Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités (2004/2016) [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Jean Watson Charles - plus loin qu'ailleurs-Poésie
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 8 janvier 2017.

oOo

Jean Watson Charles - plus loin qu’ailleurs-Poésie, Editions Ruptures (Haïti), 2013.

 

Une préface de l’excellent poète belge Arnaud DELCORTE, un texte de quatrième de couverture de la non moins talentueuse poète réunionnaise Catherine BOUDET : ce recueil est tout ce qu’il y a de bien « encadré ».

Publié par une maison d’édition haïtienne, il compte 63 pages de textes en vers libres, courts ou bien relativement courts (ne dépassant jamais une page).

Son auteur est un poète encore très jeune.

Chez lui, pas de grandiloquence ni d’effusions baroques, mais une sorte de lyrisme que je qualifierais, presque, de « feutré », en tout cas de dompté, de fluide.

Un ton grave qui, pour exprimer le tragique, opte pour la pudeur, si ce n’est pour une espèce de nudité, de sanglot retenu qui a quelque chose de poignant et de digne.

Des mots, certes, durs à entendre (évocateurs de morcellement, de mutilation, de catastrophe ; des mots tels que déchirure, Blessure, misères, dérive, larmes, saignement, cendres, marâtre, Déchus, douleur, crucifiées, démence, linceul, angoisses) et cependant, l’on en retire nulle impression de brutalité. Le style n’est nullement violent, comme il serait pourtant en droit de l’être. Car tout le drame haïtien est là. Omniprésent. Incontournable. Avec tout ce qu’il implique de traumatisme, de nuit, de mer et, bien sûr, de carnassier soleil. Sans oublier le deuil, qui traine, tel un fantôme, derrière ces mots et ces vers, lesquels possèdent, sans l’ombre d’un doute, une dimension « hantée ». Avec tout ce qu’il implique, aussi, de sentiment d’impuissance (Quel monde enfanteras-tu / Quand nous sommes les chiens / De misères).

Pour J.W CHARLES, la blessure est encore bien saignante, à vif. Les drames qui ont marqué le douloureux passé de son pays et qui continuent d’imprégner son tragique présent impliquent l’exil, l’évasion de la prison îlienne qu’enserre la mer, cette « créature » par ailleurs si ambiguë.

L’îlien – et, à plus forte raison, le damné d’Haïti - se trouve forcément, naturellement A la croisée des chemins ; ce d’autant plus qu’il est poète.

Il y a, dans ces textes, des accents qui me font un peu penser à l’œuvre du grand poète mauricien Edouard MAUNICK.

Où chercher ? Où pouvoir se trouver ? Que faire, lorsque le renoncement à la terre des origines (sensuellement et viscéralement aimée) devient condition sine qua non d’une possible renaissance ?

Ne sommes-nous pas tous, nous, îliens, à jamais habités par doubles et errances ?

L’île ne nous poursuit-elle pas d’autant plus, ne s’ancre-t-elle pas d’autant plus profondément en nous que nous cherchons à nous en éloigner, pour s’en aller A la cueillette des étoiles ?

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.

Contact

Dépôt légal: ISSN 2274-0457