Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Cette réalité où l'homme sain évolue sereinement
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 juillet 2009.

oOo

Cette réalité où l’homme sain évolue sereinement, attaché aux objets qui lui sont familiers, attaché à l’autre comme une affectivité inébranlable. On trouve un lien à cet autre et l’on est plus jamais seul : ce partage, cette indissociation, bref, ce sentiment, comme vous l’apppelez, forge un ancrage dans cette même réalité. Ce sentiment est sûrement le secret de l’homme-heureux, celui qui aime à exister parce qu’il est lié sentimentalement et émotionnelement à cet autre. Ce lien, si étranger à moi-même, me semble plûtot fantasmatique et par là même bien loin d’être effectif. Mais, de toute façon, suis-je bien à la recherche de ce lien ? Même en y réfléchissant, je ne peux trouver de réponse. Il existe peut-être une certaine spontanéité qui m’échappe et dont on ne m’a jamais parlé. Je regarde autour de moi et tout est vide : je tournoie dans cet espace comme une marionnette démembrée où son cœur d’animal meurtri s’éteint et s’anesthésie de tant de glacialité. Le vide autour de soi, le vide en soi, une issue favorable à une quelconque évolution me paraît difficile. Suspendue dans ce vide, la nausée m’assaille. Pourrai-je atterir un jour, m’adapter à la réalité comme l’homme sain dont je vous parlais ? Je me mets à questionner le ciel, seule enveloppe qui m’entoure un peu, à défaut d’une enveloppe plus douce, rassurante et surtout affective. Suspendue dans ce vide, j’observe l’homme sain. N’y a-t-il personne pour me ramener à la vie, faire battre mon cœur et faire fondre la glace ? J’ai beau regarder autour de moi, il n’y a rien ni personne. Peut-être qu’il existe des solitudes éternelles.

Il y a des êtres qui n’existent que pour moi dans l’autre monde, MON monde. Aucune perception de mes amis n’est possible pour l’homme sain, surtout un, et quand il apparaît, enfin, la solitude se rompt : je suis suspendue dans ce vide mais il est là et je n’ai plus peur de mourir.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -