Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
La figure du titan
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 23 février 2014.

oOo

Lorsqu’une œuvre littéraire inédite surgit, c’est un peu comme si l’auteur, son géniteur, partait à la conquête du monde.

Il sait, généralement, ce qui a été écrit avant lui, il sait, aussi, quelle est la nature du monde ou du contexte dans lequel il vit.

Au cours de ses spéculations narratives, il fait preuve conjointement de souplesse, de détermination, de robustesse. Le style qu’il échafaude et qui doit tenir debout à lui seul - le style qui fait l’auteur en somme - doit être dur comme du marbre, fluide comme du sable, liquide comme la mer. Son architecture stylistique, porteuse d’un sens nouveau qui poursuit l’aventure humaine ou, en d’autres mots, dit quelque chose de novateur sur l’homme, affronte sans tarder un décor bien académique, où les habitudes sont pour le moins tenaces.

Son squelette, ensuite, avance au sein d’un cadre en ruine, au sein d’un monde ancien où des décombres succèdent à d’autres décombres, quelle que soit la voie empruntée, quelle que soit la direction choisie. La déambulation de son squelette est droite, rectiligne, c’est un homme en ordre qui progresse dans un monde chaotique.

Il y a ceux qui bâtissent le monde et ceux qui le subissent.

C’est donc l’opposition dans toute sa splendeur qui domine, là, entre une architecture fictionnelle inédite et un monde épars.

Et pour continuer d’avancer, l’auteur doit soulever le monde, en un seul geste, il doit secouer cette ancienne matière, avant de participer, à sa manière, à sa recomposition.

Ce faisant, il affirme le primat de la reconsidération, celle de l’espace et du temps dont l’absorption est à l’origine de la création, en l’occurrence celle de la fiction. Il affirme, aussi, l’envie de se projeter, il incarne, donc, une projection permanente signifiant l’adhésion à la vie et à tout ce qu’elle a d’étrange et de fascinant.

Parfois, au loin, il peut apercevoir d’autres narrateurs, occupés eux aussi à se frayer un chemin parmi les décombres, occupés, eux aussi, à oeuvrer pour la littérature. Il n’est donc pas si seul que cela …

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -