Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Autres essais de Patrick CINTAS
Il y a destin et destin

[E-mail]
 Article publié le 15 novembre 2015.

oOo


[...]

Les grands romans, ceux qui sont restés malgré l’outrage aux apparences qui semble constituer notre seule exigence d’actualité, se détachent nettement du chyle historique et demeurent non plus des points de référence mais l’occasion de contempler de véritables réussites de l’exercice littéraire. On les lit rarement mais on en connaît la substance, souvent par l’épisode particulièrement bien dessiné ou par la rencontre savamment fortuite d’un personnage porteur de toutes les illusions. Ils se sont incrustés dans les méthodes d’éducation des enfants et servent de garde-fous à des prétentions pédagogiques malmenées entre la nécessité d’instruire (science) et celle de discipliner (société). On connaît certes moins l’oison merdeux de Gargantua que les moulins de don Quijote mais le retour d’Ulysse s’empreint enfin de sueurs sexuelles et Lolita n’est même plus évoqué dans les procès faits aux pédophiles. C’est par une maîtrise crispée de l’enseignement et de la divulgation que, petit à petit, une culture s’incise prudemment pour s’incruster les joyaux élémentaires de ses activités marginales et apparaître finalement comme le chaton idéal, ce qui ne manque pas de donner lieu aux prémices de la guerre (USA), à l’esquive de l’égalité (France) ou au meurtre des bouffons (pauvre Arabie).

Les premiers de ces romans (écrits en vers ou en prose, là n’est plus heureusement la question), sans être eux-mêmes des allégories, en sont le lit rapide et l’alluvion définitif. C’est à l’occasion de pures pratiques littéraires que naissent quelquefois les mythes qu’on accroche à nos sensibles extrémités et à nos profondeurs indécises. Ici, le mythe arrive plus souvent par le biais du désir que sur les rails de l’intention. On ne connaît pas d’exemple d’un texte créé tout exprès pour mythifier qui ait réussi à franchir la mort de sa génération. Nos sociétés, débarrassées des dieux en faveur d’un seul choisi au hasard des disputes historiques et des combats politiques (Jésus, Allah), range les mythes dans les casiers de sa conscience et non pas dans ceux de sa mémoire. Une espèce de perfectionnement, sans acharnement, procède aux derniers réglages et corrige les sécrétions indésirables pour en orienter le jet de sang vers d’autres horizons, comme ceux proposés par la solitude. À l’heure de s’approcher de ces quarantenaires censés habiter des tours d’ivoire, le réceptacle des sensations et des facilités intellectuelles se remplit de nouvelles versions de la maladie mentale et le débat des psychoses reprend toute son ampleur et ses couleurs d’enfer. Ceci pour dire que la mythification des œuvres dénature l’écriture au profit des usages éducatifs et judiciaires. Mais enfin, l’œuvre demeure en principe intacte et rien n’interdit de s’y plonger si on en trouve le temps. Encore heureux !

La deuxième catégorie de romans qui perdurent malgré les changements en tous genres est réservée à l’élite (qui n’est pas dispensée de l’exercice du mythe). En effet, on ne désosse pas Dominique aussi facilement qu’Ubu. D’ailleurs, ce genre de travail au texte ne se répand pas et ne sert pas à expliquer et à diriger les pas. Le roman-photo ne descend pas du roman d’analyse mais des marges du mythe où la vie continue. Le cadre du roman d’analyse, quand il est réussi, est à ce point étroit qu’on ne peut guère envisager d’y voyager et d’en revenir avec un excédent de bagage. Les tragédies de Racine, dont l’ensemble forme d’ailleurs le plus remarquable "roman" écrit en cette période de l’humanité, ne tolère aucune mise en scène parallèle et renvoie sans cesse ses interprètes à l’école de la diction et de l’expression corporelle. Les approximations du music-hall n’y changeront rien. Bien sûr, Dominique et Adolphe sont plus proches de nous, non pas sur le segment de temps où nous apparaissons nous aussi, mais mentalement, à côté de nos propres personnages, souvent des proches, dont nous dressons quotidiennement la caricature pour la frotter à ces exemples croissants de perfection analytique. C’est ici que le mot personnage prend son sens en regard de l’entité qui agit à notre place dans les mythes.

Et puis, plus rien. Il y a bien l’écriture, les objets-textes, les chansons qui trottinent, les ressources des graphes, etc. Mais tout ceci n’est plus de la littérature et l’exercice ne tente pas forcément les générations futures soumises à leur fatalité de choses du passé. Si l’on veut bien imaginer que le temps présent n’est qu’une facilité de langage (nous n’en possédons pas l’instrument de mesure ni les moyens de calcul), que le passé est une possibilité imperfectible autrement que par des solutions imaginaires et le futur une autre possibilité sur quoi on peut espérer exercer une influence (question du désir posée à l’encan), alors on est capable de mesurer la fragilité de nos raisonnements, de nos intrigues, de nos peintures livresques et de notre peu de chance de trouver du nouveau, sombre désir de chrétien aux prises avec son sexe, pauvre sexe voué à la poussière des futures édifications de la cité ou au cuir muséal des momifications. Dans l’attente, nous proposons des imitations, des approches, des exercices, des impostures et des abstractions. Et nous n’avons aucun moyen d’y clairement discerner ce qui fera l’objet d’un culte et ce qui continuera d’alimenter le désir. Par contre, nous sommes parfaitement en mesure de distinguer, dans le fatras des illusions narratives, ce qui a quelque chance de nous approcher sensiblement des terrains favorables à des suppléments de durée et à des reconnaissances claires.

Ce qui équivaut à affirmer qu’aucune œuvre romanesque n’a de chance d’atteindre un point considérable du futur si elle a, en son temps, fait un usage abusif du témoignage, de la mode, de l’intrigue et même d’une doctrine destinée à donner une leçon de comportement par son explication des données et par les ornements de son style. Il y a peu de chance en effet pour que les affres de l’inceste pédophile ou les conséquences traumatiques de l’abus d’alcool, par exemple, impressionnent à ce point nos descendants que le caquet leur en serait coupé et que du coup, les sujets prometteurs en seraient diminués d’autant, prenant par la main ce futur hypothétique pour le conduire dans les zones passives d’un silence définitif. Ils continueront au contraire de s’exprimer sur ces mêmes sujets sans même chercher à comparer leurs sensations avec celles qui occupent aujourd’hui les récits circonstanciés et le babil de nos victimes de la nature humaine en proie à ses combats d’insertion sociale et métaphysique. Après tout, que peuvent valoir ces textes quand on est finalement mieux renseignés par le moindre rapport de police ou la pire des sentences judiciaires, au fond par le professionnalisme et non pas par ces tentatives piteuses et mélodramatiques qui relèvent du spectacle et non pas de la lecture proprement dite ? Les émigrations historiques, les étouffements familiaux, les actes de funambulisme, les croisements intempestifs, s’ils nourrissent quelquefois l’aventure de leurs péripéties, n’en font pas ni l’histoire, ni l’ethnologie sociale, ni la psychologie du comportement ni la théorie des graphes. Chaque fois que la littérature se prend pour le lit des prophéties et des commandements de la vie, elle renseigne peut-être la passivité recherchée des utilisateurs du livre et de ses promesses d’éducation et de savoir, mais elle n’atteint pas cette fraîcheur constante qui promeut le texte dans toutes les langues et par tous les temps qu’il fait. Il y a destin et destin.

[...]


Extrait de Mallarmé, pierre d’angle.
Lecture du texte intégral [ICI]

'

Pour voir un diaporama, cliquez sur les images :

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

www.patrickcintas.fr

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -