Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
  
Relire “Actuels” et son Avant-Garde
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 7 juillet 2024.

oOo

Ce livre permet de remettre en vue ce que Henri Poncet en son collectif inventait : “Actuels”. Cette revue riva le cou à Tel Quel, Change, TXT et autres productions d’une avant-garde engage dont cette revue s’honnora.
L’excentricité de ces anticipations (pensons à Laupin, Rottenberg, Poncet ;, etc.) reste l’exemple impressionniste et impressionnant des années 1970-1980 . Et il n’est pas sûr, cependant, qu’on puisse pousser loin la similitude. Annezer qui fit parie du collectif en écrivant ce livre présente des Illuminations qui évitèrent toute mythification.
Existe là un intérêt perspicace pour la complexité de cette revue qui hélas ne fut pas toujours lu du grand nombre intellectuel. Mais cet ouvrage peut inviter à ré-envisager l’état des choses littétraires, philosophiques, poétiques et politique de l’époque.
Cette revue littéraire chercha à représenter exactement l’expérience du monde et de la vie qui est celle de ceux qui les écrivait. Certains glosaient de l’incertitude du sens d’une telle revue. Une expérience « en tant qu’elle n’a pas de sens “ écrivit Jean-Luc Nancy.
Mais cette ou ces experiences disaient quelque chose de cette vie en lisant des textes de philosophies, d’essai savant, et politique. Rien donc de décevant dans un tel bâti rationnel pour lutter contre du parler « faux ».
Cette revue fit lever en nous le désir d’un autre mode, d’approche de la vérité, d’une autre posture d’énonciation, d’un autre traitement des moyens d’expression. Bref le désir de littérature, en somme.
Elle osa comporter un rapport à l’opacité. Parce que cette opacité est la vérité de l’expérience qu’on fait de la vie qui compree en son noyau même la dimension d’opacité qui a fait que ces textes se sont faits.
Il n’y a ici ni illogisme ni scandale à vouloir que ce geste conserve en lui quelque chose de la dimension d’opacité qui l’a fait se déployer. Et comme l’écrit Prigent “Il y a donc une fatalité de l’illisibilité » dans toute œuvre”. Nous restons sensibles à l’énigme de tells texte qui impriment en nous, en deçà ou au delà des significations, la sensation violente que s’est représenté quelque chose.
Nous y lisons un monde surgit devant nous comme monde. Et c’est pour la même raison qu’il se sépare de nous. Nulle transparente mimesis n’en saurait rendre compte. A surgi dans “Actuels” un monde formé –même de l’infigurable distance qui rendit possible la formation de figures manifestation de ces expériences qui accomplirent la langue.
Ainsi, ce n’est pas tant le monde qu’elle dit – mais ce que la langue elle-même accomplit : ver étranger dans le fruit mais comme le noyau essentiel à son développement.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Jean-Claude Annezer,”Un travail de lecture productive”, L’Ollave, éditeur Collection Préoccupations, Préface de Julien Hage, Postface de Dominique Lahary, Présence de Pierre Rottenberg par Patrick Laupin , 92 p., 15 E.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2024 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -

- Hébergement: infomaniak.ch -