Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Passions et complexités des cannes et des parapluies
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 janvier 2014.

oOo

°
Epicer le désert d’une pincée de pyramides
°
Le destin de Troie eût-il été changé, si au lieu du cheval, Ulysse y eût fait pénétrer le tonneau de Heidelberg ? Qu’en eût pensé Lichtenberg ?
°
L’ennui seul est profond. Ne serait-ce-pas plutôt, qu’il ignore la surface ?
°
Mettre des menottes au soleil.
°
Mettre un manteau à l’hiver
°
L’huitre ne porte pas sa perle autour du cou comme le cerisier ses cerises à vos oreilles.
°
Le coup de gong de Gôngora fait vibrer la membrane du monde.
°
Couleur de sourire intérieur.
°
" Le marronnier courtise le châtaignier " est une phrase d’idéaliste
°
Beauté d’un groin ou d’un mufle toujours humides.
°
Le manganèse mâche son minerai, depuis l’invention du vocabulaire.
°
Le penseur affligé d’une rumeur de cerveau, se mouche dans le cerveau des autres.
°
Conséquence d’une faute d’orthographe : Les égouttiers sont ceux qui font trembler les branches des arbres après la pluie.
°
L’homme est un balais dit Swift
L’homme est poussière dit l’écriture.
°
Diogène Làerce rapporte que Socrate s’étonnait de ce que Platon lui faisait dire. Ce dernier prétendait pourtant que les poètes mentaient.
°
Perdre la tête en cherchant son chapeau.
°
Il serait intéressant de savoir ce que Napoléon aurait pensé de ce que Raskolnikof lui fait dire dans l’essai qu’il lui consacre avant de trucider la vieille.
°
Le paysage se cabrait de telle façon, que pour le décrire on devait porter des éperons.
°
Tout ce qui mûrit devient une cour des miracles.
°
La cire abuse des sirènes.
°
Il se perdait tellement dans l’idéal, qu’on l’envoyait chercher des sandwichs.
°
Le Don Giovanni de Mozart, c’est la musique in eroticis.
°
La vitre se coupe avec le paysage (et vice versa).
°
Le phénomène est hors du temps, est un octosyllabe.
°
Quelqu’un rêva qu’il était Aristote écrivant dans le protreptique : Le rêve est mensonge, la réalité, vérité.
°
Ce qui fascine, est ce qui peut brûler.
°
Quelqu’un rêva qu’il tombait amoureux fou d’une pièce de monnaie.
°
Il dégaine une lame d’eau pour lui percer le cœur et se noie dans l’arme de son crime. Belle formule pour l’amour.
°
Quelqu’un appelait monade un petit pois et un autre de renchérir, qu’en effet, un petit pois n’a ni porte ni fenêtre.
°
Mot poussiéreux se brossant avec l’Histoire.
°
Un crabe tourteau avec une peau de pêche, un horizon bandé comme une arbalète.

°
Faire trembler la chèvre ne se faisait qu’à Delphes afin de faire parler la Pythie. Nos oracles modernes sont moins bucoliques, ils parlent et nous tremblons.
°
Qui cache sa folie perd sa raison.
°
Enfant je voulais voler de mes propres aides.
°
Les sourds muets sont tellement bavards, qu’un jour, dans le métro, je reçus une gifle. On m’expliqua que certains d’entre-deux dissertaient sur un passage des évangiles évidemment par signes en parlant fort.
°
Il ouvrit sa braguette pour uriner et surprit la grande ourse en train de le lécher. Depuis il s’est fait astronome.
°
Devenir une cible pour avoir un but ; ne serait-ce pas ce que refuse Ulrich dans l’homme sans qualité de Musil ?
°
La mésange est un oiseau est un prédicat sur la branche.
°
Pensées qui tiennent debout et voulant marcher comme un homme.
°
Qui désigne une vérité tend un doigt taché d’encre.
°
L’arbre des songes perd ses fruits et ses feuilles en toutes saisons.
°
L’arbre des songes a des fruits et des feuilles en toutes saisons.
°
Jusqu’au cou se hissa laissant dépasser la tête comme la rosée, marcha avec l’oreille comme le vent et s’étala jusqu’à plus soif comme l’eau pour enfin s’asseoir sur le comme commué en éclats.
°
Carpe qui bondit trompe son ennui, d’où carpe diem.
°
Célibataire comme le serpent qui gravit la côte en sautillant.

°
La sandale d’Empédocle indique le sommet de l’Etna.
°
Ce qu’il retint de Sapho c’est le pois doré sur la plage.
°
Quand on jubile on dit que l’on boit du petit lait. Cela signifie-t-il qu’il y a de l’aigreur dans la joie ?
°
L’apiculteur méprise le dard de l’abeille.
°
L’apiculteur respecte le dard de l’abeille.
°
Poète, il aime le crapaud qui squatte le diamant.
°
Trinquer avec un crocodile dans un verre de cristal, est pratique si courante, qu’il est inutile de le porter au livre des records.
°
Lutter avec un luth sur le ring du silence.
°
En balayant sous son buffet il retrouve une vieille idée perdue dont la partie pointue s’est émoussée. Il l’aiguisera à ses moments perdus.
°
Ce qu’il faut craindre chez le rhinocéros, c’est moins sa corne que sa charge, dit le prophète.
°
Le poète est quelqu’un qui a tellement les pieds sur terre, qu’il ne rêve qu’en marchant.
°
Dans toutes nos actions se révèle une paresse.
°
Les Mères de Goethe : Nos racines autistes.
°
Le temps se met au beau, semble-t-il. Puis après une infime pause : enfin, un papillon. Ses yeux ont quelque chose de cruel, comme l’œilleton d’un fusil ou d’une carabine. Ici on peut se demander : donner à choisir entre fusil et carabine est-il nécessaire ? A y bien réfléchir, le choix d’un papillon ne l’est guère plus. On eût pu tout aussi bien choisir dantesquement une panthère noire ou pédantesquement, une lonza leggera. Encore que cela eût obligé à ne pas évoquer la beauté du temps, l’Enfer fût-il à cette époque, pavé de bonnes intentions. Les yeux sont certes les fenêtres de l’âme, mais ici, ils ne sont que ceux des lettres composant le mot yeux. Quant aux fenêtres en question, elles ne sont que ce qui permet de voir ce que devient le monde extérieur dans le regard d’un papillon, d’un corbeau, d’un dromadaire ou d’un humain bien éveillé mâle ou femelle. Donc écrire que le temps se met à quelque chose, impose de le prendre, ce mot temps, au sens météorologique, alors que tout démontre que le temps ici en question, c’est celui des horloges. Il reste à définir la signification de, puis après une infime pause. S’agit-il d’une attente après : semble-t-il : celle par exemple de l’arbitraire papillon qui ouvre les possibles de tout ce qui possède l’organe ou les organes fenêtrés de la vue. Le temps se met de la partie aurait été la meilleure formule pour. Se met au beau. Au beau fixe. À belle pause. Ou se détraque ou passe ou quoi ou qu’est-ce. Impossible de continuer sur ce. Sur quoi. Donc fusil papillon serait en quelque sorte signifier le temps. Ce n’était pas prévu. Pure supposition. Plutôt la fine pointe d’une épingle dite de ne pouvoir dire. On s’est piqué au jeu.
°
Il trouve à Vitruve un beau cratère.
°
 L’orage fouille les ruines pour s’y abriter.
°
Flairer les possibles, flairer l’impossible. Ma réalité.
°
Ubu c’est le signifiant.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -