Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
La ruche 136
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 6 janvier 2019.

oOo

 Doudou W peste et jure. Sa vie, du moins à son opinion, n’est pas juste. C’est vrai quoi ! Quand on est de repos, le règlement spécifie d’une forme précise, écrit noir sur blanc et dument affiché, que l’on ne peut âtre appelé pour une nouvelle mission. Or la sonnette caractéristique vient de retentir. Content ou pas, le voila qui se prépare.

Personne en revanche ne peut lui interdire de maugréer et d’envoyer au diable, du moins en pensée, ses chefs qu’il juge incompétents. Les odieux n’ayant pas su respecter son temps de tranquillité. L’androïde prévu initialement est tombé en panne et, vue son état de désuétude profonde, il va être recyclé probablement très bientôt. Il se décompose dans le coin poubelle sans chercher à réagir…le bout du rouleau et il le sait.

Quel mauvais prétexte que de prétendre qu’aucun autre dument qualifié ne soit disponible, que le boulot est urgent (mais ca c’est systématique), et que son véhicule de remorquage a été vérifié par les meilleurs techniciens du matériel volant. Doudou fait donc sa valise. Il y fourre le repas prévu pour dans trois jours environ et peine maintenant pour fermer cette imitation de modèle de luxe que les pourvoyeurs en fourniture attribuent aux travailleurs. Il parait que les chefs ont droit au modèle original, mais lui, il s’en fout. Il a réussi à caser dans son bagage un vieux four à micro-ondes, un pneu de tracteur presque en charpie, un demi-cadavre d’enfant abandonné qui trainait dans le congélateur et quelques crêpes qui restaient entassées au dessus de l’armoire après la dernière chandeleur. Vielle superstition parfois utile, la preuve !

Le cadavre et les crêpes par pure gourmandise, le four et le pneu constituant son vrai repas.

 -Fichtre ! J’ai oublié ma bouteille de jaja !

Se rassoir sur la valise, l’ouvrir et insérer son jéroboam de Gros Rouge millésimé ne lui demande que quelques minutes mais déjà le klaxon se fait pressent et l’avertisseur lumineux orangé clignote de plus en plus vite.

 -Hé ! Ho ! Ya pas le feu au lac quoi, et puis c’était pas mon tour. Vous attendrez !

Un mal de crâne subit assaille le travailleur.

 -Encore ce con de toubib-technicien qui n’a pas remplacé ce foutu engrenage hélicoïdale cassé dans mon cerveau ! Manque de temps lui aussi ; alors un peu de colle loctite, une giclée d’huile et file la bourrique. Si je ne prends pas un peu d’aspirine je vais crever ! Et à ma prochaine révision j’exigerai le remplacement de toute la machinerie dans ma boîte crânienne.

Rapide passage par le rayon pharmacie où Doudou rafle trois boîtes de comprimés d’Ibuprofène et les enfourne dans sa puissante mâchoire de céramique-métal, sans même prendre la peine de les ouvrir. Une seule mastication et il engloutit son médicament. Le voici bouclant son ceinturon réglementaire sur sa veste de treillis, casque sur la tête, valise dans la poche dorsale qui se dirige vers le point de contrôle avant mission.

 -J’espère qu’ils ne vont pas me refiler un vieux taxi presque en ruine du style la cochonnerie de la dernière fois. Une honte de nous faire bosser avec des outils pareils !

La douce voix féminine de Saintétique, comme à l’accoutumée lui précise les dernières instructions

  - Code mission REC 62 801. Voici votre enveloppe. Vous y trouverez la localisation de l’objectif avec toutes ses coordonnées stellaire et temporelles. Le cap à suivre pour l’atteindre est déjà programmé sur votre véhicule.

  N’oubliez pas une dernière inspection de ce dernier, nous vous rappelons que vous en êtes responsable devant la ruche. Votre décollage est prévu dans moins de deux heures. La R 106 DI vous souhaite un vol agréable.

Deux plombes, c’est décidément juste juste pour toutes les dernières vérifications mais Doudou a enfin une surprise qui lui met du baume au cœur en se présentant dans l’enceinte du parc des véhicules volants. Le pied ! Son monstre favori l’attend. Le scarabée-panzer n ° 8 rutilant ronronne à son arrivée. Une bestiole possédant une force de traction redoutable et de plus capable, dans les cas extrêmes, de rouler ses proies de ses quatre pattes avant munies d’énormes pinces. Pas de pattes arrière mais des chenilles aux patins-griffes de téflon pâte à modeler. Ailes repliées, aucun terrain ne lui fait peur.

Le numéro un des scarabées-panzers était issu des amours génétiquement modifiées entre un tank et un animal à la carapace elle aussi presque indestructible. Ne craignant aucune roquette ni de face ni sur ses flancs, il avait à son tour été cloné neuf fois. Puis ce furent des imitations ; des choses pales, inconsistantes, d’une résistance douteuse, de fabrication certainement négligée et qui jamais ne donnèrent entière satisfaction. On raconte dans la ruche 136 (et dans toutes les autres probablement), que ce fameux Numéro Un avait été construit par un certain Auguste Santiago Wittwer. Le « Magicien de l’Eternel » en personne.*

Le numéro 8 et Doudou ont déjà mainte fois bourlingué ensemble ; ils se connaissent et savent que dans un éventuel coup de Trafalgar ils peuvent compter l’un sur l’autre.

Oubliées les grognes de l’appel en mission, c’est maintenant en sifflotant que Doudou W vérifie le harnachement de sa monture, le bon état du système d’accrochage et de traction, enfin la fixation de la cabine de pilotage où il va prendre place pour la dernière check-list. Le contact allumé, tous les voyants assurent que la mécanique, les circuits électriques et l’électronique sont en parfait état. Numéro 8 frisonne de plaisir quand Doudou le caresse de sa grosse patte d’acier inoxydable ayant rétracté ses griffes

 -Tu as fait le plein, numéro 8 ?

 -Tranquille, il y a un instant j’ai mangé trois prisonniers et j’en garde trois autres dans mon congèle perso en cas d’une petite fringale pendant la mission. Mais normalement j’ai suffisamment d’énergie pour une bonne semaine. Pour nous faciliter le boulot les ingénieurs ont placé dans ma soute la plus grosse des araignées existantes. Une bestiole de trente deux tonnes qui va tisser pour nous. Ils ne lui ont laissé que les glandes à soie.

  -Plus qu’il n’en faut mon ami. Allez, je m’installe, règle mon siège et tu files tout seul sur la rampe de lancement pendant que je décachette l’enveloppe.

 -Youpiiiii ! C’est parti mon kiki !

 Au devant de la ruche 136 l’activité bat son plein. Entre atterrissages et décollages les mouvements sont constants, régulés par la tour dans une maestria digne de la perfection du monde animal. Le contrôleur, les yeux fixés sur ses multiples écrans annonce sans plus attendre :

  -Code REC 62801 Prêt à décoller ?

 -Ici Doudou W. Prêt à décoller.

  -Attention ! Cinq. Quatre. Trois. Deux. Un. Départ !

Ailes déployées, le mastodonte s’envole dans une première et impressionnante piquée, puis le puissant réacteur prend le relai. Direction ? Le premier univers. Et plus précisément une minuscule galaxie en spirale nommée Voie Lactée.

Le temps n’existe pas, il est perçu par certains que d’une forme relative. Un savant des temps passés (qui savait fort bien tirer la langue) avait découvert ce phénomène. Mais il était encore bien loin de trouver que ce fameux temps était vibratoire et qu’il pouvait servir d’énergie. La vitesse, n’étant qu’un facteur temps multiplié par une distance, devenait donc à son tour relative. Les seules contraintes encore non domptées sont donc les ondulations de cette fameuse vibration du temps. Avec elles il serait théoriquement possible d’aller si vite qu’une présence en tous lieux en même temps serait possible. Le don d’ubiquité !

Un problème jailli ! Les vibrations usent, rognent, dessoudent jusqu’aux molécules ! Aussi minimes soient- elles et de toutes les fréquences imaginables, elles détruisent peu à peu ; certes et heureusement pour reconstruire plus loin car il est bien connu que rien ne se perd rien ne se créé. Mais les matériaux et les matériels qui traversent les ondes souffrent d’une usure inévitable. Le scarabée-panzer a été conçu pour traverser le temps. Lui peut passer d’un univers à l’autre en un moins que rien et son pilote bien à l’abri dans la confortable cabine sanglée au sommet de sa carapace ne sent absolument rien. Le premier Univers n’est pas bien loin sinon plusieurs androïdes auraient participé à la mission. Un pour réparer l’autre au cas où…

Deux jours plus tard la Voie Lactée est pénétrée sans qu’une fécondation ne soit possible et quelques secondes de plus le système solaire localisé puis atteint. Direction une insignifiante boule minuscule au nom de Terre. Y vivent une infinie variété d’animaux et de végétaux. Dans la plus parfaite des désharmonies par la faute de certains bipèdes de la première catégorie qui se prétendent intelligents ! Suivant son programme de vol, le scarabée-panzer 8 se met en orbite…

***

  -Mais qu’est ce que c’est que cet engin ? Encore un coup des Popofs ? Mama mia, jamais nous n’avions localisé un satellite aussi gigantesque !

Washington est aux abois. Russes ou Chinois ? Il est impossible même pour la plus grosse fusée existante actuellement d’envoyer dans l’espace un truc de cette taille. Les plus puissantes caméras se braquent sans pouvoir définir la chose. Le rayonnement qui l’entoure empêche la netteté des images !

Moscou est aux abois. Ces fichus Ricains mijotent encore un coup d’arnaque. A moins que ce ne soient les Chinetoques ? Poutine Premier en profite pour peaufiner son plan d’envahissement allant de la frontière polonaise jusqu’à la vile du Cap. 

Paris est aux abois et le petit-fils de Gui Lux demande sur les ondes àlatélé de redémarrer le schmilblick, le seul dit-il, capable de faire avancer les choses. Quelles choses ? On précisera plus tard !

Londres est aux abois, le baron de Rothschild se gratte le crâne sous sont melon et aussitôt la bourse dégringole de eux étages. La reine momifiée vivante en prend un hoquet qui va lui être fatal !

Pékin est aux abois. La mobilisation générale est proclamée pour un milliard trois-cent soixante-dix-neuf millions de personnes. Hommes, femmes, bébés enfants et vieillards reçoivent une arme pour défendre la Mao-mère-patrie ! Mais ici, des spécialistes de l’observation réussissent là où tous les autres pays ont échoué. Ils définissent le nouvel objet en orbite ; mieux, ils le photographient malgré la brume artificielle qui l’enveloppe. Et c’est la stupéfaction sur toute la planète Terre ! L’exclamation est générale, la peur s’exprime dans une multitude de langages avec forces cris.

 -C’est un scarabée-panzer qui nous survole ! Un vrai de vrai, et non un de ces derniers modèles assez vulnérables ! Dieu, protège-nous, il fait plus de cent-trente mètres de long !

L’humanité, soit une minuscule partie de la gente animale, tremble ! Hélas c’est aussi celle qui a le plus de puissance bien qu’elle se soit levée sur ses pattes arrière depuis bien peu. Immédiatement les intermédiaires entre Dieu le tout puissant et le cloporte humain, les prêtres de toutes les religions, les prédicateurs de sectes envahissantes et dévoreuses d’éconocroques, vocifèrent devant leurs ouailles, hurlant une fois encore des malédictions qui jamais n’avaient été prises vraiment au sérieux.

Ces hommes super-intelligents qui se laissent diriger part des despotes sur une belle boule qu’ils appellent parfois « L’orange bleue », agissent tant et si bien qu’ils détruisent leur propre nid. Pourquoi ? Cupidité ? Besoin de puissance et de domination ? Rien de tout cela, ces cons-là ont peur de la mort ! Les seuls êtres de l’univers à avoir peur de la mort !

Et qui se réunissent de toute urgence pour la 114 millionième fois en un conseil de sécurité des Nations Désunies. Tout le monde parle en même temps, s’invective en vaines paroles qui donneront des résolutions aussi applicables que les antérieures alors que les populations tremblent. La Russie en profite pour surenchérir sur le non-problème de la Crimée, l’Inde réaffirme qu’une grande partie du Cachemire lui appartient, la Bolivie rêve encore d’un couloir d’accès à l’océan Pacifique, le Congo réclame à corps et à cris déchirants des vaccins efficaces conte ce p…de virus Ebola, le Venezuela propose désespéré et sans croire au miracle trente milliards de Bolivars pour un dollar ou un euro (au choix). Dans l’hémicycle onusien un fou aux cheveux dorés vêtu d’un sac iso thermique plein de glaçon hurle que le réchauffement climatique est une arnaque chinoise. Le président de la glorieuse France pense à se glisser discrètement dans le lit de la conseillère allemande pour essayer de lui soutirer un prêt conséquent à taux avantageux. L’Espagne qui découvre un nouveau scandale dans le quel la monarchie est encore impliquée jusqu’au cou se demande si les Catalans et les Basques ne sont finalement pas moins cons que tout le monde le prétend.

 Il n’y a pas deux heures que la nouvelle du scarabée-panzer en orbite est diffusée que les simples quidams réagissent ; comme à l’accoutumé selon leurs croyances, leurs coutumes.

Aux Etats Désunis d’Amérique les marchants d’armes en tout genre ne pourront contenter toux ceux qui en longues files attentent devant leurs boutiques. La peur de manquer entraine des abominables batailles où la police n’ose intervenir. L’armée mobilisée aide la police, elle scrute le ciel laissant la populace s’entretuer.

En Amérique latine les généraux, voir les simples colonels refont leurs coups d’état habituels. Les poches grandes ouvertes pour rafler le peu de liquidité restante dans les banques.

Au Groenland, le Esquimaux entassent des montagnes de provisions de bières dans leurs de grands frigos vendus par General Electric.

Inquiétude monstre en Suisse où les banques construisent des coffres à la chaines et à la va-vite pour satisfaire les dépositaires faisant la queue devant leurs guichets.

La population française, prévoyante, entasse les bouteilles de jaja sous les lits et certains remplissent leurs coffres en banque de sucre en morceau !

 

Couronnement logique de cette pagaille planétaire, en tout lieu le prix à la pompe monte en flèche…hé hé, des boussoles ont été implantées dans les cerveaux des grandes compagnies pétrolières pour qu’elles ne perdent pas le nord.

Ne tenant aucun compte de cet invraisemblable tohu-bohu, le numéro 8 descend tranquille au beau milieu d’une chaine de montagne de l’Antarctide pour y planter son premier point d’ancrage. De l’abdomen du monstre sort un tube d’une trentaine de mètres de diamètre qui s’enfonce sans force apparente. Il perfore puis à quatre kilomètre sous la roche dure, son extrémité s’écarte. De ses pinces-tenailles, le scarabée-panzer courbe en forme d’anneau la partie extérieure de la tige. Aucun risque de rupture due au froid, l’acier synthétique qui la compose résiste au zéro absolu et le centre du soleil lui-même ne pourrait l’amener à son point de fusion !

 Pour meilleurs preuve. Une petite bombettes de deux mégatonnes, (soit style Hiroshima multiplié par 135) explose juste au dessus du premier point d’ancrage.

Le scarabée-panzer tousse et Doudou W gueule :

 -M’enfin ? T’as vu ces cons ! La visière de mon casque est fêlée. A la ruche ils vont encore prétendre que c’est de ma faute !

Qui a appuyé sur le bouton ?

Les téléphones rouges emmêlent leurs pinceaux, les sans-fils chauffent et aux extrémités les politicards hurlent leurs incompétences. N’oubliant pas faire préparer leur bunker antiatomique personnel.. Des missiles s’élèvent de toutes parts sur la planète Terre….pendant que Doudou W et son scarabée-panzer plante tranquillement un deuxième point d’ancrage au milieu du Groenland. Cette fois ce sont trois bombettes qui leur sont expédiées en cadeau.

  -Mais ils m’emmerdent ces cons, j’ai perdu un gant !

En deux jours, avec une bombe sur l’antarctique et trois de plus sur le Groenland, le niveau des océans monte de quatre mètres. Deux milliards d’individus de la race humaine se replient en catastrophe à l’intérieur des terres, enfin ceux qui le peuvent. Beaucoup apprennent à nager avec plus de résistance qu’à l’accoutumée.

Les politiciens réaffirment des ordres d’envois de missiles alors que le troisième et dernier point d’attache pénètre la Mongolie…

***

Enfin plus personne ne tire, l’air est devenu irrespirable sans un masque spécial dont la cartouche doit se changer toutes les huit heures, plus une eau n’est potable et les rares vendeurs de Caco Cala survivants en profitent pour tripler son prix. Au sixième jour après la découverte d’un satellite anormal en orbite, ne restent que quatre-vingt mille terriens de la race humain. Enterrés sous parfois des tonnes de béton et enrobés de chapes de plomb, ils vont bientôt regretter amèrement de ne pas avoir subit le sort du commun du mortel. Car tous ces salopards sont évidemment des plus que privilégiés.

 

Dans la Ruche 136 du Dépotoir Universel, les comptes-rendus de missions autant de celles qui ont été exécutées que celles à venir sont épluchés avec le plus grand soin ; il en va de l’Ordre, du N.O.U.

On chut et on chotte dans tous les systèmes de tous les temps, que ce fameux Nouvel Ordre Universel aurait des Illuminachoses et des francs-machinmaçons qui le dirigeraient. Rumeurs, rumeurs

Cet Ordre-là est « Parfait », il régit chaque mouvement, chaque force, chaque acte aussi bénin soit-il. Tout doit être écrit. Probable que la fameuse Thora a du servir d’exemple…Et une flopée de scribes passe son éternité entière afin que rien ne se perde, rien ne se créé et que tout soit immanquablement et équitablement transformé. Un lecteur électronique, spécialiste de missions en cours, le cul chaussé de grosses lunettes pousse soudain un cri-sonnette d’alarme :

  -Une anomalie apparait sur mon registre !

Immédiatement le sous-chef adjoint de quatrième classe chargé de la vérification de données accoure sur ses patins électriques à roulettes russes.

 -Là, regardez chef, l’androïde chargé de la mission RED 65801 est un certain Doudou W, hors ma mémoire personnelle a enregistré que cet élément n’existe plus ! Il a finis ses jours après une éternité un quart de service. Détruit dans un bain d’eau régal comme il se doit.

 -Mais qui a pu donc prendre sa place ? Vérifiez la validité de l’ordre de mission à la source-ruche !

Trop tard pour les dirigeants du Nouvel Ordre Universel qui vont hurler leur déconvenue aux quatre vents de l’impuissance.

A quelque milliards d’années lumière de la ruche 136 le remorquage peut enfin commencer.

Les trois points d’encrage solidement fixés, l’araignée géante embarquée dans la soute du scarabée-panzer numéro 8 tisse un par un les câbles de soie. Indestructibles, des centaines voir de milliers de fois plus résistants que le meilleur des aciers. Ils se tendent au maximum, ils n’arriveront jamais au point de rupture. D’ailleurs aucune force n’a pu atteindre ce point supposé depuis le moment des premiers essais.

 Positionné en orbite géostationnaire, Doudou W ordonne le départ à son incroyable monture. D’abord très lentement puis en accélération progressive, la planète Terre quitte la position qu’elle occupait depuis cinq milliards d’années dans son système. Le Soleil et sa cour vont devoir recalculer leurs forces d’attraction respectives et la Lune désorientée se fera capturer par Vénus probablement…à moins que Mars ne soit la plus forte !

Quand l’étrange attelage quitte le système solaire, plus rien ne vit à la surface de la Terre. La force de traction a pour résultante le déplacement de tous les continents. Ils se réunissent en un seul que les scientifiques baptiseront un jour Rodinia.

Dans la cabine de conduite fixée sur le dos du numéro 8, enfin le faux Doudou W est content. Le voici qui fait sauter les rivets et ainsi il se débarrasse de la carapace inconfortable qui recouvrait son corps depuis la ruche 136. Auguste Santiago Wittwer, l’ex Magicien de l’Eternel, a presque terminé sa mission personnelle. Il ne lui reste qu’à repositionner la boulle qu’il traine en remorque en une orbite où tout pourra recommencer.

Un recoin repéré, du cinquième Univers dans le sixième temps, va très bien convenir. Là Rodinia se fragmentera 750 millions d’années plus tard, avant de nouveau se diviser du bon temps du paléozoïque. Se formera alors la Pangée qui elle-même accouchera de deux supercontinents, Gondwana et Laurasia. Encore bien plus tard une belle fracture deviendra l’Atlantique…

***

Les hommes du futur étudieront la suite. ASW espère seulement que ces humains-là seront moins cons que ceux qu’il a déjà anéanti dans le passé lointain. Maintes fois sur l’ouvrage….

Il ne faut jamais désespérer car à l’impossible le Magicien de l’Eternel est tenu. Abandonnant le scarabée-panzer numéro 8 qui file bientôt sur le chemin de retour à la Ruche 136, ASW se dissout dans les vibrations du temps.

Il y a bien quelqu’un qui profitera du bon repas contenu dans la valise !

 

 


* Lire Le Magicien de l’Eternel, Les Âmes Perdues, Le sexe holographique et autres nouvelles.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -