Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Les films et leur musique
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 21 novembre 2021.

oOo

Nombre de génériques sont entrés dans le patrimoine et ravivent instantanément la mémoire, dès lors que quelques notes sont jouées.
Mieux : la mémoire elle-même se voit soudainement traversée par un fragment de générique, de par sans doute l’effet de la bonne humeur, cette zone du cerveau réservant bien des surprises encore, en dépit des nombreuses recherches scientifiques en cours depuis des décennies et qui s’appuient, notamment, sur une référence en la matière, soit l’oeuvre de Marcel Proust.
Nul besoin d’entendre le refrain, l’introduction suffit.
Ainsi de certaines séries telles que " Chapeau melon et bottes de cuir ", mêlant cuivres et violons, dont l’incipit est tonitruant. Un générique qui évoluera quelque temps plus tard, avec de nouveaux acteurs, les cuivres, basse et percussions oeuvrant de concert, tandis que les acteurs principaux - Purday ou Joanna Lumley, Gambit ou Gareth Hunt - cavalent dans les artères d’une ville, à la poursuite des malfrats.
Soutenus par Laurie Johnson.
" Chapeau melon... " titre original s’il en est, fait de synecdoques révélant conjointement le masculin et le féminin, élégamment associés dans une même mission.
Ou " Amicalement vôtre " dont le début déploie une austérité pétrie de nostalgie, la vie des deux complices défilant dans un montage mariant le noir et le blanc et la couleur, avant que l’épisode en question ne commence.
Le générique de la série n’est-il pas le moment auditif et oculaire le plus palpitant ? S’incrustant définitivement, ensuite, dans la mémoire ?
Ainsi de nombreux films parmi lesquels " L’affaire Thomas Crown ", dont la musique, signée Michel Legrand, est un véritable laboratoire méticuleusement organisé : des mélodies lentes, des mélodies heurtées, des mélodies enlevées ; une suite de bruits devenus musique, des instruments isolés... au travers lesquels se glissent avec virtuosité Steve McQueen et Fay Dunaway.
Dans " L’Eté 42 ", Michel Legrand conçoit une musique nostalgique à la fois ample, lancinante, éternelle. Comme l’histoire entre le jeune garçon et sa première femme, sa première dame dont le mari vient de périr à la guerre. Quelques notes majeures et l’aube se lève, et tout est à faire. Et à refaire. Sans effet de saturation.
Car le passé grave son empreinte à jamais. Des morsures aux moments idylliques.
L’oeuvre de Stanley Kubrick est un festival de grandes musiques. La musique classique et le jazz y sont dominants, soutenant aussi bien les concepts de temporalité, de personnage, de dialogue. Le visage et la silhouette prennent une surdimension sous l’effet de la bande musicale, qu’elle soit dramatique, ironique... énigmatique. Des talents nouveaux parfois sont mis à l’honneur, comme Jocelyn Pook dont la texture musicale est si singulière qu’elle apporte un surcroît d’épaisseur à la narration, aux plans qui en deviennent dilatés, surdimensionnés, comme éclatés par le sens devenu une interrogation ou un constat esthétique.
Vestige séduisant de la symbiose entre le son et le plan, la mélodie et le visage... traversés, au bout du compte, par la musique elle-même qui demeure intacte, s’arrogeant une place souveraine dans la mémoire. Signifiant qu’elle s’écoute pour ce qu’elle est tout d’abord : une création originale qui se rive à l’oreille, pour ne plus la quitter...

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2022 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -