Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
  
Phases
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 octobre 2015.

oOo

portés sur l’autre avec lance ou épieu pour épier l’assaut à venir le haut heurt le pied dans l’empreinte se fixe la main reste éveillée de taille ou de pique l’outrage est feinte se reçoit de même avec douce violence se rejoignent du casque heaume bouclier s’étreignent se rougissent d’être trop compris dans l’avance ou la fuite feintes en goguettes de constellations puis afin que l’autre lui découvre enfin son vrai nom qui de tant de silences haletés dévêt ses voyelles pour se prononcer enfin nu l’un affute sa question d’un geste prend son pied dans sa paume et hausse les orteils au baiser de la nuit du Scamandre qui bout en eux qui se mélange aux crins des écheveaux suants et des boues de vitesse qui les font glisser l’un sur l’autre les font se heurter avec des bruits charnus de machine broyant l’ankylose rêvée de son éternité démêlant les duvets salés acidulés des éclairs élastiques de l’électrolyse les mots vont leur train s’aiguisent d’estoc et taillent un suint de sens émoustillant la chair de la parole qui de part en part la traverse la hisse sur sa chaire pour clamer bien haut et saliver à flot le gros Savonarole de son gros Scamandre son gros temps gros dos de son énervement le théâtre des veines des os des humeurs des soutes satinées et saturées des tripes mises sur la table comme on dit parfois d’un artiste ou d’un as de la compétition au stade où le cœur flanche et flanque son genou sur le sable foulé par des laps de vitesse et des laps de lenteur pour se voir concourir en se voyant passer d’une prise à un jet d’une perche flexible à un javelot dur plus rigide que l’air entrant par les naseaux camards de la cavale qui galope à travers leurs veines et dont ils voient la croupe fuir et les mener vers leur extrémité fabuleuse et perfide comme le bleu du ciel et ses sabots butant le sol avec un han plus caverneux que l’os d’un dieu qui couvre la peau de poussières d’étoiles les draps des sueurs les boucliers aux fronts des chocs d’effleurements lors qu’ils boivent les fonts baptismaux de leurs reins gonflés de l’urine des mots guerroyant de paix brutale et amoureuse

FORUM
Pour participer, voir en bas de page>>


Commentaires :

  Les déboires sexuels d’Achille par Patrick Cintas

Tinbad nous signale que ce récit de Gilbert Bourson ne peut figurer dans sa collection fiction car « il part d’un fait mythique » : les déboires sexuels d’Achille. Ce texte devient donc une « épopée » ou plus justement un « chant ».

Publiant ce texte fabuleux dans la RALM en octobre 2015 (vous y êtes), j’avais considéré que cet Achille est un autre. Aussi avais-je cru à une histoire : celle-ci commence en cours, comme une tragédie racinienne (avec ce que cela suppose de passion) ou à l’instar de celle que jeta en pâture notre Claude Simon national.

Pourtant, voici que je reviens sur mes considérations héritées (je n’en doute pas) d’une de ces interminables conversations que Gilbert et moi avons pris l’habitude d’entretenir en dehors des jardins de Pomone.

Phases est un effet un chant, comme extrait d’une Iliade relue et surtout rejouée sur le fil de l’âge et du temps. Faut-il chercher ailleurs dans la colossale rubrique de Gilbert Bourson les autres chants de cette… aventure ?

L’œuvre entière de cet auteur (et interprète) est contenue dans un seul élan scripturaire. Revient-on ainsi à la notion de roman (Ulysses) ? Est-ce le tout qui conseille le roman plutôt que le chant ? Comme le compositeur dépose de la musique sur les mots (ou le contraire), c’est de la poésie que Gilbert Bourson dépose sur son histoire. Que celle-ci se joue au théâtre (comme cela arriva) ou dans une collection éditoriale (espérons dans les meilleures librairies).

Texte court (de la longueur d’un Cid ou d’une Phèdre), il se présente d’un trait, sans ponctuation ni saut de ligne ni de page. Nous voilà invités, le temps d’une soirée (ou d’une matinée), à lire le tout sans actes et à tomber nez à nez avec la fin à la dernière page, puisqu’elle n’a pas lieu. En cas de fatigue ou de doute sur notre capacité à apprécier les bienfaits de l’impatience sur l’attente, on fera lire ce chant par une voix de synthèse, féminine ou autre selon son idiosyncrasie en matière d’écoute. Hortense, par exemple.

Voilà un texte (heureusement court) qui se prête à une lecture à la Vico : une première pour prendre la mesure, une seconde pour en situer les actes (avec une précision de l’ordre de l’année-lumière toutefois) et une troisième pour se poser la question (et y répondre) de savoir à quoi il sert. Car l’art doit servir à quelque chose, comme au Mexique. Je ne saurais trop vous conseiller de vous armer d’un crayon et de la gomme qui va avec. Ne vous fiez d’ailleurs pas aux chapitres ici proposés : je ne me souviens même plus si cette mise en scènes est de Bourson ou de moi… En tout cas, j’ai fait ce que je vous conseille de faire.

Bien sûr, une fois assumées ces considérations de forme et de temps, le contenu hautement sexuel de l’objet prendra toute la place. Ce n’est pas qu’il ne saute pas aux yeux dès la première secousse, mais l’aspect tellurique des coups de reins mettra en sueur le moindre comédien chargé de porter cette histoire à l’écran ou sur la scène. Cette beauté héritée de Sade, Gilbert Bourson nous en éclaire quelques parcelles jusque-là inexplorées. Il y met le paquet. Ne ménageant pas la citation, l’allusion, la révision ni l’invention verbale où les mots, ou plutôt leurs fonctions, se télescopent avec autant de talent que la machine à coudre et la table de dissection, sauf que la machine en question relève des mécanismes de la turgescence et la table du lit et de ses draps ou de ses herbes folles. D’où la nécessité (peut-être) d’un seul souffle et (n’exagérons rien) la dimension tragique (dans le sens théâtral) de cette verve ni fictive ni vraisemblable. La poésie née d’un chant se distingue toujours du chant imité de la poésie.

Patrick Cintas.

 


  Belle lecture de ‘Phases’ par Gilbert Bourson

Merci Patrick pour ta belle lecture de ‘Phases’. J’ai écrit ce truc sans chapitres ni décrochements d’aucunes sortes. Une fois le premier mot lu, la phrase toujours déjà commencée doit se dérouler sans entracte ni pause jusqu’à son impossible fin ; nul coït qui, comme dit Beckett, nous baiserait par son final mesquin. Tragédie ou comédie, peut-être aussi vaudeville. Le théâtre est ici aussi plat que le bord de la falaise qui n’est que la scène où l’on joue le roi Lear. C’est un texte sadien pris dans l’interminable question du désir non pas attrapé par la queue, mais bien par son talon d’Achille le bouillant, foulant notre occident. Et quant aux comédiens qui pourraient s’y coller ils seraient dans l’obligation de haleter, selon les survenues des brouillards Olympiens, ces divins capitons. Merci également pour avoir accueilli ce texte dans la RALM il y a des années en croyant que l’Achille était un personnage du texte en question, alors qu’il est le texte talonnant l’auteur, lequel est à la fois les deux belligérants Achéens et Troyens, le glaive entre les doigts de rose de l’Aurore de son écriture.


  L’amour et la guerre (in Les Lettres Françaises) par Jean-Claude Hauc

Phases,
de Gilbert Bourson. Tinbad Chant, 80 pages, 13 euros.
Melancholia,
de Philippe Thireau. Tinbad Fiction, 52 pages, 11,50 euros.

Les éditions Tinbad viennent de publier deux petits livres dont les sujets voisins font copuler ensemble Éros et Thanatos ; mais ce en des époques bien lointaines. En effet, Phases, de Gilbert Bourson, est à lire comme une réactivation de la violence guerrière qui se déploie dans l’Iliade, survitaminée par Sade, Guyotat, Quignard et quelques autres. Tandis que Melancholia, de Philippe Thireau, évoque la mort d’un soldat pendant la guerre d’Algérie, alors que sa fiancée restée en France lui écrit une lettre d’amour qu’il n’aura jamais le loisir de lire. Ces deux textes sont encore jumeaux dans la mesure où chaque auteur use d’une même prose déponctuée ; puis intervient dans l’ouvrage de l’autre : le premier par une préface, le second par une postface.

Dans l’Iliade, Achille dit de sa colère qu’elle est"douce comme le miel". Gilbert Bourson nous montre quant à lui que celle-ci peut également être âpre comme l’amour. Son texte est plein de corps-à-corps, de sang, de sueur et de sperme."...lui porte le fourreau en plein dans le dur glaive son enfermement lèvres serrées retient le long hennissement le long chant de la plaie ouverte consentante humide de rosée..."Combats, mêlées furieuses. La hache et le glaive se mêlent à la crinière des chevaux éventrés, tandis que les boucliers sont percés par"un dard brutal et délicieux". Le dieu-fleuve Scamandre sort de son cours, furieux contre Achille qui vient de tuer profusion de Troyens. Gilbert Bourson en vient même à suggérer le viol d’Hélène par le chef des Myrmidons. Odeur de la terre en rut et divin cloaque. Épopée endiablée."Du sang et de l’encre jaillissent dans la souillure et dans le meurtre, écrit Pascal Boulanger à propos de Phases. Du virus de la transe, l’écriture témoigne dans un ramassé des corps-à-corps."

Si le livre de Gilbert Bourson relève ainsi de l’exaltation maniaque, Melancholia, de Philippe Thireau, en constitue l’avers. Son narrateur est un jeune homme étendu près d’un oued algérien, fauché par une rafale de o pistolet-mitrailleur. Sa voix traverse la Méditerranée afin de s’adresser à sa fiancée :"...écoute-moi toi là-bas femme bébé écoute l’histoire toi mon histoire enfants nous jouions dans une grange avais peur de toi petite fille de tes yeux interrogateurs..."Cette sorte de nouveau dormeur du val, charogne chantante et pensante, se souvient des cheveux roux de l’aimée qui au même instant est en train de lui écrire une lettre évoquant leur bonheur réduit désormais au seul souvenir :"...nous étions blottis l’un contre l’autre dans le grand lit les vagues déferlaient sur nous à chacune d’elles qui enroulait nos membres nous volions des baisers (baise-moi) baiser de proue baiser de poupe de mât de misaine des baisers partout..."Un grand oiseau venu de nulle part plane au-dessus du corps du jeune soldat mort. Sans doute figure du destin qui se moque aussi bien de l’amour que de la guerre, mais qui également"... ferme prestement l’espace restreint de la faille le rouvrant comme le ferait le diaphragme d’un appareil pho-tographique..."

L’éditeur a été particulièrement bien inspiré de publier en même temps ces deux livres qui constituent les deux faces d’une même médaille et évoquent par là une sorte de"double postulation simultanée"faisant coexister violence euphorique et affliction du deuil.?


  Note de lecture par Pascal Boulanger

(Note de lecture) Phases, de Gilbert Bourson, par Pascal Boulanger


  Entretien avec G. Bourson par Jean-Paul Gavard-Perret

Présentation et entretien réalisés par Jean-Paul Gavard-Perret pour lelitteraire.com.


  Fantaisie militaire par Olivier Rachet

Fantaisie militaire.


  Ne pas laisser finir le “comme ça” par Jean-Paul Gavard-Perret

Ne pas laisser finir le “comme ça” ou retour amont


  Votre livre... par Daniel Jeanneteau

Effectivement votre livre m’attendait bien à l’abri dans une pile de documents accumulés en mon absence. Je viens de le lire.


  Phrase - phases sans emphase ni anaphore par Jean-Paul Gavard-Perret

Phrase - phases sans emphase ni anaphore : Gilbert Bourson.


 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2022 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -