la littérature française contemporaine comme sur les étals des libraires) de traiter dans et par la fiction des problèmes réels et concrets, les plus actuels, les plus brûlants, de notre société et même de notre « civilisation ». Il n’y réussit qu’à moitié parce qu’il se laisse longuement détourner par son narcissisme d’auteur se mettant en scène avec complaisance (à la Sollers) en des pages suant l’ennui. Toutefois, à partir de la page 282 et pendant une bonne dizaine de pages, l’auteur nous décortique avec maestria la mécanique perverse et affolante de la spéculation sur les indices boursiers, nous révélant comment on peut gagner (et perdre) des centaines de millions en anticipant les plausibles mouvements à la hausse comme à la baisse des cours des divers « produits dérivés », issus du mixage des titres, traites et créances mondiaux. On ne vend ici ni des marchandises quantifiables, ni des titres de propriété, ni des brevets d’invention, ni de la force de travail, ni de bonnes idées, pas même du papier mais seulement des fluctuations de taux virtuelles, mathématiquement anticipées et dessinées par de savants algorithmes. Chaque coup est un pari qui prend en compte la courbe géométrique réalisée par l’ordinateur en la confrontant à la courbe psychologique des marchés ou plutôt de leurs agents : un pari à haut risque, à faire fondre des milliards et des cervelles ! Éric Reinhardt décrit également le petit monde des « traideurs » avec sa hiérarchie aristocratique et ses luttes internes, le conflit en particulier entre les contrôleurs cantonnés à leur rôle de seconds et les vrais décideurs, ceux qui risquent le tout pour le tout. Il montre quelle société fermée cela réalise et quelles pressions génère ce sale petit jeu : avec un tout petit peu plus de plume et moins de psychologisme parfois misérabiliste et dépressif, notre auteur serait ainsi devenu notre Balzac ! Mais le romancier se doutait bien sans doute qu’il anticipait, lui, l’actualité et avec quelle lucidité ! L’affaire Kerviel démarre en janvier 2008. Pour cela seulement, il mérite d’être (re)lu et même médité.

Jérôme Kerviel est-il la « Cendrillon », évoquée par Reinhardt, c’est-à-dire le contrôleur issu de la classe moyenne, marqué par l’atonie presque névrotique de son milieu d’origine, frustré par sa tâche ingrate de second ou de valet et décidé à passer coûte que coûte dans la cour des grands en devenant enfin un vrai et redoutable « traideur » ? Ou un petit escroc sans véritable envergure mais animé d’un esprit « terroriste », comme son employeur, la Société Générale, en fit immédiatement courir le bruit ? Il y a bien eu malversations et falsification récurrente des divers documents soumis au contrôle journalier de la hiérarchie de la banque, mais on s’étonne que l’importance des sommes successivement mises en jeu, représentant à un moment presque le double des fonds propres de la banque-mère, n’ait pas donné plus tôt l’alerte à qui de droit. Il n’y a pas eu d’enrichissement personnel et les opérations incriminées ont fait perdre de l’argent à tout le monde ! Alors ? L’on peut penser que l’approche psychologique du romancier est vraisemblable : un petit veut jouer au grand et, pris au piège, s’efforce de camoufler le plus longtemps possible son échec flagrant. Mais ce n’est pas lui qui a inventé le jeu et, manifestement, les autorités compétentes l’ont trop longtemps autorisé voire encouragé à jouer gros. Et notre « Cendrillon » en a acquis une popularité extraordinaire, passant couramment pour une innocente victime du système voire pour un modeste héros ! Pour certains, « Cendrillon » deviendrait même « Robin des bois », excepté que notre « traideur » n’a fait que généreusement répartir la perte et le déficit, laissant s’évanouir en fumée l’argent d’un organisme qui reste principalement une banque de dépôt !

Et, depuis maintenant quelques mois, les mirobolantes citrouilles gonflées en palais de cristal éclatent une à une avec un bruit de verrières fracassées par la foudre ! Sauve qui peut mais personne ne se sauve et nul n’y peut plus rien ! Les ruines s’entassent sur place et l’on commence à peine le tri des gravats comme des éclats. La semaine la plus noire vient tout juste de s’achever et chacun retient son souffle à l’orée de la suivante. Les autorités politiques s’agitent sporadiquement et se concertent plutôt mal. Elles ne cessent d’injecter dans la machine crevée, excédée, des milliards — et bientôt des billiards — que les États ne tiennent plus depuis longtemps et doivent emprunter. Il faudrait arrêter l’hémorragie avant que le corps exsangue de l’économie ne succombe. Il faudrait surtout que chacun revienne à la réalité et à la responsabilité. Dans l’étymologie du mot « crise », il y a le verbe grec « krinô » : séparer, distinguer, choisir puis décider, trancher, adjuger et résoudre, et le nom « krisis » : action ou faculté de distinguer, de discriminer d’où souvent contestation et dissentiment avant choix, décision ou interprétation puis dénouement. La « Krisis » est la phase décisive de la maladie, celle qui tranche, en un sens ou un autre. Nous y sommes, avec un grand K !

Il est temps de remettre les pieds sur terre et d’entamer avec clairvoyance et vigilance l’inventaire de ce qui est, de nos vraies richesses, en tous domaines. Elles ne se constituent pas vraiment sur les lieux du boursicotage et de l’argent fictif ni sur les marchés financiers : elles sont où se travaillent la matière et l’esprit avec entrain et effort, avec amour et raison, avec l’imagination et la capacité d’invention. La « Krisis » nous rappelle à cet ordre, tous autant que nous sommes et nous y sommes, dans la crise, à pied d’œuvre ! Il ne faudrait plus avoir à jouer les « Cendrillons » revanchardes, gonfleuses stressées de baudruches de couleur et, dès minuit, dépossédées de tout. Il faudrait, concomitamment, cesser de poser à la victime du système et d’en tirer prétexte pour ne rien faire et attendre la manne de quelque improbable providence. Il faut seulement penser et dire, avec conviction, dans la présence : « Nous y sommes et nous ne comptons que sur nos propres forces ! ». Ce serait là prudence vraie en ces temps de perte et de déraison et, comme la vigilance et la clairvoyance de l’inventaire, elle a à trouver son Balzac.

12 octobre 2008 - Juste après la semaine noire

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -