Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
4 - Peau de beurre et popotin
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 15 mars 2015.

oOo

Peau de beurre et popotin

Alors elle regarde en elle sous ses jupes pour se rappeler. La ville est florissante autour, elle l’inspire :

Maman lui a dit, porte cette peau de beurre à Mère-grand. En effet j’ai la peau un peu molle, mais là où il faut. Elle a entendu dire que des gants beurre-frais : « ça existe madame ». Donc quand quelqu’un la touche à nu, là où il faut, celui-là qui la touche, met des gants beurre-frais. Mère- grand n’a qu’une dent, le reste est rouge pâle, une dent comme un os quand elle fait la bise. Elle étreint comme dans ses rêves qui l’éreintent. Une Mergrant toute velue en rêve qui hurle à la lune de son cou blafard comme une plaine nue. La bise est un vent dur comme ladite dent, jaune selon l’époque, et blanche-neige à d’autres, couleur faim de loup : Selon la formule consacrée des gens. La ville la dévore, elle se sent appétissante avec sa peau de beurre et sa galette au beurre. Bien sûr, celle du conte. Elle cherche sous le jupon de sa tête, la maudite adresse de sa Mère-Dent. Elle voudrait déjà tirer la chevillette, (ce maudit Jean-Loup avec sa grosse poche et celles sous ses yeux). Elle pense en désordre elle mélange tout. Elle rêve debout qu’elle est sur la nappe des draps de grand-mère où sous les couvertures comme un magazine et pense qu’elle est là, perdue tirant le drap de sa mémoire en faute.

— Ça me rase un peu j’ai pas un poil de sec, ma bobinette est rouge, comme un homard cuit qui danse le quadrille.

Elle a lu son Lewis en pensant aux photos, et rêve au bon pasteur dont elle oublie l’adresse. Elle est l’oubli de cette adresse et pas Maman. Elle invente l’adresse et dit je l’ai trouvée et tire chevillette, et bobinette cherre. Elle a fermé les yeux qui ouvrent leurs mâchoires : Chambre de Mère-grand. La chambre de Mère-grand est comme sa mâchoire ouverte un rose rougeoyant. Chaperon-rouge adore les images, s’en vêt de pied en cape, s’en fait un bonnet, un rouge bonnet blanc.

Elle est longue à tirer la chevillette, doit penser à part-lui, celui qui guette les sons de ses pas. Elle est en sabots lourds de bois de la campagne et d’être en ville ne lui réussit pas. Sonnettes électriques, interphones-mon cul, pense la rougette avec son petit pot rebondi de fillette à crottin et à crotte de bique.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -