Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Ordre fictionnel, désordre réel
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 9 juin 2013.

oOo

« L’écriture est une remise en ordre de soi-même et du monde ». - S.P

L’état de la fiction et l’état du monde sont deux entités parallèles.

Le monde paraît en lutte permanente avec son propre délitement, à tel point qu’on peut se demander si, finalement, il n’en n’a pas toujours été ainsi. Les impacts, suivis de cette noria d’adjectifs que nous leur accolons pour tenter d’y voir clair – démographiques, économiques, climatiques, scientifiques, artistiques, métaphysiques, sociologiques, militaires, politiques etc … - , ne cessent de le modifier, de le rendre mouvant, des impacts qui sont au cœur de notre perception. Les cycles se succèdent, dans une logique qui bien souvent nous dépasse, matérialisés par des hécatombes de toutes sortes, des séismes en tout genre ou encore des conflits sont la finalité n’apparaît que sous la forme des ruines.

Des ruines, oui, des ruines comme à perte de vue. Des villes dévastées, en ruine, donc, dans un paysage ruiné, lui aussi.

Et simultanément, et dans le même temps, s’élèvent ou se bâtissent, s’érigent de véritables architectures fictionnelles qui prennent forme, peu à peu, progressivement, qui deviennent de plus en plus visibles à travers l’écoulement du temps, comme si, pendant le transvasement vertical du sablier, s’édifiait de la matière dure, de la matière concrète. L’ordre de la narration s’affirme alors dans la nudité totale et nette d’un monde en ruine, et les œuvres apparaissent tels des bâtiments, des édifices, des cathédrales, tels des temples ou encore des tours … oui, de gigantesques tours … comme si leur solidité avait absorbé les restes d’un monde dissous…

Et tandis que le monde tente une reprise … qui se décompose ou s’effondre aussitôt, par un étrange miracle, c’est la fiction qui s’apprête à le soutenir, à lui apporter cette matière première indispensable à son édification et à sa métamorphose, à sa dialectique vitale entre la permanence et l’innovation, en irriguant les manuels scolaires – grammaire, orthographe, rédaction, style … , en se posant au cœur de la question des programmes, en se glissant à l’intérieur des livres à partir desquels le texte continue de se mouvoir et d’être absorbé par l’oeil du lecteur … Le savoir, la mémoire, la transmission, oui, c’est tout cela qui circule au sein des espaces scolaires et domestiques. Jusqu’à, parfois, ce que la littérature se transforme comme malgré elle en source pour le fonctionnement de la Cité, pour donner du sens pragmatique à l’action.

La littérature, un laboratoire pour une politique pragmatique…

Indépendance et imbrication des deux entités, donc, qui peuvent signifier l’équilibre du monde grâce à la fiction…

Plus sûrement, tandis que le monde poursuit ses mues chaotiques, les œuvres fictionnelles, distinctes, se suffisent à elles-mêmes, élaborant un sens stratifié dont l’équilibre, lui aussi, est absolument autonome.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -