Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Les remembrances de Polyphile
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 décembre 2008.

oOo

[Mise en abyme]

 

Le silence s’est fermé

sur moi

comme l’eau qui enserre le noyé

— et je coule les yeux ouverts —

les oreilles pleines du bourbon de mon sang

pressentant métamorphose —

 

et dormant

je rêve

ce songe d’outre-songe —

Que la page encor vierge de la nuit

porte mon chant jusqu’à l’aube métaphorique

posséder la vérité dans une âme et un corps !

 

 

SALTATION ET SALUT !


I

 

Endormissement à l’aube — La sylve obscure — La peur

 

 

Après nuit plus ajourée que dentelle sur fond de nuit,

le jour — déjà — au carreau glauque

et le sommeil de l’aube me rattrapa

en ce matin d’avril —

j’entrai dans la forêt hercynienne fortement racinée

où l’on se meut par effusion de pensée

dans une étrange absence d’émotion musculaire.

 

 

------Se gorger du bleu fouillis des racines,

------découdre à coups de dents le rets gordien des veines bleues

et sifflantes —

------Gorgone a défait le tissu des chemins, délié les carrefours, mêlé les écheveaux

------et —

------l’enfant entravé pleure devant les grappes de nœuds sauvages et discords,

------— amas de boucles molles — obsédantes —

------nées de la bobine maternelle —

------il veut une arabesque sans fil ou le tranche-fil au rasoir des mots

------mais il a honte d’être libre !

 

 

------Arbres lascifs aux organes chauves et velus —

------Baubô ouvre sous l’enroncement le lit d’aiguilles lisses où s’invaginer —

------dans l’enrochement du jour la clairière matricielle où végètent des yeux carnassiers gros comme des ventres —

------la danse les pieds au ciel, le tressautement insensé des spasmes inverses —

------l’impénétrable pénétré, défaite du sens et de la voie —

------j’ai peur, la peur m’égorge, m’assèche le sang dans la langue, ce bois sans espoir —

 

 

------"Ariane ma sœur tu seras mon destin !

------sœur terrible — sœur-filet :

------subtile tisseuse des manques —

------noueuse d’infarctus sur les réseaux du sang

------ourdisseuse de routes dévoyées —

------tu es la male araigne, la très noire, la velue celle qui reprend

le matin ses promesses du soir —

------je ne t’aime pas, je ne suivrai pas ton faufil —

------j’ai peur, j’ai peur —

------je n’aime que la maison sans chemin…"


II

 

Sortie de la forêt — Soif — La Voix — Sommeil second

 

 

Au sortir du bois noir

le soleil tonnant de la soif —

et le buvard de la langue aux cloisons des joues

en un appel à l’eau première.

 

J’invente une grosse veine d’eau

— résurgente — grossie par le détour —

j’invente la source écumeuse

où plonger la coupe des mains.

— l’eau impossible au songe

que le songe fait jaillir —

 

Et au moment de boire

— portée par le vent multiple au crible incertain—

LA VOIX me happe et me démène —

sautillante comme le follet du désir

— VOIX de Callas dénoyée

mère et fille de toutes les soifs

abouchées aux fontaines

du plaisir et de la peur.


 

"Connais-tu le saut de Lefkas,

de l’antique Leucade au nom de lait ?"

— cette VOIX —

-------------le saut sapphique dans le vin des remous

-------------un puits de lumière où tourne une lueur en----------poudre

-------------le sursaut de l’Adam sauvage,

-------------homme des buissons

-------------en fuite vers les fourrés natifs —

 

Et ne pus boire —

Dire que je n’ai pas eu souci de boire ! 

 

Au pied d’un chêne me suis jeté

me suis jeté pour sommeiller —

et pour rêver que sommeillant

je rêvais ce rêve…

 

III

 

La Ville morte — Le Passant et les Signes

 

Escalators éteints en plein désert

autoroutes reprises par pissenlits et chardons

— ils crèvent le macadam —

une gigantesque gare de triage

aux troupeaux de wagons esseulés

— aux rails qui bifurquent :

on voudrait entendre le choc sourd des tampons !

 

 

A travers la cité sans personne —

parmi l’arrogance des tours

dans des ruines dressées pour le spectacle et la promenade

— pour le rêve ambulatoire —

ces bâtiments inconnus sont délivrés du désordre de la vie

géométrie — pure perspective

un recueillement sans accueil

— sans mémoire —

 

 

Façades-miroirs où s’apparaît et se défait le Passant

— l’ignorant compagnon de la fêlure invisible et qui tue

de la lézarde où s’engouffrent les apparences bâtisseuses surprises par le gel de leur mort

(dans le ciel et sur la terre —

ces grues éternelles, mobiles—immobiles)

il se dit — mais sans trop y croire —

qu’habiter le miroir

c’est n’avoir plus à devenir —

être inapparent

 

 

Malgré la poudre des souliers secoués derrière soi

s’ouvrir les sentiers qui s’égaillent —

atteindre l’usine-à-gaz parmi les ronces —

dans le silence — le cri de l’épine sur la rouille

comme signe de l’abandon ou de l’éveil.

 

À suivre…

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -