Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Les yeux de Stockholm
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 février 2015.

oOo

 Il est un prix singulier qui consacre, en général, une oeuvre ou une pensée singulière.
 De la dynamite à la littérature, il n’y a qu’un pas qu’un certain Choderlos de Laclos franchit allègrement en son temps, en talentueux moraliste et inventeur de l’obus, des liaisons entre deux domaines tout sauf dangereuses.
 Chaque année, donc, avant le début de l’hiver, l’assemblée suédoise se réunit et délivre son verdict : un nom et un seul qui obtient la couronne mondiale. Juste avant l’hiver, c’est rappeler à quel point la littérature est faite de braises, d’incandescence : Faulkner, Hemingway, Camus, Steinbeck, Beckett, Simon ...
 Après avoir scruté le globe pendant un an, après avoir lu, écouté, il est temps de retenir un nom, un seul. Telle est la mission du Nobel qui veut mettre en lumière un auteur dont l’oeuvre est bénéfique à l’humanité.
 Voilà un paradoxe inédit : consacrer une prose souvent à rebours des conventions et qui agace les esprits. Comme si le Nobel voulait faire le bonheur de l’humanité, malgré elle. Et c’est un véritable coup de Trafalgar qui résonne, lorsque le nom en question est prononcé. Des exemples ? Albert Camus se sent couronné pour une oeuvre en chantier, Samuel Beckett décline par pudeur l’invitation, préférant y envoyer son éditeur Jérôme Lindon, Dario Fo est dans tous ses états, en 1997, comme en témoignent ces quelques lignes : " ... chers membres de l’Académie, cette fois, vous avez exagéré : il y a une dizaine d’années, vous avez déjà pris l’initiative de couronner un Noir ... un Nobel de couleur. Puis vous avez donné le prix à un juif ... et maintenant, carrément à un bouffon ! Comme on dit à Naples : pazziamme ? vous déraillez ? " .
 C’est aussi, et surtout, la liberté de parler de tout à travers la forme du discours, une forme écrite qui est lue par la suite. Ainsi, l’écrivain évoque son pays, sa langue, son parcours ... la politique, l’identité de la littérature ... et le lecteur découvre des obstacles parfois inattendus rencontrés par l’auteur, qu’il s’agisse de la faim chez Hamsun ou du goulag chez Soljenytsine. Les tempéraments sont aussi divers que les sujets abordés, à l’image de la littérature. Et parfois, la pensée de l’auteur est aussi coupante qu’une lame de rasoir, comme ces quelques mots du russe Joseph Brodsky, en 1987 : " Plus l’expérience esthétique d’un individu est riche, plus solide est son goût, plus clair est son choix moral, plus il est libre, bien qu’il n’en soit peut-être pas plus heureux pour autant " .
 Le prix Nobel n’abolit pas les frontières, il les réunit ou les dépasse, consacrant l’un des serviteurs de cette fascinante entité abstraite qu’est la littérature. L’histoire et la géographie remontent à la surface, elles sont charriées, jusqu’à ce que la littérature seule demeure, à travers sa voix, tandis que les couronnes s’abattent ou pleuvent en nombre au-dessus du cortex sanctifié.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -