Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Le sens des réalités
Un amour de tronçonneuse (argument)

[E-mail]
 Article publié le 27 mars 2011.

oOo

C’est une maison qui paraît abandonnée, déserte. Les enfants qui passent devant estiment qu’elle est forcément hantée. C’est presque le cas, en effet : Acharnem Lam y demeure depuis des années, seul et reclus depuis le départ de son épouse.

Dans sa solitude, Archarnem Lam conspue jour et nuit le pommier qui persiste, indifférent, à fleurir et à produire des pommes inutiles, d’un vert passé et aux rondeurs cabossées, plus hideuses d’année en année.

Un soir, alors qu’il vient de finir sa dernière bouteille de vodka moravienne, Acharnem Lam se décide à sortir et passe devant une quincaillerie dont la vitrine retient toute son attention à cause de la belle tronçonneuse qui y est exposée. Il l’achète sur un coup de tête et menace l’arbre des pires sévices. Cependant, il n’en fait rien et se contente d’acheter une fameuse vodka hongroise que lui a fourni un épicier voisin.

Les jours passent. Un matin, alors qu’il sirote de cette délicieuse vodka en guise de petit déjeuner, Acharnem Lam reçoit la visite de celle qui l’a quittée. Ivre-mort, il lui ouvre la porte, l’invite à entrer et la découpe en morceaux. Il emballes les morceaux de sa femme dans du papier aluminium et les enterre autour de l’arbre, toujours menaçant : « Tu vois ce qui t’attend, bougre de pommier ? »

L’arbre ne répond pas. En revanche, la tronçonneuse vrombit tendrement. Enfin, elle se sent vivre !

Quelques jours passent. Acharnem Lam s’attend à ce que la police vienne l’interroger mais la police a bien d’autres choses à faire ! En effet, en ville, des morts-vivants sont apparus et ont entrepris de prendre possession de tout l’habitat local. Acharnem Lam ne s’aperçoit de cette pénible situation que tardivement, quand quelques zombies aux faces décomposées mais vêtus avec la plus grande élégance se présentent chez lui.

Malgré la trahison de son pommier, quii lui jette des fruits pourris pendant qu’il se démène contre ses adversaires, Acharnem Lam n’aura aucun mal à venir à bout des morts-vivants qu’il débite en rondellespour les planter à côté de sa femme, autour de l’arbre.

Une fois le travail achevé, il s’apprête à tronçonner le pommier ennemi mais la tronçonneuse gémit, lasse et épuisée : elle a perdu toute son essence dans l’action !

Acharnem Lam doit donc partir dans la ville envahie par les zombies qui organisent des défilés de mode cannibales dans les rues pour récupérer quelques bidons d’essence. « Une fois le pommier découpé, estime-t-il, je serai en mesure de libérer la ville de l’invasion des morts-vivants. » Pourtant, l’expédition n’a rien d’aisé : en effet, les zombies ont décidé d’organiser un immense défilé de mode juste en face de sa maison !

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

www.patrickcintas.fr

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -