Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Immigration africaine
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 mai 2006.

oOo

EFFETS

L’ immigration est l’action de quitter un pays pour aller dans un autre. Quoi de plus normal pour un monde qui, de par le développement technologique et les facilités de déplacement se veut être un monde de cohabitation pour le développement de l’homme et de l’humanité ! Mais il se constate que l’immigration des jeunes africains vers les métropoles occidentales résulte de la précarité de leurs conditions de vie. L’Afrique a été retardée et est en retard sur divers développements. Tout développement passe par les ressources humaines. Cette déportation massive de la jeunesse Africaine pour l’occident présente deux risques :

A- Pour l’Afrique. 1- Une perte des ressources humaines. 2- Une perte des valeurs intellectuelles car dès l’obtention d’un diplômes secondaire, les jeunes Africains ne rêvent qu’à partir pour des horizons divers, et pour des objectifs aléatoires. 3- Une perte des valeurs culturelles car cette déportation de la jeunesse Africaine crée une rupture d’initiation aux us traditionnels. 4- La compromission des valeurs culturelles Africaines pour quelques frugalités. 5- Une disjonction de la pérennité d’une culture Africaine déjà mise à mal par la tricherie négative faite sur les cultures occidentales. 6- La perte d’une éthique sociale à l’Africaine.

B- Pour L’Occident. 1- Une surpopulation pour les pays d’accueil respectifs. 2- Une insécurité due aux besoins de ces étrangers. 3- Un déséquilibre social sur diverses valeurs, dû à l’inadaptation des immigrants.

CAUSES

J’ai commencé cet ESSAI par les effets et il n’est pas tard de revenir aux causes que voici : La famine est ce qui sort le rat de son terrier. Je crois que ce syllogisme rimerait tout aussi bien avec l’immigration de la jeunesse Africaine. Si cette déportation massive de la jeunesse Africaine pour l’occident est semblable à une excursion qu’un rat fait dans une palmeraie voisine, et reviendrait garnir son terrier de quelques palmistes, il n’y aura pas assez de conséquences pour l’Afrique qui souffre de l’évasion de ses fils. Il en serait de même pour ces pays Occidentaux sujets à l’envahissement ces immigrés Africains. Mais si au rebours cette immigration de la jeunesse Africaine vers l’Occident est à comparer à l’envol d’un colibri vers un jardin de belles fleurs, où il butinera fleur après fleur, il y a fort à s’inquiéter tant pour l’Afrique que pour l’Occident. Pour l’Afrique ce serait une perte de ressources humaines, une rupture de l’éthique sociale à l’Africaine et une évasion des ressources intellectuelles. Pour l’Occident ce serait une invasion (avec tous les risques y relatifs) et, avec du temps ce deviendrait une saturation démographique pour les pays d’accueil , et une altération à coup sûr de son éthique sociale.

ESQUISSE DE SOLUTION

L’homme est sédentaire de nature et ne sort que pour la recherche de solution pour ses problèmes. Je pense, crois et dis que l’homme Africain a donné, donne et donnera corporellement et matériellement pour le développement de certains continents. Il ne serait pas trop tranchant de penser et dire qu’après ladite époque déterminante du développement de l’économie mondiale, l’Africain a occupé ou occupe au moins le rang qu’occupe le cochon parmi les hommes. Tout de même s’il occupait ledit rang et le méritait, nul ne s’en plaindrait. Un adage Africain cite ceci : Le cochon se nourrit des déjections de l’homme. Si l’homme ne veut pas être poursuivi par le cochon, il lui faut aller faire les selles dans la porcherie ( créer des politiques susceptibles de rendre viable le contexte dans lequel se trouve la jeunesse Africaine). Dans une action à deux individus, les responsabilités devraient revenir au sage et les conséquences devraient retomber sur l’idiot. YEMELE ne voudrait pas dire que le provident a mal placé les doigts de la main ! YEMELE n’est issu d’aucun groupe de revendication, d’ici à apporter un désabus à quiconque penserait autrement. D’ailleurs en Afrique soit on est du côté des âmes aisées bien empiffrées et ne guère réfléchir tel que s’escrime à faire YEMELE, soit on est du côté des âmes misérables qui, ayant perdu ou ignorant la raison d’être de l’homme ne peuvent oser ou ne peuvent penser tel que s’escrime à faire modestement YEMELE.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -