Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Revue TRAVERSÉES nº 59 - Spécial nouvelles nº 4.
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 juillet 2010.

oOo

L’éditorial de Serge MAISONNIER

Après m’être amusé à construire un petit blog et même une page facebook pour la revue qui n’avait pas, selon moi, une audience à la hauteur de son mérite, Patrice me demande de signer ce petit édito. Je vais donc tacher de modérer mes addictions à l’écran et à la souris au moins le temps de ces quelques lignes.

Au sein du marasme ambiant qui voit la Belgique toujours empêtrée dans ses conflits ethnolinguistiques, la France ne sachant plus à quel slogan de son hyper président se vouer et une Amérique qui broie du noir sur les plages de Louisiane, au milieu de cette sinistrose dis-je, un peu de poésie ou de littérature est toujours bon à prendre. D’autant que les vacances ne sont pas sujettes aux « empoignements théoricaux » chers au milieu de la poésie en France comme le décline un très bon article de Joseph Mouton paru sur Sitaudis[1]. Que la nonchalance de l’été ne vous empêche pas, malgré tout, de lire dans ce numéro de Traversées l’article très érudit de Jalel El Gharbi.

Non ! Installez-vous plutôt au coin d’un arbre dans votre hamac préféré pour déguster les cinq nouvelles de ce « Spécial été ». Ainsi, après avoir médité sur la gravité de la crise et du chômage qui peuvent toucher chacun de nous, entre deux assoupissements, vous résiderez dans la villa du parc Borghèse à Rome ; vous accompagnerez Sawako dans son jardin de Kyoto ; vous compatirez peut-être aux soucis de la double vie de Jonas ; certainement, vous ne direz pas non à un peu d’érotisme sur les plages catalognes d’Argelès sur mer, à moins qu’un polar de Iain Pears disséqué par Georges Jacquemin n’ait vos préférences.

Une fois ces bonnes lectures digérées, si vous êtes auteur dans cette revue ou les précédentes, vous ne manquerez pas de me donner vos coordonnées pour les mettre en lien sur le site. De même vous pourrez me fournir vos annonces de publications ou d’événements auxquels vous participez. Dans la mesure du possible, il en sera fait écho sur le blog. Et, pour tout le monde, vos commentaires et réactions sur les articles et autres rubriques de ce numéro seront toujours les bienvenus dans cet espace du net qui n’existe que pour servir de relais à la revue.

Je ne sais pas vous, mais moi, cette belle couverture de Traversées m’inspire et je me dis que s’il le fallait, j’arriverais peut-être à me passer d’écrire mais, comme ces enfants, jamais de lire. Et ce n’est sans doute pas Nadine qui me contredira, capable, entre deux fournées trimestrielles, d’analyser cinq ou six romans ou recueils pour approvisionner la revue d’autant de chroniques.

sergemaisonnier@hotmail.fr

traversees.wordpress.com/a-propos/

 


[1] sitaudis.fr/Poemes-et-fictions/le-milieu-de-la-poesie-en-france.php 
Article extrait de Hannibal tragique aux éditions Les petits matins, 2010

 

La revue Traversées.

Présentation de Patrice BRENO, Directeur de publication.

Aujourd’hui, nous sommes plus de 400 créateurs différents, écrivains, poètes ou prosateurs, dessinateurs, plus de 400 personnes différentes à avoir collaboré, contribué à la quintessence de Traversées.

Traversées est une revue trimestrielle de littérature francophone née à Virton (Gaume – Belgique). Le premier numéro est sorti à l’automne 1993, le numéro 59 va bientôt sortir de presse (août 2010).

Traversées
Présentation

Depuis longtemps, j’avais l’impression qu’il y avait un vide à combler au départ de Virton. Après la disparition de La Dryade, fondée et dirigée par Georges Bouillon, plus grand chose - dans le monde revuistique s’entend - n’apparaissait à l’horizon. Fort de constater que les revues sont le tremplin idéal pour que les jeunes créateurs puissent peaufiner leurs armes, fort de constater que tellement de personnes écrivent et ne parviennent jamais ou rarement à diffuser leurs écrits, finalement fort de constater que des tas d’auteurs connus gagnent à l’être davantage, je me suis dit : pourquoi pas… ? Un beau jour de 1993, alors que j’en parlais autour de lui, Alain China s’est dit intéressé. Et, à deux, nous avons entrepris de mettre sur pied une aventure qui dure depuis près de 17 ans.

Il nous fallait trouver un nom : parmi d’autres, Traversées a retenu notre attention, parce qu’il symbolise le passage d’une rive à l’autre, imaginaire ou non et que, lorsque l’on écrit, lorsque l’on dessine, c’est bien sûr d’abord pour soi, mais surtout pour communiquer avec d’autres. Donc, Traversées était censée encourager cette relation. En plus du parfait inconnu, il lui fallait aussi des figures notoires qui puissent servir de "locomotive". La revue a prouvé, en 58 numéros parus à ce jour, que beaucoup de créateurs confirmés peuvent lui faire confiance. Beaucoup de textes parviennent aux responsables, de plus en plus car la renommée de Traversées s’est développée davantage hors des frontières régionales, puis belges. Les textes reçus sont scrupuleusement classés et - surtout - lus par un Comité de lecture (qui faisait aussi office de Comité de rédaction) ; sa composition a été modifiée au cours des années : en ont fait partie, outre moi-même, Alain CHINA, Cathy LEYDER, Marie-Josée CARION, Marie-Line SCHNEIDER, Michel BAAR, Paul MATHIEU, Véronique DAINE. Dès cet été, vu le travail considérable demandé à chacun, deux groupes ont été constitués : un Comité de rédaction, composé de Marie-Line SCHNEIDER, Nadine DOYEN, Paul MATHIEU, Serge MAISONNIER, et moi-même ; un Comité de lecture, composé de Jacques CORNEROTTE, Suzette GELAMBI et Xavier BORDES. La mixité des deux comités n’étant pas négligeable pour l’objectivité et l’éclectisme des choix opérés et des analyses.

Partie de rien, la revue a cherché continuellement à faire mieux, à aller plus loin. Chaque fidèle de Traversées estime qu’il y a un plus à chaque numéro.

Traversées ne se veut pas une revue à caractère exclusivement régionaliste, mais est ouverte à tous les courants de pensée, tout en respectant la bienséance. On peut recenser des collaborateurs non seulement en Gaume, dans toute la Belgique, non seulement en Europe, mais même dans le monde entier. Anecdotes :

  • un jour, à 6h30 du matin, j’ai reçu un appel téléphonique de Thaïlande où un auteur belge me proposait d’envoyer des textes ;
  •  récemment, un courriel du Japon est arrivé dans la boîte de réception de mon PC ;
  • un docker de San Francisco m’écrit régulièrement ;
  • d’autres correspondants réguliers des Etats-Unis, d’Irlande, d’Italie…

Si vous cherchez un quelconque fil conducteur à la revue, vous n’en trouverez pas, ou peut-être en cherchant. Les responsables de la revue recherchent davantage la variété, la diversité tant des idées que des sujets. Donner à chaque numéro un thème, un modèle à suivre, semblerait artificiel, trop construit. La revue, avec un thème imposé, perdrait de sa spontanéité, de sa fraîcheur.

Chaque numéro est découpé en trois parties : le dossier ; les textes d’auteurs ; les chroniques. De temps à autre, quelques illustrations agrémentent les pages de la revue.

 

1. Le dossier :

Parmi les parutions, des dossiers ou tribunes libres ont été consacrées à un auteur : entre autres Franz Bartelt, Philippe Besson, Jorge Luis Borges, Francis Chenot, Pierre Dhainaut, André Doms, Marc Dugardin, Paul Février, Guy Goffette, Gaspard Hons, Danielle Hoffelt, Gaspard Hons, Georges Jacquemin, Serge Joncour, Hubert Juin, Werner Lambersy, Philippe Leuckx, Santiago Montobbio, Michel Pesch, Arthur Praillet, Roland Reutenauer, André Schmitz, Jacques Simonomis, Jude Stéfan, Salah Stétié, Alain Suied, Alexandre Voisard… ; ou à un courant littéraire : la Bulgarie (la littérature bulgare - jadis et maintenant), le Canada (des auteures et auteurs de l’Outaouais), le Danemark (des images du Danemark et des Danois dans la littérature française d’hier à aujourd’hui), la France (les Solicendristes ou les auteurs de la revue « Soleils et Cendres »), le Grand-Duché de Luxembourg (du côté du Luxembourg : Laurent Fels, Nic Klecker, René Welter), la Tunisie (plusieurs poètes tunisiens contemporains), le Congo (Fiston Nasser Mwanza Mujila et Patrick Tankama) ; depuis 2007, un spécial « nouvelles » paraît annuellement à la veille des vacances d’été…

2. Les textes d’auteurs :

Si, dans Traversées, la poésie a la part belle, la revue accepte également des nouvelles, des critiques, des études sur un auteur, un courant littéraire, une manière de penser... Les textes qui y sont publiés sont pour la plupart inédits et émanent d’auteurs confirmés ou non. Parfois, des illustrations agrémentent aussi ses pages.

3. Les chroniques de livres et de revues :

Traversées a aussi la réputation de recenser d’importantes et judicieuses analyses critiques de livres et de revues, ce qui permet d’aider le lecteur à s’orienter dans ses choix personnels ; des correspondants fidèles et sérieux alimentent régulièrement cette partie.

 

Par deux fois, avec Paul Mathieu, j’ai été invité à Bari en Italie par Giovanni Dotoli, Professeur de littérature française et italienne à l’Université de Bari et de Paris-Sorbonne, afin de participer – en compagnie des plus hautes sommités en matière de poésie et de littérature :

  • en janvier 2002 à un colloque international sur la poésie française (où la revue Traversées était présentée devant un large public ; la responsable de la revue française Nu(e) était également de la partie
  • en mai 2005 à un colloque sur la littérature française (où nous présentions chacun un exposé : seul un autre représentant belge y était invité : à savoir Marc Quaghebeur).

 

A ce qui précède, je souhaite ajouter que - de plus en plus souvent - des auteurs plus connus, non seulement par sympathie, mais aussi - je pense - parce qu’ils pensent que Traversées est une revue intéressante, nous envoient également des textes.

Il faut continuer à rêver, à ouvrir ses sens à l’imaginaire, à la créativité onirique, tenter d’aller plus haut que les étoiles, plus loin que les galaxies. C’est si important !

N’hésitez pas à nous écrire, à nous envoyer vos écrits et/ou vos dessins, à nous demander l’un ou l’autre exemplaire, à nous faire part de vos critiques, remarques et/ou suggestions.

 

Adresse de contact : Patrice Breno, Faubourg d’Arival 43 à 6760 VIRTON (Belgique).

Téléphone : 0032497 44 25 60. 

E-mail : patricebreno@hotmail.com 

 

Si vous le désirez, vous pouvez consulter le site de la revue "Traversées" :

traversees.wordpress.com/a-propos/

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -