Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
In memoriam, l'important poète espagnol Francisco Brines
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 13 juin 2021.

oOo

IN MEMORIAM, L’IMPORTANT POÈTE ESPAGNOL FRANCISCO BRINES    

Francisco Brines a reçu le 12 mai 2021 dans sa maison „Elca“ en Espagne

du roi et de la reine d’Espagne le Premio Cervantes 2020. Il est décédé 8 jours après

 

ELCA ET MONTGÓ

   à Angelika Becker

 

    La sombre mort des orangers

m’éblouit ;

la lune se lève orange et sèche

derrière une mer de plomb.

Dans le lointain, la montagne exhale un air

bleu ; la mer la rend humide,

s’y abandonne. Et ainsi depuis des siècles

l’ombre tombe sur la douleur de sa rudesse.

Les maisons ouvrent leurs paupières,

le versant s’illumine, vibrant

le cœur aspire à des êtres qu’il ne connaît pas ;

et le souvenir en rappelle d’autres.

 

Invisible un arôme de jasmin pénètre

ma chemise, éloigne un peu de sueur de ma peau ;

et cette poussière que le vent dépose

a disparu dans la nuit,

sourd fossoyeur de mon temps.

Le jour était compatissant,

et la terre épuisée reconnaissante,

avec amour je veille sur la tendresse

avec laquelle je meurs aujourd’hui.

FRANCISCO BRINES, Spanje (1932─2021)

Traduction de Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache

 

Francisco Brines a reçu le 12 mai 2021 dans sa maison „Elca“ en Espagne

du roi et de la reine d’Espagne le Premio Cervantes 2020. Il est décédé 8 jours après

 

 

ELCA Y MONTGÓ

        A Angelika Becker

 

  La tenebrosa

muerte de los naranjos

deja ciegos mis ojos ;

anaranjada y seca, sale la luna

detrás de un mar de plomo.

Lejana, la montaña respira un aire

azul ; la moja el mar,

en él descansa. Y así la sombra cae,

desde siglos, sobre el dolor de su dureza.

Abren los párpados las casas,

se enciende la ladera, tembloroso

añora el corazón seres que desconoce ;

y al recuerdo regresan otros seres.

 

  Invisible, un aire de jazmín

penetra en mi camisa, de mi carne separa

leve sudor ; y este polvo soplado

se ha perdido en la noche,

sorda sepulturera de mi tiempo.

Fue el día piadoso,

y a la tierra gastada, agradecido,

miro con buen amor,

por la delicadeza con que hoy muero.

 

FRANCISCO BRINES, Spain (1932─2021)

de “Poesía completa1969─1997”, Tusquets Editores

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -