Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Choses vues
Le rite du ciel

[E-mail]
 Article publié le 16 septembre 2010.

oOo

J’ai toujours vécu dans l’effroi de l’absence. Sans doute

n’ai-je jamais rien tant désiré.

Et comme le désir prend mille visages

j’ai mille et une fois plié le visage de l’effroi devant moi.

L’absence m’a toujours répondu favorablement.

(On m’accuse : « Vous ne lui en avez guère laissé le choix ! »)

Mes interrogateurs, croyez que vous arrêterez l’absence

pour la ligoter sur une chaise comme moi ?

Non, bien sûr. Mais je puis bien vous dire

ce qui m’engage seul. Ce qui engage ma solitude

seule. Ce qui engage seulement l’effroi et le désir

dans une même pièce, chacun plus seul que l’autre.

Je ne jugerai pas mes interrogateurs, mes tortionnaires.

Question d’habitude : est-ce que j’aurais pu porter le moindre

jugement sur l’absence, par exemple ?

Quand je la – désirais

tellement – qu’elle m’effrayait.

Je plongeais dans l’effroi,

tête la première

et je me retrouvais alors dans une petite pièce mal repeinte,

éclairée par une lampe électrique teinte en bleu,

suspendue à un fil électrique dénudé.

Je n’étais réellement pas en état de juger quoi que ce soit.

De toutes façons, l’absence,

une fois l’effroi initial passé,

une fois le désir ramené aux proportions d’une existence quasi conjugale,

elle n’aurait rien de particulier à me dire.

Juste des questions : « Ah, ah ! Qui n’est pas là ? »

Je me sers à nouveau de cet excellent ciel. « Oh, oh ! »

« Et qui ne vois-tu pas et où ? »

Oui, où irais-je pour ne pas voir et dire

que là, oui là

il y a

bel et bien

absence,

point-limite où le désir se fait effroi

et réciproquement

et l’espace temps et réciproquement

et moi face à mes interrogateurs

(qui pourraient bien eux aussi ne faire qu’un, au fait ?) :

« Est-ce que vous ne l’auriez pas vue, elle ? »

Elle mais qui

rechercherais-je ainsi (tête baissée,

mes yeux ne font que balayer le sol)

sans grand espoir, au fait.

Mais une persistance d’espoir n’est jamais grosse.

Il faut viser son exaspération fugace comme un rai de lumière.

Il fallait donc viser. Et puis tirer. Et assurer l’absence

que rien n’aura la prétention de détenir, d’être en mesure de transmettre même

le moindre sens

car l’absence et le sens se haïssent

comme mes interrogateurs qui pourraient être l’un l’effroi et l’autre le désir

et qui se chamaillent comme des enfants

devant le supplicié qui pourrait profiter de la situation pour tenter de s’enfuir

s’il voyait un sens à ce qui pourrait lui apparaître comme une issue.

Mais non, je ne voudrais pas qu’on me dise :

« C’était une farce ! L’absence

n’a jamais existé, n’a pas pu résorber

à elle seule

la moindre parcelle de signification. »

Apprendre que tout doit signifier

serait intolérable à mes esprits.

Le désir se sentirait de trop, il crierait

qu’il n’a pas l’habitude de ces choses, que la chair

ne devrait jamais être si charnelle peut-être, l’effroi

resterait prostré pour sa part, ce qui n’arrange rien.

Mes interrogateurs se haïssent, très bien !

Mais je n’ai pas que ça à faire, voyez ?

Un Jumbo-Jet doit me récupérer d’ici un paquet d’heures, quelques minutes.

Les questions resteront sans réponse, quoi de plus normal ?

Mais enfin mon amour, ce qu’il faudrait surtout,

c’est que tu n’oublies pas les parachutes.

L’absence est une toile de tente.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -