Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Nous avons tous deux têtes / Ce qui augmente beaucoup le plaisir
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 6 novembre 2005.

oOo

Nous avons tous deux têtes : l’une est tranquillement posée sur la joue, elle dort ; l’autre regarde encore et sa bouche semble sur le point de parler, elle est coupée. La nuit et les jours, car ce qui se passe dans ces yeux, ce sont les jours, alors que la nuit convient aux paupières fermées. Le singulier du sommeil, son unicité, et la pluralité de l’éveil. Moi, moi seul, - et les autres, ce nombre infini par multiplication du temps.

Je pourrais dire que j’ai une tête de poète et que l’autre ne pense qu’à écrire des romans mais, sans être tout à fait inexact, ce serait approximatif. Je l’ai longtemps pensé, j’ai même bâti sur cette approximation, sur cette approche devrais-je plutôt écrire, - imaginant que mon ouvrage consistait à abandonner le poème pour me livrer aux trivialités du roman. J’ai créé ce personnage interrompu et je l’ai nommé.

Aujourd’hui, je préfère penser que j’ai deux têtes et que l’une dort alors que l’autre demeure éveillée comme le conteur qui est le dernier à trouver le sommeil. Comme les cris de ceux qui veulent faire passer la littérature pour une science dans l’intention louable de la sauver d’une catastrophe universitaire et universelle, ma pensée ne relève que du naufrage, de l’impossibilité, avant toute considération éditoriale, de lui donner un sens facile à partager. Je préfère donc penser que j’ai deux têtes et que ce ne sont plus les têtes de ma jeunesse violemment organisée autour d’elle-même. L’une dort et j’en visite les produits imaginaires. L’autre n’est tranchée que par métaphore et sa grimace est une ironie du sort.

Aliène du temps, on ne s’en est peut-être pas assez rendu compte, est publié dans sa version quasi définitive. Tête dormante, reposant sur son linge après exécution, ces quatre forts volumes (il en manque un), offrent leur flanc à une lecture organique, comme Dada fut découvert à l’aide d’un coupe-papier, ou comme on scinde un dictionnaire avec des doigts tranchants. Si j’osais, je dirais à propos de ce texte énorme ce que Paul Valery disait d’À la recherche du temps perdu : On peut ouvrir le livre où l’on veut ; sa vitalité ne dépend point de ce qui précède ; elle tient à ce qu’on pourrait nommer l’activité propre du tissu même de son texte. Toute proportion gardée. Tête irrévocable.

Je commence ici la publication du Tractatus ologicus. Il s’agit d’une série de romans de taille moyenne avec pour protagoniste principal un policier, Frank Chercos, chargé d’enquêter sur les autres et qui enquête plutôt sur lui-même. Personne ne l’y a contraint ni même poussé. Il vit dans un monde de fausse science acquise où justement ou injustement la littérature appartient au passé. Ce double appel du pied à Jorge Luis Borges et à Philip Kindred Dick, à Pierre Ménard et à Fred, Robert Acrtor n’est pas référentiel, mais parodique. Et comme tout roman qui prétend amuser, les spéculations sur le monde et ses habitants vont bon train, au fil de l’histoire et de ses épisodes progressifs. Si je ne craignais pas d’effrayer les oiseaux du balcon, je dirais que c’est une lecture philosophique qui est proposée, me hâtant de préciser que le mot philosophie doit être pris dans son sens non pas vulgaire mais simple, quotidien mais pas ordinaire. Cette tête n’est pas tout à fait la mienne et c’est sans doute la raison pour laquelle je parviens encore à la regarder dans les yeux. Théodore Géricault ne m’a pas fait de cadeau. Tête provisoire, ou plus précisément changeante, aléatoire peut-être, en tout cas résolument narrative, jusqu’au suspens.

Et si j’ai ici songé à expliquer un peu mes intentions et mon style, c’est pour ne pas avoir à le faire au sein du roman lui-même. J’ai arraché mes morelliennes à leur contexte légitime, autant pour ne pas encombrer la poésie d’"Aliène du temps" de considérations qui en eussent dérangé les rythmes narratifs, que pour épargner aux histoires contées par le "Tractatus" des digressions par trop spéculatives. On trouvera à la suite un discours charpenté à la dérive d’une réflexion sur le roman.

La question thématique, chère aux dispensateurs de notes de lecture, n’y est pas abordée. C’est que j’ai souhaité généraliser un peu, si c’est encore possible après tant de narration. Je laisse à la lecture, organique, philosophique ou autre, le soin de mettre à nu les rapprochements, les divergences, les lieux communs et les habitudes de style et de vision. Après tout, ce n’est pas mon affaire puisque je l’ai déjà traitée en contant, d’une manière ou d’une autre. Je ne tiens pas à m’avancer avec des notes ne concernant que les aspects visibles de la carcasse échouée sur le sable que le lecteur, rarissime et précieux, consent à visiter après moi.

Dans cet essai-préface, il ne sera question que de doctrine. Il me plaît assez d’user et d’abuser de ce mot, d’autant que je ne suis pas un doctrinaire. Ce n’est pas que ma pensée échappe à toute définition, mais j’en reconnais les faillites et ne me prive jamais d’y remuer le couteau spécialement conçu pour les plaies. Mes fragilités intellectuelles s’imposent donc à mes compulsions profondes. Ici, j’aborderai la langue par le bout, la technique par ce qu’elle vaut et la fonction de l’écrivain par sa constante inutilité.

Ceci ne me prive pas d’une future postface du même genre où la thématique serait revue, et pourquoi pas corrigée, par le ressassement analytique. Je ne crains d’ailleurs pas de dire, malgré tout ce qui m’éloigne d’elle, que la pensée de Maurice Barrès n’est pas sans influence sur mon comportement. Oui, "nous ne sommes jamais si heureux que dans l’exaltation. [...] Ce qui augmente beaucoup le plaisir, c’est de l’analyser. [...] Il faut sentir le plus possible en analysant le plus possible." Heureusement pour moi, je n’ai pas la fibre nationale, je ne tiens pas le commerce en haute estime et les pratiques de la justice me paraissent douteuses et sujettes à vérification constante.

Derniers textes publiés :

 Galère de notre temps (Patrick Cintas) - La calbombe céladone de Patrick CINTAS
 Romans de Patrick CINTAS - Autres romans, nouvelles, extraits (Patrick Cintas)
      Plus tard, l’enfant
 Poésies de Patrick CINTAS - Choix de poèmes (Patrick Cintas)
 Patrick Cintas en castellano - Novelas cortas (Patrick Cintas)
 Patrick Cintas en castellano - Odas de "Gisèle"

BIBLIOGRAPHIE
A propos de livres

ROMANS - Carabin Carabas, Rendez-vous des fées, Les baigneurs de Cézanne, BA Boxon, Coq à l'âne Cocaïne, L'enfant d'Idumée, Cicada's fictions, Le paillasse de la Saint-Jean, Anaïs K., Gor Ur le gorille urinant, Gor Ur le dieu que vous aimerez haïr, caNNibales (12 romans), N1, N2, N3 (in progress, x romans), La trilogie française, « Avant-fiction », Phénomérides, Marvel, Les Huniers, Arto...
NOUVELLES - Mauvaises nouvelles, Nouvelles lentes.
POÉSIE - Chanson d'Ochoa, Ode à Cézanne, Chanson de Kateb, alba serena, Coulures de l'expérience, Analectic Songs, Fables, Jehan Babelin, En voyage, Grandes odes, Saisons, Haïkus dénaturés, Sériatim...
THÉÂTRE - Bortek, Gisèle, Mazette et Cantgetno.
ESSAIS - ARTICLES - Actor (essais), Galère de notre temps (articles).
HYPERTEXTE - [L'Héméron].

Livres publiés chez [Le chasseur abstrait] et/ou dans la RALM (voir ci-dessous).
Quelquefois avec la collaboration de
[Personæ].

 

BIOGRAPHIE
A propos de ce chantier

« Le travail d'un seul homme... » - Ferdinand Cheval.
...Commencé dans les années 80, sans réseau mais avec un assembleur, basic et une extension base de données, le projet "électronique" de ce festin a suivi les chemins parallèles de la technologie informatique grand-public et la nécessaire évolution du texte lui-même.

Il faut dire qu'il avait été précédé d'une longue et intense réflexion sur le support/surface à lui donner impérativement, non pas pour échapper aux normes éditoriales toujours en vigueur aujourd'hui, mais dans la perspective d'une invention propre aux exigences particulières de sa lecture.

Le « site » a subi, avec les ans, puis avec les décennies, les convulsions dont tout patient expérimental est la victime consentante. Cette « longue impatience » a fini par porter des fruits. Comme ils sont ce qu'ils sont et que je ne suis pas du genre à me préférer aux autres, j'ai travaillé dans la tranquillité de mon espace privé sans jamais cesser de m'intéresser aux travaux de mes contemporains même les moins reconnus par le pyramidion et ses angles domestiques.

Et c'est après 15 ans d'activité au sein de la RALM que je me décide à donner à ce travail le caractère officiel d'une édition à proprement parler.

On trouvera chez Le chasseur abstrait et dans la RALM les livres et le chantier qui servent de lit à cet ouvrage obstiné. Et [ici], la grille (ou porte) que je construis depuis si longtemps sans avoir jamais réussi à l'entourer d'un palais comme j'en ai rêvé dans ma laborieuse adolescence. Mais pourquoi cesser d'en rêver alors que je suis beaucoup plus proche de ma mort que de ma naissance ? Avec le temps, le rêve est devenu urgence.

« À ceux-là je présente cette composition simplement comme un objet d'Art ; — disons comme un Roman, ou, si ma prétention n'est pas jugée trop haute, comme un Poème. » - Edgar Poe. Eureka.
Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -