Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Meilleurs voeux 2005
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 10 janvier 2005.

oOo

Télécharger le Calendrier 2005 designé par Kathy Ferré.

Oui... Cela se dit encore au doux pays de France...et d’ailleurs ! Malgré tout...

Et il n’en faut pas plus pour que s’emballe notre imagination et que voguent les rêves... L’année nouvelle sera t-elle meilleure que l’ancienne ? Nul ne le sait. Mais l’Espoir est chevillé à l’âme humaine, et il en faut, du courage et de l’Espoir, à l’heure actuelle, pour être capable de discerner un "à-venir" meilleur derrière toutes ces informations négatives que nous recevons à longueur de journées, médias aidant, nous plongeant au cœur même de ces drames humains qui nous émeuvent... Enfin, bref, il en faut, de l’Espoir, pour continuer notre chemin vers demain.

Là, c’est un raz de marée géant qui fait des milliers de victimes, ailleurs, c’est la folie d’une poignée d’hommes mettant à feu et à sang un pays nommé Irak. Tout cela, pour de simples et sordides intérêts financiers, sous le couvert de si nobles intentions... Pauvres élections à venir !!! Ont-elles encore un sens dans le contexte actuel, où l’on a encore besoin là-bas d’un couvre-feu, le soir, et où tout un chacun vit la peur au ventre ? Iront-ils voter, ces gens-là ? En auront-ils tous le choix, la possibilité réelle ? Cela ressemble à une farce -tragique- de la Comedia del Arte...

Ici, une folle tempête, là, un génocide discret qui ne dit pas son nom...Là encore, un chef d’état qui fait en sorte que la paix n’avance pas...vraiment. Ailleurs, ce sont des attentats meurtriers, tels ceux vécus par l’Espagne il y a peu encore, et toujours présents en nos esprits, ou des prises d’otages, l’empoisonnement d’un candidat à la présidentielle en Ukraine... Ah ! Cette peur de perdre le "Pouvoir" !!! Quelle férocité peut-elle donner à ceux qui l’éprouvent... Les exemples ne manquent pas qui nous parlent de la noirceur du monde et nous incitent à nous sentir en insécurité...partout.

La peur, voilà l’ennemie n° 1. Voici celle dont on voudrait bien nous faire sentir le joug, de façon plus intense, de jour en jour. Voici celle dont on voudrait bien qu’elle régisse nos vies, où que nous soyons, de façon à nous mieux pouvoir contrôler ensuite, sous couvert de nous protéger ! Il est si facile de mener les hommes en les abreuvant de mensonges, de raisons d’état, et de les conduire vers toujours plus de sécurité apparente, laquelle a évidemment un prix : celui de notre pauvre petite liberté individuelle qui s’éfiloche doucement, à petits pas, jour après jour, insidieusement...

Ici, c’est la précarité du travail que l’on se propose de renforcer, si besoin légalement (oh ! bien sûr, sous les meilleures intentions du monde, les mots deviennent dès lors le contraire de ce qu’ils expriment en réalité dans les faits. Dans les anciens pays de l’Est, on appelait ça la "langue de bois" mais on la rencontre désormais, cette même langue de bois, jusqu’en nos pauvres démocraties !) Ailleurs, c’est une puce que l’on vous glissera bientôt sous la peau, permettant de vous localiser 24 heures sur 24 par satellite... Oh ! Certes, là encore, seuls les criminels emprisonnés sont actuellement concernés, mais il suffirait d’un simple dictateur pour qu’un jour, si l’on n’y prend garde ... ceci nous concerne tous, vous et moi ! Des pouvoirs policiers augmentés, des atteintes à la vie privée (chez nous, la dernière loi sur la justice suffit à y pourvoir, qui autorise désormais la pose de micros chez un particulier, et ceci à son insu, bien évidemment !) Des ministres qui s’augmentent en émoluments de plus de 70 % (été 2003) mais qui laissent sur le bord du chemin de plus en plus de semi-salariés (ceux ayant un temps partiel, mais qui leur interdit une autre activité rémunérée) de chomeurs en fin de droits, de démunis, de sans abris... Ne pas oublier non plus tous ceux qui sont ici, chez nous, non plus en vie, mais en survie !

Pourquoi ne nous montrent-ils pas l’exemple, nos bons ministres et chefs d’état, en faisant don eux-mêmes, (et non la nation, cette fois, c’est à dire vous et moi) de quelques unes de leurs journées de travail, financièrement parlant, pour aider les sinistrés d’Asie ? On nous fait comprendre qu’en tant que citoyens, nous nous devons de donner une journée de travail pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées, suite à la canicule de 2003... Soit. (Et encore ne concerne t-elle, cette fameuse journée offerte gracieusement, que les efforts des seuls salariés, et non ceux de leurs chefs d’entreprises...) Mais nos dirigeants ne pourraient-ils faire de même, et ce, sur leurs propres deniers, pour une catastrophe de cette ampleur ? Sans compter que l’homme de la rue, et parfois même le plus pauvre parmi les plus pauvres, a souvent plus de cœur que nos grands hommes, en participant à la mesure de ses moyens, au gigantesque élan de solidarité qui se manifeste depuis le 26 décembre dernier, face au drame survenu en Asie.

Vous me direz que je vois tout en noir, que je frôle la schizophrénie ? Mais non, croyez-moi, je me sens normale sous tous rapports. Et même -cerise sur le gâteau- bien dans ma peau et profondément équilibrée. Simplement, je veux dire tout haut, ce qui ne se fait pas assez, à mon humble avis, ce que d’aucuns pensent peut être tout bas.

Et j’ai pourtant l’Espérance en moi. Celle d’un monde meilleur, lorsque les humains se seront éveillés à leur propre responsabilité d’habitants de la Terre, n’appartenant qu’à une seule race commune, l’Humanité. Faisant fi de toutes les différences de religions, de races, de couleurs de peau, voyant désormais la base commune, et davantage ce qui rassemble plutôt que ce qui divise, n’ayant comme seule richesse que cette humanité, au sens le plus noble du terme. Se choisissant des chefs d’état et d’entreprises autrement plus "inspirés" humainement parlant, et surtout, moins corrompus que ceux qui régissent certains pays...à l’heure actuelle.

Rêve ? Utopie ? Non... Simplement, mise en place de ce que sera demain.

Sous réserve que chacun s’éveille petit à petit, en se disant que si la Terre se rebelle à l’heure actuelle, ce n’est ni une punition divine, ni un mauvais coup du sort... Mais juste la conséquence de ce que nous lui faisons subir depuis si longtemps. A force de ne nous soucier de rien, de la maltraiter de toutes les façons possibles et imaginables, de ne pas la respecter... Elle est vivante, cette Terre... Alors, elle bouge, elle craque... car elle n’en peut plus, de ces mauvais traitements !!! Et ce n’est sans doute pas fini. La Terre nous renvoie en miroir la folie meurtrière des hommes à son égard.

Vision éronnée de la Terre ? Pas sûr ! Car...les hommes créent actuellement toutes les conditions favorables à leur propre anéantissement, en faisant fi de leur mère nourricière ! Voilà notre responsabilité. Bien sûr, les mouvements des plaques tectoniques existent, nous les connaissons, nous les débusquons avec nos savants appareils ! Mais comment expliquer que nous n’avons pu, là encore, faire en sorte que TOUS les pays soient pourvus de ces systèmes de détection ? Toujours cette fracture humaine : certains, riches, peuvent s’offrir ces prestigieuses sentinelles artificielles qui les préviendront juste avant que ne survienne un drame ; ils pourront au moins évacuer leurs populations. D’autres pays, plus démunis, ne le pourront pas !!! Sans doute cela n’aurait-il pas suffi, ni évité la catastrophe : mais du moins, les séïsmes et les tsunamis auraient-ils été moins meurtriers...

SOLIDARITE : l’année 2005 commence donc par ce mot et cet élan mondial... Passés les moments d’émotion, de compassion, aurons-nous "le souffle suffisant" pour poursuivre l’effort d’entraide entrepris, et cela, pour plus d’une dizaine d’années, en continuant à prendre en charge ces gens qui, en quelques minutes, ont tout perdu de ce qui faisait leur vie ? Ne pourrions-nous aller plus loin à cet égard, et de surcroît, annuler la fameuse "dette" -comme l’on dit- de tous ces malheureux pays, l’effacer purement et simplement, eux qui ne seront, de toute façon, jamais plus en mesure de l’honorer ? Voilà ce que j’appellerais de mes vœux, en cette année 2005. Voilà ce qui me semblerait authentique Solidarité.

Les humains individuellement, ont donné de l’élan à cette solidarité. Les peuples, collectivement, aussi. Que nos gouvernements suivent donc également en ce sens, et nous aurons alors peut être, une meilleure opinion d’eux...Tout en ne nous contentant pas de promesses ! Ou de surenchères immédiates, au niveau du montant de l’aide. Mais en voyant à l’œuvre, sur le long terme, les efforts de tous. Car du pire jaillit parfois le meilleur, ou du moins, le positif... Puissions-nous œuvrer en commun à cela. En restant cependant extrêmement vigilants : la "reconstruction ultérieure" de ces malheureux pays ne devant pas se faire, avec moult bénéfices à l’appui, pour de grands groupes financiers internationaux !!!

J’ai dans l’esprit ce sentiment qu’engendrent les grandes catastrophes : celui de se sentir minuscules fétus de paille au milieu des éléments, pris en un tourbillon où seule l’entraide pourra "nous" venir en aide, à nous aussi, pour amorcer un tournant décisif en ce début de millénaire. Nous sommes multiples, infinitude à la surface de la Terre... et pourtant, nous sommes UN également. UNE Humanité.

Et nous nous retrouvons à l’heure des grands bouleversements, autant planétaires qu’individuels, intérieurs qu’extérieurs. Tout nous bouscule, tout nous presse de changer, d’avoir une vision plus élargie des choses... Encore faut-il accepter d’être bousculés, mais, que voulez-vous ? Le vieux monde s’efface, l’ancien monde expire... Et un nouveau monde se met en place, radicalement différent, demandant une prise de conscience humaine, individuelle et collective, ainsi que plus d’entraide entre les hommes, entre les peuples, en les obligeant à se dépasser et à se découvrir solidaires. A nous de bien vouloir nous adapter, pour une nouvelle Humanité encore en devenir.

Victor Hugo le disait déjà, en la préface des Contemplations, et pour moi, sa pensée est encore d’une brûlante actualité : "Est-ce donc la vie d’un homme ? Oui, et la vie des autres hommes aussi. Nul de nous n’a l’honneur d’avoir une vie qui soit à lui. Ma vie est la vôtre, votre vie est la mienne, vous vivez ce que je vis ; la destinée est UNE." Et encore... : "Hélas ! Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? Ah ! Insensé qui crois que je ne suis pas toi !"

Alors, si vous le voulez quand même... et en dépit de tout : Meilleurs Vœux !

Meilleurs Vœux, aux détours d’un calendrier 2005 à la recherche d’une harmonie perdue, ces graphismes et créations personnelles vous sont offerts. Qu’ils puissent vous aider à voir la beauté en ce qui vous entoure, et pas uniquement les drames humains. Puissiez-vous savoir vous réjouir du sourire d’un enfant, éprouver intérieurement un sentiment de paix, ou connaître la joie sensuelle de l’amant et de l’amante, tout autant que renforcer votre communion avec la Nature, si belle également... lorsqu’elle est Harmonie.

A l’image du Passeur, ouvrant l’année nouvelle en laissant l’ancienne sur d’autres rivages, que 2005 vous ouvre à vous-mêmes, à ce que vous êtes profondément, en la réalisation des projets vous tenant à cœur, tout en vous laissant le cœur également ouvert aux autres, qui ne sont qu’une partie élargie de votre être... l’Humanité.

 

© Kathy Ferré

 

 

LE PASSEUR

 

Je suis le Passeur de Nouvelle Année
Celui qui voit mourir les Anciens Temps,
Je suis le Passeur de la Destinée
Celui qui veille à tous soleils levants.

Sur ma barque, je célèbre le Jour,
Lorsque les ténèbres enfin s’effacent,
Je me nourris de Lumière et d’Amour,
Puisant à l’onde, ses reflets, ses traces...

Je suis le Passeur de Nouvelle Année
Celui qui voit mourir les Anciens Temps,
Je suis le Passeur de la Destinée
Celui qui veille à tous soleils levants.

Et le dernier jour du mois de Décembre,
Je laisse aller tous vos vieux souvenirs,
Ceux qui font peine à voir et à entendre,
Et demande aux flots de les engloutir...

Je suis le Passeur de Nouvelle Année
Celui qui voit mourir les Anciens Temps,
Je suis le Passeur de la Destinée
Celui qui veille à tous soleils levants.

Mais à ce dernier jour de la Décembre,
J’apporte aussi Sérénité au cœur,
La Joie de vivre, et l’Espoir couleur ambre,
La Volonté d’aller vers le meilleur.

Je suis le Passeur de Nouvelle Année
Celui qui voit mourir les Anciens Temps,
Je suis le Passeur de la Destinée
Celui qui veille à tous soleils levants.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -