Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Extrait de Chant d'amour passé le temps d'aimer à aimer alba serena **
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 6 septembre 2005.

oOo

Cliquez sur l’image
pour lire la présentation de Chant d’amour passé le temps d’aimer à aimer

 

ce portrait
de moi
par moi
pour vous
 
belle courtisane
 
ce portrait
ces cheveux
et ces yeux
de moi par moi pour vous
 
peut-être le temps
de baiser le bout de vos seins

 

 

 

il y a l’épaule d’une femme
dans le mur de la chambre
où m’enferme le plaisir
peut-être le jour
peut-être la nuit
 
il y a l’épaule
 
dans le mur de ma chambre il y a une apparition

 

 

 

les chiens de sable ont l’honneur de mourir
 
ont l’honneur de crier avant que de mourir
 
ont l’honneur de tuer avant que de crier
 
ont l’honneur d’aimer avant que de tuer
 
ont l’honneur de haïr avant que d’aimer
 
ont l’honneur de naître avant que de haïr
 
ont l’honneur de n’être pas avant que de naître
 
les chiens de sable vous saluent
 
du haut de leur mort
 
du haut de leur vivant
 
du haut de leur agonie
 
du haut de leur amour
 
du haut de leur sang
 
du haut de leur cœur
 
les chiens de sable ont bien l’honneur
de vous saluer

 

 

 

deux serpents se médusant
dans l’eau des scories
au couchant que dore l’épaule des femmes blanches
blanches et noires
au bord de la rivière
 
deux serpents et un bouc
la lenteur des serpents et l’odeur du bouc
les femmes blanches
blanches et noires
au bord de la rivière
 
deux serpents et un bouc
des femmes
et l’épaule des femmes
dans l’éclat du soleil
et la chaleur maladive sur mon corps
la chaleur atroce de mon corps
 
deux serpents et un bouc
des femmes blanches blanches et noires
et mon corps la chaleur du soleil
la lenteur des corps l’odeur des sexes
et l’eau dans le sable
l’eau que le sable mêle
à l’épaule des femmes
 
deux serpents et un bouc
des femmes qu’épaule le soleil
et que hausse mon corps
les élève sur le bûcher de leurs pieds
dans le sable chaud
du baiser sur les ventres blancs et noirs
de la brûlure qui m’arrache un cri au bord de la
rivière

 

 

 

le baiser de la lumière avec les morts
compose le bouquet de la nuit et du jour
 
j’ai chanté les belles chansons
des asiles et des hôpitaux
mais je n’ai pas chanté le cœur des asiles
ni le cœur des hôpitaux
 
la lumière se fond avec la lumière
qu’éclairent les morts
 
la nuit est une fleur le jour est un bouquet
je n’ai pas chanté
le zythum des asiles et des hôpitaux

 

 

 

qu’est-ce qui est plus joli que la poésie
 
c’est la mort
 
qu’est-ce qui est plus joli que la mort
 
c’est le diable
 
qu’est-ce qui est plus joli que le diable
 
c’est l’amour
 
qu’est-ce qui est plus joli que l’amour
 
c’est la mort
 
qu’est-ce qui est plus joli que ce qui est joli

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -