Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Au bout d' ma rue
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 17 novembre 2013.

oOo

Au bout d’ma rue, j’tiens les grand’s orgues
-Saint-Saëns les tint à Saint-Merri.
-J’m’en tap’ des cloch’s confit’s en morgue.
Ma mus’, vêtue d’mes derniers cris,
M’alpague en plein mitan d’la sorgue
Et m’tir’ d’un affreux pot-pourri.

Au bout d’ma rue, y’a d’la rengaine
-Vals’-musett’, grosse et grass’ java,
Rumba sans bas, samba sans gaine,
Fredons, vocalis’s des divas…
-Sur les faux pas, morgué, morguenne,
Des matassins d’mes canevas !

Au bout d’ma rue, j’trouss’ des histoires
-J’n’en fais pas toujours des romans.
J’me prête aux interrogatoires
Et j’pinaille autour d’mes tourments
Sur trois roues, à pattes, à pétoire…
J’couds les bons, les mauvais moments.

Au bout d’ma rue, j’brass’ des idées
-Pourtant j’en suis sans cesse à court -,
Des idées noir’s, neuv’s, démodées,
Foll’s, qui n’me sont d’aucun secours.
J’en cueille en or dans mes bordées
D’moussaillon d’eau douce au long cours.

Au bout d’ma rue, des troup’s s’enlisent
- Guerr’s d’hier, d’hui, d’six jours, d’mille ans.
Mes baguenaud’s s’mélancolisent,
 J’y crois’, songeur, les bras ballants,
Goya, Callot, Chagall, Dalize,
Dorgelès, Capa, Mac Orlan…

Au bout d’ma rue, c’est l’aventure,
Sac au dos, j’y cours l’monde entier.
J’y trouv’ cothurne à ma pointure,
L’allant pour mes petits métiers.
Devant chez moi, ma vieill’ voiture
Rêv’ d’refaire un tour dans l’quartier.

Au bout d’ma rue, j’ai l’chic pour mettre
La fin avant l’commencement,
Pour gerber des pros’s et des mètres,
Pour déglinguer les boniments,
Pour zigouiller les dieux, les maîtres
Et m’coucher dans leur testament.

Au bout d’ma rue, j’tends les sébiles,
Les pogn’s en conques, les bols, les troncs
D’la Misère aux fées, aux sibylles,
Aux argenteux… J’essuie son front,
J’crach’ ses épong’s, j’décharg’ sa bile…
La pauvrett’ m’en doit d’fiers étrons.

Au bout d’ma rue, traîn’ mon enfance
-Des écorchur’s, des coups, des bleus,
Des pièces au cul comm’ des offenses.
Dans ses décors miraculeux,
Un clébard prenait ma défense,
J’y calenchais tuberculeux.

Au bout d’ma rue, j’vaguais dans Taine,
Dans Sue, dans Defoe, dans Scarron…
J’me trempais nu dans la fontaine
Où grimaçaient des mascarons.
J’y fracassais des capitaines.
Ma mèr’ s’en faisait du mouron.

Au bout d’ma rue, tourne un manège
-Biclous, teufs-teufs, dadas, pimpons-
Au vent, sous la pluie, dans la neige…
Et ron et ron, gros patapon !
Comment, mais comment m’y prenais-je ?
La prochain’ fois, j’aurai l’pompon.

Au bout d’ma rue, y’a l’temps qui taille
En pièc’s nos bell’s, nos sal’s saisons.
J’n’ai plus à choisir mes batailles,
Mes barricad’s, mes horizons…
Plus un corbeau n’me ravitaille
Et j’n’ai plus tout’ ma déraison.

Au bout d’ma rue, j’cueuill’ des violettes
Et des pavots entr’ les pavés,
Pendant qu’la Mort fait des emplettes
Dans mon poème inachevé.
J’entr’ dans des rond’s d’joyeux squelettes.
J’ne suis pas sûr d’avoir rêvé.

Au bout d’ma rue, j’maqu’ des frangines
Qui vid’nt les bourg’s et les soldats,
Des garçonnièr’s qui s’déblue-jeanent
Pour trois roses, pour un réséda.
J’entr’ouvre, aux grimbich’s qui ginginent
Des hanch’s, mon cœur et mon barda.

Au bout d’ma rue, des angelottes
Tienn’nt la chandelle aux amoureux.
Quand les âm’s trist’s s’amatelotent,
C’est qu’le fond d’l’air est doucereux.
Et j’vais, et j’viens, dans des parlotes
Où j’imagin’ Sisyphe heureux.

Au bout d’ma rue, tout’s mes trouvailles,
Tous mes trucs, tous mes écheveaux
D’ressouvenirs, d’pensées m’travaillent
Et jouent des tours à mon cerveau.
Quand y’a plus rien plus rien qui vaille,
J’fie mon calame au caniveau.

Au bout d’ma rue, couaqu’nt fanfares,
Couards chorus municipaux,
Méchants klaxons et gyrophares.
La putain d’Patrie dans la peau,
Des fêtards clinquantés s’effarent
Sous les lampions, sous les drapeaux.

Au bout d’ma rue, crân’nt des barrages
-Fris’s barbelées, pieux, miradors,
Flicards en laiss’, chiennaille en rage
Aux trouss’s d’la vermin’ des monts d’or-
dur’s, des morpions d’la mèr’ Courage -
Aux soleils noirs d’mes thermidors.

Au bout d’ma rue, les banderoles,
D’mes vieux aminch’s à l’unisson.
L’rouge et l’noir y prenn’nt la parole
Sur la vendang’, sur la moisson.
La Liberté, chiffe en corolle,
Tétins à l’air, pouss’ sa chanson.

Au bout d’ma rue, j’vois Jean-Baptiste
Et tous les autr’s sur mes tréteaux
-Des savants fous et des artistes
Qui crèv’nt trop tard, qui crèv’nt trop tôt.
Ils n’emport’nt qu’un drap en batiste,
J’dispens’ les groll’s et les manteaux.

Au bout d’ma rue, j’plains ma jeunesse
Qui s’fringue à mort chez les fripiers.
Ell’ croit savoir tout’s les finesses,
Déjouer l’embûche et l’guêpier…
Et tous ces gens qui m’reconnaissent,
Ont-ils bon œil, ont-ils bon pied ?

Au bout d’ma rue, j’abats mes brèmes.
Ils sauront à quoi s’en tenir,
Ces seins, ces fess’s, ces fac’s d’carême
Qui s’voil’nt sans dout’ pour nous punir
D’renoncer au baptême, au chrême…
J’n’aurai pas à y revenir.

Au bout d’ma rue, tourn’nt les turbines
Et les bobin’s du septième Art.
J’ai des doublur’s dans mes combines
Et des starlett’s dans mon plumard.
Trucideur à gag’s, j’me débine
Au bras d’un’ script au nez camard.

Au bout d’ma rue, gis’nt la barcasse,
L’fanal, les ram’s du pèr’ Caron.
L’nocher des morts n’est pas loquace
Sur les courants de l’Achéron.
Quand plus rien n’va, tu vois, j’me casse.
Ça m’coûte un’ rouillarde et un rond.

Au bout d’ma rue, j’emball’ des quilles,
Des saint’s n’y touch’nt et des putains.
J’planqu’ mon bissac et mes béquilles.
J’dérouill’ mon grec et mon latin.
J’suis l’roi d’l’esbroufe et d’la resquille.
Ici, tout marche au baratin.

Au bout d’ma rue, j’perds contenance.
J’en ai plein l’dos d’tous ces musards,
D’tout’s ces amphor’s qui n’ont qu’une anse,
D’tous ces pierrots qui sèch’nt l’bazar,
D’ma girl qui, moyennant finance,
N’laiss’ plus mes dés d’os au hasard.

Au bout d’ma rue, la mer rouscaille
Sur les étals des écailleurs.
C’est la saison où l’on s’les caille.
Pourvu qu’ne tard’nt les jours meilleurs.
Depuis qu’ils font dans l’styl’ rocaille,
Pas question d’ahaner ailleurs.

Au bout d’ma rue, j’donn’ d’mes nouvelles
Au kiosquier dans son artichaut,
A mes croqu’-note à manivelle
Et à bretell’s qui, froids ni chauds,
Remuent les trip’s, troubl’nt les cervelles.
D’eux et d’leur bastringu’, qui s’en chaut ?

Au bout d’ma rue, j’vous en raconte
En long, en large et en travers.
Si j’perch’ l’Baron, j’pourfends l’Vicomte ;
Si j’me peauce en beau diabl’ d’Vauvert,
J’pantomime un laissé-pour-compte,
J’narr’ mes victoir’s et mes revers.

Au bout d’ma rue, on y jaspine
Bigorne, on y jact’ des jargons,
On y trafique, on y rapine,
On y sort les cogn’s hors des gonds…
Au grand jamais, on n’courb’ l’épine
Sous la matraqu’, ni dans l’fourgon.

Au bout d’ma rue, j’largu’ mes conquêtes
Dans les filets des maquereaux,
Des barbillons qui s’déchiquettent,
S’laissant pour morts sur les carreaux,
A coups d’surin, à coups d’casquette,
Pour finir derrièr’ les barreaux.

Au bout d’ma rue, j’ramèn’ la science
D’un camelot, d’un glob’-trotter,
D’un troubadour dans l’insouciance,
D’un bricoleur, d’un reporter…
Puis, j’engourdis les impatiences
D’mes ail’s dans l’absinthe et l’bitter.

Au bout d’ma rue, ma bouffard’ crame
Du Caporal, d’l’Amsterdamer.
J’aime à glander dans l’mélodrame,
Pogn’s dans les fouill’s, blasé, sans mœurs.
J’y dardillonn’ des épigrammes
Et fais confiance à la rumeur.

Au bout d’ma rue, j’en ai ma claque
Des lécheus’s d’ vitrin’s, des badauds,
Des mioch’s qui pataug’nt dans les flaques,
Des colporteurs sous leur fardeau
Et d’mes doubl’s à côté d’la plaque
-On dirait qu’ils attend’nt Godot !

Au bout d’ma rue, y’a des entrailles,
Des borborygm’s dans des boyaux,
Des ribambell’s sous des mitrailles

- Dragées, sous jaun’s, fleurs, riz, noyaux-,
Des voix, des clins d’yeux qui s’éraillent,
Des bookmakers dans leurs tuyaux…

Au bout d’ma rue, j’recharg’ cagettes,
Couff’s, bourrich’s, barils, estagnons,
Caqu’s, jarr’s… J’remballe tomat’s, courgettes,
Salad’s, aubergin’s, choux, oignons…
Les gueux engoul’nt tout c’qu’on leur jette :
Rognur’s, rest’s, fonds, débris, trognons…

Au bout d’ma rue, mes zigs, mes potes
S’faufil’nt et fil’nt comm’ des filous,
Mes gavroch’s cour’nt la galipote
Et mes garc’s donn’nt, entr’ chien et loup,
D’la façon à tout c’qu’ell’s tripotent.
Pendant c’temps-là, j’boss’ pour des clous.

Au bout d’ma rue, y’a des grand-messes
Où basochiens, politicards,
Prophèt’s, messies s’ruin’nt en promesses.
On s’moqu’ du mond’, du tiers, du quart.
J’me barr’ sur les bords du Permesse.
J’fuis, bille en têt’, tous ces rencarts.

Au bout d’ma rue, j’prends des tangentes…
J’plains mes escarpins, mes ribouis.
Pour fair’ feu d’mes deux, d’mes quatr’ jantes,
J’abîm’ mes patoch’s dans l’cambouis.
Quand j’reviens d’loin, j’me désargente
Au claque, au tripot, au boui-boui.

Au bout d’ma rue, j’suis à la masse
Comm’ d’autr’s sont au marteau-piqueur ;
A la masse et à la ramasse,
Dans des délir’s d’polémiqueurs.
Quand ils n’pros’nt pas, ceux-là rimassent,
Toujours pleins d’rancune et d’rancœur.

Au bout d’ma rue, j’les récompense,
Les échauffourées des marmots.
J’ne regard’ plus à la dépense,
A la veill’ d’guérir d’tous mes maux.
 L’ensuaireus’ dans’ sur ma panse…
J’aurai choisi mes derniers mots.

Robert VITTON, 2013

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -