Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Mars et Vénus
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 15 septembre 2013.

oOo

 Les anatomies fortement différenciées poussent ou conduisent l’un et l’autre à se diriger vers une possible puis, maintenant, probable interaction.
 L’instinct ou la nature, issue du fin fond des temps, provoque le mouvement dans le métabolisme, au cœur duquel éros se déploie en éventail. Dans tout l’éclat de sa force et de son incertitude.
 C’est un faisceau d’hypothèses, maintenant, qui se manifeste à l’intérieur des corps, des esprits, à l’intérieur des âmes, aussi. Impression globale, impression générale, avant que le mouvement tactile, mû par la décision, ne matérialise l’ouverture d’une nouvelle scène qui provoquera un rapprochement. La parole, alors, prend le relais ou se joint au mouvement, ce qui répand l’opposition des timbres, ce qui répand les débits respectifs, ainsi que la formulation des intentions. Entrelacement des mots ou matière gutturale invisible qui se dissout dans l’air, invisible, lui aussi.
 Le corps masculin, urbain, utilise dans le même temps le sens oculaire. Vénus, de son côté, use également de son regard pour se conformer à l’allure générale, ainsi qu’aux détails. Oui, aux innombrables détails …
 Plus tard, la connivence succède à la connaissance, avant de céder la place à l’intimité, à la croisée des corps nus dans un espace privé, dans un espace domestique. Puis, la matière et le temps s’intercalent, l’espace et le temps s’immiscent entre les deux pôles – masculin/féminin – , élargissant l’histoire et la géographie des consciences.
 Les cadres architecturaux, les plaines, les stations balnéaires s’impriment dans les têtes, tout comme le temps qui impose sa plasticité, tôt ou tard subjective. Temps plein, conjointement vécu, ou temps vacant, subi simultanément. Ou plutôt … accepté.
 Ensuite, l’interaction change encore, de familière elle devient encore plus étroite, jusqu’à produire les parements lexicaux réciproques. Les adjectifs, ainsi, caractérisent l’un, puis l’autre, décontextualisés ou insérés dans des phrases déclaratives.
 C’est finalement l’adaptation réciproque qui domine, ruinant toute tentative de diffusion du logos, ruinant toute pensée spéculative, ruinant toute intention, tout embryon de mouvement. Pour laisser place, pour laisser toute latitude au mystère. Pour lui accorder le primat. Oui, le primat au mystère … ou la nudité …

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -