Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Rue de la vieille lanterne
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 16 novembre 2011.

oOo

Lorsque je chante, je le sais, /dieux et démons sont présents. /Que m’importe de mourir de faim /et d’être jeté dans un égout !
Du Fu (712 - 770) *

Il a son buste dans un square, plus ou moins du côté où il fut retrouvé pendu à une grille d’égout, un matin de janvier.
Il faisait très froid cette nuit-là, moins dix-huit degrés. Il faisait très froid dans ce siècle-là, pour un poète qui avait mis son manteau au Mont-de-Piété. Avait-il la rage au cœur ? Ou s’était-il glissé dans ce froid comme dans une houppelande pétrifiante ? L’année d’avant, c’était la création de la Compagnie des chemins de fer de l’Est, la fondation de la première filature de coton à Bombay, la guerre de Crimée, plus de quatre cent mille immigrants débarquaient aux états-Unis, le pape Pie IX proclamait le dogme de l’Immaculée Conception. C’était l’année de la naissance d’Arthur Rimbaud. 
De jour, de nuit, il avait marché dans la brume, les collines d’une enfance le suivaient. Sa voix si précise, si juste quand les fausses notes d’un romantisme de pacotille tourbillonnaient autour, traçait seule son chemin. Il suivait un soleil noir, il est sorti de son siècle, il a cessé d’être une ombre à travers laquelle ses amis prétendus passaient, le voyant à peine.
Lui s’est aperçu, déjà lointain, échappé aux portraits, aux signalements. Je suis l’autre. Mais en quel lieu, en quel temps où passé et présent s’échangent, pouvait-il se rejoindre ? Il écrivait pour devenir, pour prendre forme, sans finitude devant lui, se défaisant à mesure qu’il se recomposait. Sa dernière errance s’achève dans un cloaque.
Est-il entré ainsi dans le réel d’une époque fangeuse, le soubassement de la nôtre ? Sa dépouille accrochée là ne conclut pas.
Il nous apparaît comme un frère, dans le grand froid hivernal où nous tentons d’émettre une parole indomptée.

Françoise HAN.

[ Revue Europe]
"Rue de la vieille lanterne" est publié dans
le n° 935, mars 2007, tous droits réservés.

* traduction François Cheng

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -